Ethique Info

Accueil > Education > Education > Modestie, compétence, prévisions ? Cartomancienne ou entraîneur de football (...)

Leçons d’une compétition

Modestie, compétence, prévisions ? Cartomancienne ou entraîneur de football ?

Comment accorder savoir, expérience et lecture de l’avenir ?

vendredi 20 juin 2008, par Picospin

Cette opinion presque unanime est d’autant plus flatteuse et légitime qu’un des favoris principaux était cette année l’équipe de France qui a sombré corps et bien dans les poules de qualification sans être à même d’obtenir un classement qui l’eut qualifié pour accéder aux quarts de finale. Il est vrai que la vieille garde était devenue plus vieille depuis les jours de gloire de 1998, que les corps se décharnaient, les muscles fondaient, les cheveux se raréfiaient à l’exemple de l’animateur idôlatré depuis lors et qui s’appelle Zidane.

Les effets de la renommée

Profitant de sa renommée, il vient d’ailleurs de donner son nom à une marque de montres dont l’origine n’est pas précisée mais qui a toutes chances d’être d’origine suisse. Tout le monde dit à son sujet qu’il fut magique, un footballeur de génie comme on n’en trouve qu’un par génération ou siècle, cette différence d’appréciation tenant à la manière de compter le temps et la durée des individus qui jugent, estiment ou apprécient affectivement les qualités de l’individu en question. On avait autrefois Ben Barek, la perle noire, on a eu ensuite Paltini qui ne s’est pas fait oublier puisqu’il est passé du terrain de football aux bureaux suisses (encore !), siège de l’UEFA, ce sigle désignant les hautes instances de ce jeu qui envahit les écrans, déplace les foules, rend aphones les plus endurcis et fait parfois perdre aux plus valeureux leur bon sens, leur calme, leur raison et leur équilibre mental. Nous sommes donc bien entourés d’autant plus que partie d’un football modeste, régional, humble et familial, la France exporte maintenant ses muscles, ses adducteurs, ses mollets et son savoir technique et tactique dans ce jeu qui autorise tout ce qui peut se faire avec les pieds mais interdit tout ce qui se fait avec les mains, instrument pourtant le plus adapté aux agissements des bipèdes que sont les hommes.

Muscles et exportation

C’est ainsi que l’on admire les interventions musclées des défenseurs adverses devant les razzias effectués par les avants de l’autre équipe, les croque en jambes qui terrassent ces mêmes bipèdes et les jettent violemment à terre d’où on les recueille souvent sur une civière, que l’on place avec précaution sur une petite voiture rouge, mue par l’électricité, ce qui évite la pollution et donne le bon exemple du fait de l’utilisation de cette énergie propre. On veut seulement espérer que toutes les transactions et transferts concernant les joueurs, les affiliations subites, les comportements douteux ressortissent aux mêmes valeurs d’honnêteté, de loyauté sportive et financière, de camaraderie que l’on se doit de voir sur un terrain de jeu ne serait-ce que pour en montrer les exemples aux plus jeunes qui seront les vedettes et si possible les artistes adulés de demain. Ces commentateurs sont en général choisis parmi les meilleurs connaisseurs de ce sport, les entraîneurs des grands clubs, des équipes les plus célèbres, des groupes les plus puissants parce que les plus riches.

Préscience

Comme ils sont connus pour leur science et même leur préscience de la chose sportive et « footballistique », on leur demande un avis technique, tactique sur le jeu offert, et si possible un peu de prévisions même si tout le monde sait que cet art est difficile et tient parfois plus du rôle de la cartomancienne que du vieux connaisseur professionnel. C’est ainsi que l’autre soir, à titre d’exemple, un des trois speakers du reportage n’a cessé de se situer en aval de l’évènement pour n’intervenir qu’au moment où le jeu prenait un cours contraire à celui qu’il avait prévu. Et de dire à haute et intelligible voix : « actuellement, les xxxxx ( membres d’une équipe) ne peuvent plus construire, ils se contentent de repousser la balle, ils n’ont PLUS d’organisation et laissent l’initiative du jeu à leurs adversaires ». Cette suite d’affirmations péremptoires s’est terminée 3 minutes après par une renversement complet des initiatives et surtout par un but aussi péremptoire que les commentaires des diplômés en football qui devait envoyer les malheureux adversaires, par ailleurs favoris de la compétition, dans l’enfer, pavé de beau gazon sur le point de se faner de l’élimination définitive de la compétition. Bel exemple de modestie à montrer aux enfants des écoles ? !!!!