Ethique Info

Accueil > Forums Ethique > Divers > Mister President

Amours de présidents

Mister President

Les aventures de Marylin et John

vendredi 8 mai 2009, par Picospin

Elle a profité dans cette performance de sa connaissance de l’anglais puisqu’elle s’était engagée autrefois dans une carrière américaine dont elle a tiré l’efficacité, l’organisation, la connaissance de la finance et de l’économie et l’aisance à se présenter devant le public et à lui parler en toutes occasions.

Une sorte d’Eric Woerth en quelque sorte mâtiné de Marylin Monroe qui avait fait les beaux jours des médias à l’époque où elle s’était accrochée au cou de Mister President, le toujours regretté John Fitgerald Kennedy. De son périple américain, elle avait rapporté aussi un excellent accent qui a du lui servir à présenter la version anglaise de la chansonnette, dans sa version originale qui, pour l’occasion, ne collait pas tout à fait à un personnage dont on peut dire que la maitrise de la langue anglaise n’est pas le fort. On ne sait plus sur quel pied danser après cette exhibition adressée à un Président français qui n’est pas anglophone et qui de la sorte est mis en demeure de se référer à une icône américaine. Comme il n’est pas insensible au charme féminin, et pour peu qu’on se permette de faire appel à l’anachronisme, il n’est pas illicite d’imaginer qu’il aurait pu succomber au charme de la si fragile star américaine. Lié rapporte ainsi cette rencontre virtuelle dans laquelle aucun des deux protagonistes n’était présent. La pauvre Marylin avait depuis longtemps disparu après son suicide et le principal destinataire de cette offrande posthume avait préféré éviter sa présence corporelle pour ne laisser à l’attention de ses admirateurs que son image potentielle, ce qui permettait à ses admirateurs d’imaginer la noblesse de son âme et la beauté de son corps sans avoir à les comparer au modèle véritable. Aux Etats-Unis, dans les années cinquante, la rencontre d’un golden boy richissime et charmeur et d’une jeune Vénus avait toutes les chances de ne jamais passer à la postérité. Mais le fils de milliardaires est devenu président des Etats-Unis et la starlette une star. Ces rencontres frivoles, dictées par le plaisir de la chair et de la vanité, s’inscrivent dans les coulisses de la grande politique. Le désir devient otage du pouvoir : l’innocence des caresses, les senteurs des parfums échangés laissent des empreintes dans les mémoires de certains témoins, qui se révèlent encombrants.Ces traces sont vite l’enjeu d’une sourde lutte entre pouvoir légal et pouvoirs occultes. John Fitzgerald Kennedy ne savait pas ce que fidélité du corps pouvait bien vouloir dire, Norma Jean Baker recherchait un amour total. Sensible et intelligente, elle est l’héroïne d’une liaison dangereuse qui débouche sur une mort prématurée. Un véritable thriller se joue dans les soirées de Hollywood. Faites maintenant travailler votre imagination, reportez-vous quelques dizaines d’années en arrière, fermez les yeux et laissez-vous aller à rêver à l’histoire d’amour entre une princesse hollywoodienne et un jeune premier de la politique, président, à l’époque du plus grand état du monde. Convoquez des magnats de Hollywood engagez un metteur en scène comme Cecile B. de Mille et projetez devant vos yeux innocents les images imaginées sur un couple explosif par ces fabricants de pellicule. Faites un pas de plus et transformez un président américain en président français et Marylin en Christine. Facile de rêver ?

Questionnement éthique :

1. Dans ce scénario, y a-t-il eu référence à des normes extérieures, à des repères, précis, des valeurs, une expérience éthique antérieure ou comparable, à une doctrine, à un corpus normatif tel que morale, droit, déontologie, à une appartenance philosophique, religieuse, professionnelle ou culturelle ?

2. Comment repérer au mieux les principes présidant à l’agir, les normes éthiques et les valeurs morales des agents principaux ?

3. Comment disséquer le conglomérat d’évidences, de mythes, de symboles, de valeurs et de pratiques qui supportent et règlent la vie individuelle et collective des acteurs en cause ?