Ethique Info

Accueil > Société > Où et comment chercher l’argent quand il manque cruellement ?

Effets de crise

Où et comment chercher l’argent quand il manque cruellement ?

Automobile sauveur de la patrie ?

mardi 3 janvier 2012, par Picospin

Depuis la fameuse crise dont on parle tant, si souvent, avec des trémolos dans la voix et des pleurs dans le gosier, beaucoup sont à la recherche de fonds pour survivre et aider ceux qui en manquent à passer ce cap considéré comme difficile sinon tragique.

Quels moyens ?

Divers moyens sont proposés chaque jours pour sortir de la crise, en atténuer les effets cités en tête comme le chômage, dramatique d’un côté, plus léger ailleurs selon les moyens mis en œuvre pour le combattre, chercher des moyens pour relancer une économie qui, loin de plonger pourrait remonter à la surface pour peu que les citoyens réunis et solidaires s’en donnent la peine et s’entourent de personnalités compétentes plutôt que d’amateurs à la culture générale développée mais à la technicité incertaine. Pour redresser une situation économique délicate sinon désespérée, on cherche à recueillir des économies de tous les postes disponibles et même plutôt de ceux qui le sont moins ou de ceux qui ne peuvent plus rien fournir à l’image des mammifères en manque de lait et qui font téter des mamelles vides de lait et de sens. L’automobile pourrait jouer le rôle d’une vache à lait aussi riche qu’un contribuable si on prend en considération les gisements qu’elle offre aux constructeurs, aux mécaniciens, aux carrossiers et surtout aux autorités chargées de maintenir un niveau de sécurité toujours optimal à condition de faire appel plus souvent à des machines de détection des conduites imprudentes qu’aux hommes qui en sont directement responsables.

Gisements

Le gisement découvert qui brille comme un diamant sur les doigts affinés des fiancées promises à des pilotes nantis est naturellement le radar qui est onéreux à l’achat et donc à la vente. Il remplace avantageusement les agents qui coutent cher, n’exécutent pas toujours les ordres et parfois même se mettent en grève. Les contrôles mécaniques devront être répétés le plus souvent possible car ils sont susceptibles de relancer des entreprises dont le chiffre d’affaires pourra se multiplier par centaines, pour peu que les exigences de la maréchaussée soient de nature comminatoire. Donner du travail à la majorité, voilà un programme possiblement électoral capable de redorer le blason d’une économie vacillante et qui fera appel à un matériel fabriqué au sein même de la nation et mis en place par les ressortissants de cette dernière plutôt que par des immigrés dont l’illégalité est devenue un frein à une permissivité coupable aux yeux de certains.

Entretien

L’autre avantage de cette manœuvre serait de mobiliser dans des centres d’entretien les véhicules qui sans ce séjour forcé encombreraient les voies des cités et rejetteraient dans des cieux de plus en plus tièdes et purs des polluants accusés de réchauffer le climat, de tiédir l’atmosphère et de faire fondre neiges et glaciers pour perturber les jeux et activités sportives des enfants et la vie des phoques et des ours. Le bilan serait somme toute éminemment favorable pour l’économie, la santé de hommes et des animaux, les finances publiques où l’on pourrait puiser un excédent d’argent pour éduquer les enfants, nourrir les vieillards, réparer les ascenseurs défectueux des immeubles vétustes des grandes villes et payer encore plus cher les footballeurs professionnels en rupture de contrat, en recherche d’emploi qui s’ennuient sous les palmiers des pays du golf et perdent leurs mollets pour dégager des ballons récalcitrants.