Ethique Info

Accueil > Société > Modernes révolutionnaires : leçons d’une expérience récente

On ne les attendait pas là

Modernes révolutionnaires : leçons d’une expérience récente

Une énorme surprise

lundi 21 février 2011, par Picospin

C’était naturellement une introduction aux multiples réflexions générées par les tout récents évènements qui viennent de secouer le monde arabe, particulièrement celui qui s’étend sur la rive sud de la Méditerranée et qui a servi de cible au « grand projet de « l’Union pour la Méditerranée ».

Quelles causes et quels effets ?

Je pensais et j’espérais y trouver les réflexions appropriées à mon éclaircissement sur les causes, les conséquences, les analyses politiques et historiographiques des révoltes puis révolutions et manifestations de rues réprimées durement par balles réelles. J’ai surtout, à ma grande déception, découvert un fourre-tout, approximativement classé, sans logique ni rationalité d’où ressortaient en vrac parmi les causes possibles les difficultés économiques et sociales, la flambée des prix agricoles, les exigences de dignité et le refus de la peur. L’important serait dans le passage à l’acte, la revendication d’une dignité refusée auparavant, qui s’était exprimée autrefois par la voix de Lamartine sous le terme plus général de « révolution du mépris ». Viennent de s’y ajouter tout récemment le dédain et l’illégimité de certains occupants des postes de direction à l’exemple des « dictateurs » chassés du pouvoir par la rue au son de « dégage », terme peut-être emprunté à notre Président qui l’avait utilisé un jour de fête de l’Agriculture à un honnête homme qui avait refusé de lui serrer la main au titre de la protestation. Se seraient mêlés à ces ingrédients l’usure du pouvoir et la corruption qui ne sont pas l’apanage de nos apprentis dictateurs et la remontée des revendications sociales, tous éléments devenant explosifs dès lors qu’on les assemble comme la poudre dans une grenade.

Déceptions

S’il y a déception dans l’obtention de résultats à partir des exigences du peuple, la frustration qui en résulte devient un élément supplémentaire et fortement déclenchant des mouvements de masse dont la colère ne cesse de monter sous l’influence de la protestation, de la colère amplifiée par le mouvement de masse qui préside au déclenchement de la révolte. Les révolutions ne sont pas toujours pacifiques même si elles peuvent l’être parfois ou rarement à l’exemple de celle qui s’est déroulée en Pologne sous l’égide de Solidarnosc. La diffusion instantanée de l’information joue un rôle considérable dans la mobilisation des masses qui sont informées sans délais des mouvements des manifestants ce qui réactualise la situation et lui donne force et vigueur. Ce sont surtout les outils modernes de l’information par moyens électroniques qui jouent le rôle majeur dans cette aventure et l’efficacité qui lui fait suite, à l’instar des outils comme Facebook, Twitter, associés aux organes de presse et de télévision dont les images percutantes mobilisent et stimulent les volontaires des manifestations. Ces instruments n’en fonctionnent que mieux s’ils sont soutenus par des personnalités politiques célèbres comme ce furent les cas de Marx, Mazzini, ou autres Engels. Les mots d’ordre sont passés de plus en plus rapidement à mesure que l’on se rapproche des révolutions contemporaines lorsque les informations parviennent directement aux points névralgiques des désordres et troubles induits par les manifestants eux même auto-stimulés par leurs propres actions et discours.

Forces en présence

Dans les affrontements, ne jouent pas seulement les forces en présence mais les stratégies mises au point, la solidité ou la fragilité des adversaires, leur courage et leur détermination. Contrairement à une pensée trop répandue, l’internationalisation cède devant l’importance du sentiment national dont cherche à s’approprier le mouvement de révolte sous couvert ou réalité d’une volonté de démocratisation. A partir de là, les prédictions deviennent plus floues allant dans toutes les « directions des possibles » , depuis le développement du capitalisme jusqu’à la recherche d’une 3è voie en passant par un national populisme autoritaire, ou des emprunts effectués localement à l’instar de ce qui se passe pour l’islamisme à la turque « occidentalo-compatible jusqu’à la mise en place quelque peu obsolète et légèrement nostalgique des monarchies.

Mouvements

Ces mouvements d’essence politique, encadrés par des forces organisées et préparées au combat depuis longtemps ne dispensent pas et ne garantissent nullement une continuité solidifiée des mouvements, actions et agitations physiques et mentales ce qui laisse largement la porte ouvert pour l’entrée de nouveaux visiteurs issus des mouvements syndicaux ou ouvriers. Le modèle du Président à vie vient de prendre un terrible coup de semonce et de menace de décapitation des rares figures encore accrochées à leur socle. C’est aussi le cas d’autres figures de proue comme les terroristes barbus qui viennent de s’effacer au profit des véritables militants qui, balais en main, nettoient physiquement et métaphoriquement le désordre accumulé par les révolutionnaires en goguette lorsque le soleil brille, que les fleurs sentent bon et que les eaux arrosent copieusement les ouvrier de la révolte.