Ethique Info

Accueil > Société > Michael Jackson : Mort d’une icône

Il se voulait surhomme

Michael Jackson : Mort d’une icône

Il est devenu cobaye des dieux

dimanche 28 juin 2009, par Picospin

. Sinon, gare à la panne, temporaire ou définitive capable d’arrêter la vie, sa dynamique, de fermer les échanges chimiques et physiques entre le monde extérieur et le milieu intérieur séparés par une membrane qui contrôle les passages comme le ferait n’importe quel douanier ou policier au passage de la frontière.

Histoires métaphoriques

C’est en termes de parallèles, de métaphores, d’allusions avortées ou fortement exprimées que s’expriment la plupart des organes de presse qui s’interrogent ou font semblant de le faire sur les cause de la mort subite du demi dieu qu’incarnait pour eux le fameux ou trop fameux danseur chanteur, blanc ou noir, mâle ou femelle. Qu’était-il exactement, que voulait-il de la vie, elle qui lui avait déjà donné tant de choses même si en définitive elle les lui avait retirées à peine accompli le geste du don venu d’on ne sait où, à travers, dit-on d’un père exigeant, d’un milieu à l’affut, d’une famille aux abois, tous à la recherche de l’argent qui avait manqué, de l’intégration mal réussie et d’une vie dans laquelle manquait douloureusement l’équilibre, la raison, la suprématie de la pensée sur les passions, de la dose de rationalité nécessaire à la recherche du bonheur, d’un confort de la réflexion, du questionnement, sinon du recueillement, de la préoccupation, de la conviction et pourquoi pas de l’idéologie. Comme personne ne sait exactement ce qui s’est passé mais que tout le monde d’en doute, les rumeurs courent sur les raisons de la mort de Michael Jackson depuis son annonce. Suicide, stress, mort naturelle, surdoses de médicaments avant un marathon de concerts...The sun évoque l’hypothèse de l’overdose médicamenteuse sur son site. La star a succombé à son domicile des suites d’une apparente crise cardiaque. Comment a-t-elle été provoquée ? Tout le monde semble avoir son avis sur la question. Pour le quotidien The Sun, jeudi, une dernière injection de Demerol, un anti-douleur proche de la morphine auquel Michael Jackson était accro selon le tabloïd, aurait pu causer la mort du chanteur.

Une mort annoncée

« Sa respiration a commencé à ralentir progressivement jusqu’à ce qu’elle s’arrête totalement », raconte un proche du chanteur. Pour Tarek Ben Amar, aucun doute n’est permis, il s’agit des médicaments qu’il prenait « mais sans drogue ». L’ancien agent de Michael Jackson pointe du doigt les « charlatans » qui se pressaient autour de la star, selon lui « hypocondriaque » et se bourrant de médicaments. Il se prenait pour une machine, il n’était qu’un homme, un peu plus et beaucoup moins que cela. Le Prométhée nouveau, comme le beaujolais serait capable de tout fabriquer, depuis le surhomme jusqu’au monstre sorti de l’imagination des hommes qui s’appellent maintenant entraineur, manager, pourvus des qualités et caractéristiques de la toute puissance dont certains affirment qu’elle échappe de plus en plus souvent à la propriété des dieux pour être confiée à celle des humains déguisés en gourous, maîtres, en leaders charismatiques, en meneurs. Tout récemment, les politiques occidentaux ont trouvé une nouvelle cible dans ce domaine, les femmes dominées, bafouées, écrasées qui ne trouveraient leur salut que dans le travestissement par burka interposée qui recouvre leurs lignes, efface leur traits, voile leur regard. « Il est évident que les criminels dans cette affaire sont les médecins qui l’ont soigné tout au long de sa carrière, qui lui ont détruit le visage, lui ont donné des médicaments anti-douleur. » Pour le porte-parole des Jackson, Brian Oxman, ce sont les médicaments qui auraient tué la star.

Médicaments ou philtres des dieux ?

"Ce n’est pas quelque chose d’inattendu, à cause des médicaments qu’il prenait", sous forme d’un cocktail alliant jusqu’à sept médicaments différents. Les infos douteusement trop courtes ou encore relevant de la mystification ou du fantasme telles « Michael Jackson se suicide » ou « Michael Jackson n’est pas mort », fusent parmi les hypothèses. En effet, la star qui mangeait peu et mal, très affaibli ces dernières années, on le peut-être atteint d’un cancer de la peau, n’avait pas une hygiène de vie très saine Ses médecins lui auraient ordonné de prendre du poids pour assurer un marathon de concerts cet été à Londres. Criblé de dettes, l’artiste avait lancé le pari de remonter sur scène après 12 ans d’absence. Pensant faire dix dates, il a appris un matin qu’il en ferait 40 de plus pour combler une dette de 500 millions de dollars qui donne le vertige et qui aurait pu le pousser à bout. Uri Geller, présentateur de télévision israélienne et ami de Michael Jackson, pense que la pression du retour sur le devant de la scène est responsable de la mort de la star.

Les meurtries : le stress, la gloire l’angoisse

Je pense que le stress, l’anticipation et la passion qu’il émettait de son coeur, voulant faire un come-back réussi, l’a gagné. C’est peut-être le stress qui l’a tué, c’est ce que je pense", a confié Uri Geller à la chaîne BBC. Est-ce que toutes les autopsies du monde pourront révéler la vérité, celle concernant un homme hors du commun, à la jonction du surhomme qu’il se rêvait d’être et de devenir grâce aux philtres non d’amour mais de puissance capables de la hisser au niveau des dieux et des muses auxquels il a peut-être rêvés, les Balanchine, les Fred Astaire, les Gene Kelly, les Sinatra qui, montés sur les planches, collent à elles au point de ne plus jamais pouvoir en descendre à moins d’absorber les breuvage magiques susceptibles de les conduire des vallées au sommet de l’Olympe, des feux de la rampe à ceux de l’enfer, de la réalité au songe final.

Questionnement éthique :

1. Est-il médicalement éthique de prescrire une aussi grande quantité d’antalgiques à un homme relativement jeune moins pour une éventuelle pathologie qu’il convient de guérir que pour une remise en forme artificielle en vue de l’accomplissement de performances excessives ?

2. Est-il dans les attributions d’un médecin de permettre à son patient qui n’est pas un véritable malade d’aller au delà des possibilités physiques et mentales uniquement dans le but de récupérer suffisamment d’argent pour pouvoir rembourser ses dettes ?

3. Est-il permis à un médecin de dépasser les doses autorisées de médicaments uniquement dans le but d’améliorer les performances physiques de son patient ?

4. Y-a-t-il une vraie frontière entre le dopage et la prescription de quantités inconsidérées de médicaments ?