Ethique Info

Accueil > Sport > Où se nichent les compétences ?

Derrière les micros ?

Où se nichent les compétences ?

Sur le gazon ?

vendredi 2 juillet 2010, par Picospin

La raison de cette épargne si l’on peut dire sans recourir à un mauvais jeu de mots réside dans « les amortisseurs sociaux » depuis longtemps mis en place par un gouvernement responsable, prévoyant et occupé à veiller sur le bien-être des Français comme une providence venue d’ailleurs par l’entremise d’un dieu plus généreux pour les pauvres que pour les riches.

Innovation

C’était une véritable innovation à laquelle on était en train d’assister car jusqu’à présent c’était plutôt l’inverse. Plus exactement, c’était le bouclier fiscal qui devait équilibrer la situation mais autrefois plus en faveur de la protection de riches que pour l’équilibre des pauvres. L’illustration de cette doctrine et de son application était offerte sans apparat par une marque bien connue dans les soins capillaires et qui portait tous les espoirs du pays pour redresser sa balance commerciale. Le monde entier s’arrachait ses produits peut-être plus pour sa renommée, son prestige et son origine française que pour ses réelles qualités dans le domaine si capricieux de l’entretien des cheveux. Pour les dames, la réputation était intacte ce qui s’applique moins pour les hommes qui présentent maintenant un crâne dénudé aux bisous d’autres hommes et de femmes à l’instar de ce qui s’est passé pendant une fameuse coupe du monde de football au cours de laquelle un grand Laurent Blanc depuis promu au grade de sélectionneur de l’équipe de France embrassait du haut de ses quelques centimètres le crâne chauve d’un gardien de buts tout près de la retraite.

Compétences en haut lieu ?

Nous avons évoqué tout récemment les compétences de quelques personnages ministériels qui à propos de football, donc de commerce de joueurs, donnaient des avis sur les règles du jeu, les sanctions à infliger, aux joueurs récalcitrants et précisaient avec componction les règles du hors-jeu. En est-il de même de l’exigence de compétition pour les commentateurs et consultants du football invités régulièrement à s’exprimer sur les plateaux de télévision à la table des grands. Qui y voit-on le plus souvent ? En dehors de quelques exceptions criantes de vérité concernant de véritables professionnels et connaisseurs de la question, ce sont des personnes qui ont le plus grand mal à s’exprimer, prédisent le plus souvent le contraire des évènements qui vont se dérouler et ont du temps pour cela pour la simple raison que déliés de toute obligation d’entrainer, de conseiller et de mener à la victoire, ils déroulent un passé plutôt lourd de défaites, d’éliminations et de descentes aux enfers des divisions inférieures.

Performances

Ces performances posent la question des qualifications nécessaires pour conseiller, donner un avis pertinent de même qu’elle s’applique aux compétences d’un sélectionneur, d’un président de fédération ou d’un Ministre des sports. Doit-on disqualifier les prophètes vacillants, mal amarrés sur le socle de leurs connaissances ou de leur compétence ou peut-on laisser divaguer au fil des actions, du déroulement, pour des spectateurs et auditeurs éberlués par les mauvais présages prononcés par ces divas et ténors du savoir sportif ? Non seulement, ils prévoient le meilleur et le pire au hasard de leur feeling qui a autant de failles qu’en contient la défense du Brésil ou des Pays-Bas quand les affaires vont trop bien ou trop mal.

Des Cassandre

Ce que l’on est en droit de demander à un commentateur c’est de se tromper moins que d’autres spécialistes dans les pronostics, beaucoup moins pour les paris et jeux de hasard que pour un apprentissage rationnel plus que passionnel des règles d’un sport joué à un haut niveau et pour éviter de se livrer à des prévisions démenties dès qu’elles sont issues de la bouche des journalistes et des experts. Commenter avec le vent portant arrière est facile dans la plupart des cas, le remonter au plus près appartient aux qualités, à la vision et aux sensations perçues par les grands navigateurs. C’est par ces qualités qu’ont été conquises les terres sur lesquelles naissent, grandissent et se perfectionnent les grands noms du football mondial et international.