Ethique Info

Accueil > Politique > Où les paroles des politiques rejoignent celles des philosophes

Critiques ou insultes ?

Où les paroles des politiques rejoignent celles des philosophes

La critique est facile, l’art difficile...

vendredi 3 juin 2011, par Picospin

Cette dernière est si bruyante qu’elle couvre toutes les voix de la raison et de la responsabilité qui tentent d’endiguer les torrents de haine, de colère, de révoltes éclatant de ci de là et qui empêchent les gens de bien, ceux qui ont envie de travailler de créer de l’ordre au milieu des désordres d’agir avec l’autorité, la rigueur et la sévérité qui convient dans une situation nationale et internationale des plus confuses favorisant l’éclosion des passions au lieu de les placer sous l’éteignoir de la rationalité et de la responsabilité.

Éros et tourisme

A Marrakech, fief d’un tourisme de masse qui invite les plus privilégiés de se faire rectifier un nez trop long, de gonfler en sensualité une lèvre trop mince, un philosophe au nom prestigieux se lève pour dénoncer un collègue de pratiques de pédophilie plusieurs années après le déroulement des évènements et ceci sans aucune référence à la réalité et aux circonstances des faits. Cette nouvelle dénonciation et attaque contre les comportements délictueux intervient dans le courant d’une chasse à l’homme dot viennent déjà d’être victimes ou auteurs deux personnalités de la République dont l’un a été envoyé expressément aux Amériques pour y faire entendre une certains voix experte de la France et l’autre vient à peine de prendre une charge ministérielle notable au moment où des tentatives de rapprochement se levaient à l’horizon pour amorcer un rapprochement entre deux ennemis irréconciliables dont les invectives réciproques ne servent ni l’État ni la stabilité d’une République hantée par des histoires mesquines, sans commune mesure avec la hauteur dont a besoin un pays autrefois gouverné par un géant et actuellement entre les mains de politicards qui auraient intérêt à élever leur niveau d’intelligence et de moralité pour se rendre dignes de la grande nation qu’ils prétendent servir.

Affaires

Pendant ce temps les petites et grandes affaires qui se déroulent hors des frontières de l’hexagone sont négligées faute de compétences pour les résoudre, de volonté pour les analyser et d’intelligence pour les décrypter. Alors qu’un entraineur de bonne volonté du football national tente vainement de faire cohabiter dans la joie, l’enthousiasme et l’amitié des individus disparates, gâtés par des émoluments disproportionnés, on est prié de laisser de côté les manœuvres, sournoiseries, cachoteries d’une direction internationale d’où il devient impossible de faire descendre les gens qui s’en étaient emparées, on cueille déjà les fleurs et couronnes qu’on s’apprête à déposer au pied des monuments érigés à la gloire de dirigeants inamovibles, accrochés à leur poste et leur situation de pouvoir comme arapèdes griffant les chairs vives des sacrifiés, écartés sans vergogne des responsabilités auxquelles ils pouvaient prétendre. Et les questions de fuser à propos des silences inquiétants de la France qui se fait justice en lançant des hélicoptères et des bombes sur un régime libyen autrefois accueilli à Paris à coups de trompes d’éléphants et de girls tout droit échappés du Lido. Et l’on peut lire dans la presse nationale et internationale que « Il faut expliquer à Blatter qu’il n’a pas de futur dans le football.

Explications

Il sera peut-être élu aujourd’hui, mais il ne sera plus pris au sérieux. Je pense que les autres pays sont terrifiés de déplaire éventuellement au prochain président. Les Allemands ou les Français sont dans la stratégie, ils veulent être gentils avec tout le monde et ne fâcher personne. Ils ont laissé tomber le football » et plus loin : « Vous bombardez bien la Libye, pourquoi ne faites-vous rien contre la Fifa ? Les Anglais peuvent être parfois idiots mais au moins ils se sont élevés contre l’élection actuelle. La Fédération anglaise a pris les devants. "Où est la France ? Pourquoi ne bombardez-vous pas, enfin, c’est juste une manière de parler, vous voyez ce que je veux dire. La France fait malheureusement les mauvais choix politiques dans cette affaire, alors que c’est le moment d’agir. Cette organisation est toute proche de s’effondrer. Nous devons emmener le football loin de la Suisse, loin de cette politique, loin des comptes bancaires et le rendre au peuple. » Blatter aurait fait « don » d’un million de dollars à la Confédération américaine pour acheter quoi ?

Ventes et Achats

La seconde met en cause le secrétaire général de la FIFA qui lui aurait lâché à propos du Quatari Bin Hammam, ex-candidat à la présidence, suspendu et qui a fait hier appel de sa suspension : « Peut-être qu’il pensait qu’il pouvait acheter la FIFA comme les Quataris ont acheté le Mondial. » Blatter déclarait hier : « Il n’y a pas de crise à la Fifa, tout juste quelques petites difficultés » ce qui paraît un euphémisme quand on prend connaissance des véritables difficultés sinon attentats contre l’éthique que connaît la FIFA entre les mains si longues et peu nettoyées d’un Président à vie sinon au-delà de la vie. A peine sorti de la politique, le rival coriace de M. Sarkozy, un dénommé de Villepin, se lève à nouveau pour fustiger son action en l’apostrophant par « votre incapacité à enrayer l’affaissement du pays, son humiliation répétée sur la scène international et cette propension à la haine de soi qui mène aux fausses repentances et la jouissance suicidaire".

... Les invectives remplacent les réflexions…

É