Ethique Info

Accueil > Sport > Où nicher les caméras près des buts ?

Drones ou serpents pour les arbitres ?

Où nicher les caméras près des buts ?

Comment regarder et juger ?

dimanche 10 octobre 2010, par Picospin

De triste et trop sobre sur une des chaines habilitée à en effectuer la retransmission, elle devient franchement plus active, plus dynamique, plus intéressante sur une autre chaine qui a su s’intéresser de commentateurs intelligents, parfois critiques et amusants et qui tranchent carrément avec le ton monocorde et haché de certains anciens footballeurs qu’on ose souvent appeler des experts ne serait-ce que parce qu’ils ont exercé le difficile et dangereux métier d’entraineur pendant un laps de temps trop court pour leur assurer une véritable connaissance du métier, une capacité d’analyse et des projets de tactique et stratégie propres à enflammer l’imagination des connaisseurs et des supporters.

Une si longue disette

Ce fut encore le cas hier soir, quand enfin, après une longue période de disette, l’équipe de France après sa conduite pour le moins discutable sur les lointains stades d’Afrique du sud a enfin renoué avec une victoire qui s’est faite attendre jusqu’aux dernières minutes d’un match présenté comme à « haut risque » contre un adversaire courageux sans être téméraire, une Roumanie déjà vouée aux gémonies par des Ministres sans doute sportifs de notre République mais qu’ils trouvent suffisamment attrayante pour y renvoyer par avion tout ce que cette dernière compte de « Roms » considérés par le pouvoir comme responsables puis coupables de tous les crimes et délits commis sur le territoire de l’hexagone. De véritables boucs émissaires à consommer tout crus qu’on a cru devoir et pouvoir déterrer à l’issue d’on ne sait quel avatar jugé indécelable et surtout risqué pour le fonctionnement des institutions. C’est pour cette raison d’ailleurs que la fédération internationale de football, dans le but de résorber la chômage a pensé qu’il valait mieux mettre à la disposition d’un arbitrage désiré comme exemplaire, juste et sans reproche d’adjoindre à l’équipe déjà fort riche de 3 arbitres un 4ème homme encore plus intègre que les autres pour mettre tout le monde d’accord.

Résorber le chômage ?

On se demande bien pour quelle raison les responsables de l’arbitrage n’ont pas fait appel aux dernières découvertes des technologies de l’image pour placer les objectifs près des cibles à interroger telles que portiques, buts, filets, ballons pour tirer des données recueillies des images de synthèse capables de débrouiller des problèmes temporels et spatiaux complexes. Ce choix aurait de plus l’avantage de constituer une filmothèque consultable à tout moment par le corps arbitral comme on le fait dans le domaine du droit. C’est un recours à la casuistique toujours susceptible de présenter un cas exemplaire d’une situation donnée aussi bien dans le temps et l’espace « sacré » ou sacralisé des buts où se déroule la majorité des cas susceptibles d’être contestés, discutés ou soumis à jugements. La victoire des favoris au grand stade de France était nécessaire pour redorer un blason terni depuis longtemps par les vicissitudes d’un résultat rarement atteint ces temps derniers, les agissements de joueurs plus intéressés par les émoluments perçus que par la manière d’en être gratifié, les protestations jetées aux quatre vents, même si loin de nous, à l’approche des caps de l’hémisphère sud.

Faire exploser la joie

L’explosion de joie après les privations de récompenses devenait si impérieuse et si indispensable à l’hygiène mentale que la dépression risquait de s’emparer de tous sinon la perte de confiance en soi. Une évolution en somme en tous points opposée à ce que réclame le sport, à condition que le football professionnel puisse être considéré comme tel dans sa forme actuelle. Peut-être pourrait-on à titre de mesure de salubrité publique réduire le temps de parole de ceux qui n’ont rien ou plus rien à confier aux micros au profit des véritables spécialistes de l’exercice physique et mental, des entraineurs, des responsables d’activités sportives pour les plus jeunes pour que tout le monde saisisse ce qu’éduquer veut dire. On pourrait proposer la même disposition pour un troisième commentateur qui, venu de plus loin, s’ingénie à habiller de qualités, performances et prouesses certains acteurs des jeux qu’il a lui-même formés.

Narcissisme

C’est l’équivalent d’une forme de narcissisme renvoyée par les élèves au professeur. Il contribue à la promotion du soi, de certains autres dûment sélectionnés en rejetant dans l’ombre ceux qui n’ont pas bénéficié du privilège de la sélection. Si la victoire réconforte et panse des plaies encore mal cicatrisées, l’objectivité sans triomphalisme incite à plus de modestie et de relativisme quand on sait que le groupe de la France ne comportait aucun ogre mais plutôt des petits poucets faciles à avaler et à digérer à l’instar de formations issues de pays minuscules qui faisaient ce qu’ils pouvaient avec des moyens limités et dont le jeu de ballon au pied même sur terrain synthétique ne représentait pas nécessairement le but d’une vie.

Questionnement éthique :

Les milieux du football accusent le jeu professionnel de manquements majeurs à l’éthique. Parmi ces derniers, quels sont ceux que vous jugez les plus graves ?
1. tentatives de corruption de joueurs du camp adverse
2. trucage de matchs à l’occasion de paris sportifs
3. avantage en nature offerts aux arbitres
4. violence, anti-jeu
5. dopage
6. Double billetterie, caisse noire
7. évasion fiscale
8. salaires déguisés
9. évasion fiscale, blanchiment d’argent