Ethique Info

Accueil > Société > Nouvelles des grèves, des finances et d’ailleurs

Nouvelles des grèves, des finances et d’ailleurs

mercredi 21 novembre 2007, par Picospin

Les nouvelles affluent de partout. Cette fois, l’hexagone n’est pas en reste dans cette alimentation des ruminants tant les épisodes et interludes se suivent à un rythme soutenu et à une cadence que certains peuvent appeler infernale. Il s’agit bien d’un mode d’absorption comparable à celui des ruminants qui ne cessent de digérer ou d’essayer de le faire à répétition ou "en boucle" pour reprendre un terme à la mode

Tour de France

Quand les sportifs sont partis pour le tour de France sous perfusion de pochettes surprise, c’est aux politiques de prendre leur place dans la longue file des chercheurs de pétrole, de billets de banque comme on le faisait de l’or autrefois quand les explorateurs du Nouveau Monde partaient à la conquête de l’ouest. Maintenant c’est à celle des places financières et des bureaux, des associations, du bénévolat qu’ils partent puisque c’est là où on trouve les marchés les plus profitables, les bénéfices les plus séduisants et les affaires les plus juteuses.

De la Corse au Japon

Hier c’était Ulrich et son dopage, Colonna et ses accusateurs, Sarkozy et sa hâte d’accéder à la réforme, à toutes les réformes au point de transformer le sol de l’hexagone, stable jusqu’ici en un soubassement convulsif comme le serait le terrain d’un village japonais sous les tremblements de terre lorsque les ponts s’effondrent, la terre se creuse, les sillons se déplacent comme les ondulations et les cordes chargées d’unifier la mécanique quantique et la mécanique ondulatoire.
Qui pourrait calmer les sols et les esprits déboussolés par ces orientations polaires en perpétuelle circonvolution sur des axes incertains, des mouvements aléatoires et des circuits inconstants. Comme sur l’arche de Noé, les êtres circonspects cherchent à embarquer les sacs de nourriture, de biens, de vêtements, de bijoux et d’or sur des navires qui ne prennent aucune direction stable mais voguent de ci de là jusqu’à s’écraser sur le premier rocher venu parce que personne ne l’avait vu, personne n’avait repéré son danger et que le quart de service s’était endormi.

Jeu de l’oie

Comme au jeu de l’oie, si les dés sont mal jetés, le joueur malchanceux ou malhonnête va en prison pour quelques tours, quitte à être gracié et en sortir rapidement parce qu’il a tiré le bon numéro, celui qui lui donne instantanément gloire et fortune. Jusqu’à la prochaine fois et jusqu’au tour du prochain joueur ?

Recherche de la vérité ?

Beaucoup de gens cherchent la vérité, peu la trouvent. C’est plutôt la tricherie, le mensonge, les faux fuyants, les arguties, les prétextes qu’ils rencontrent sur un chemin de Damas où, au lieu du Christ à la recherche de la lumière sans nécessairement la trouver, ils marchent sur des routes labourées par les chenilles des chars, les crevasses creusées par les bombes, les obus et les grenades. Les affaires, le commerce, les échanges ne se font pas au gré du bénéfice des vendeurs ou des acheteurs mais dans la perspective de générer des profits excessifs, de négocier les marchandises avec les inflexions de la bourse et d’empocher les rétro commissions incluses dans le marché.

Nostalgie

Il ne s’agit pas de fêter la nostalgie des temps passés, des mâles tout puissants, des esclaves expédiés en Amérique, des noirs cachés au fond des cales des négriers. Les exploitations ont changé : celles de l’homme par l’homme, celles de l’agriculture par les agriculteurs aidés et soutenus. Est-ce comme les réformes trop violemment désirées dans la tension d’un désir longtemps refoulé et qui éclate comme une révolution puissamment contenue par des forces et des contraintes exercées sur des liaisons trop faibles pour leur résister.
Un simple inattention : on a oublié d’annoncer un cours de physique alors qu’il aurait pu s’agir du comportement passif de l’homme inerte.

Questionnement éthique :

1. Comment se situe la réponse d’un philosophe contemporain à l’interrogation angoissée de son temps sur les développements actuels des sciences, de la physique, de la médecine et de la biologie ?

2. Est-ce que cette problématique est aussi confuse que certains le croient ou peut-on la rendre plus claire, sinon plus sereine ?

3. Est-ce que la joie de connaître est bien la première forme concrète de la joie active ?

4. Est-ce que par cette connaissance l’individu accède à une joie qui est celle de l’autonomie et de la liberté ?

5. Elle est moins le résultat d’une vaine curiosité que le commencement d’une fondation de soi qui fait entrer l’individu dans la joie d’exister en toute connaissance de cause et ceci par ses propres moyens.