Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Philosophie des religions et du fait religieux

Rôle des croyances religieuses dans l’art du mourir

Philosophie des religions et du fait religieux

Quels problèmes ?

vendredi 29 mars 2013, par Picospin

A l’heure de la perspective du mourir, est-ce que la religion est susceptible d’apporter une aide compassionnelle, pragmatique, spirituelle, efficace à l’être humain, seul de son espèce dans l’univers à savoir qu’il va disparaitre ? Cette ouverture angoissante sur l’avenir peut-elle être apaisée par l’intervention de la religion, de la croyance qui lui est attachée et de la confiance en une protection ou providence ?

Religion et maladie grave

L’expérience religieuse est-elle susceptible de modifier les réactions intellectuelles, rationnelles, affectives de l’homme face à la confrontation avec la mort ? Une partie du caractère vague de cette rencontre provient du terme de religion qui est difficile à définir en l’absence de référence précise aux institutions qui la portent et des mots qui la définissent et ne peuvent être réellement saisis qu’à la lumière d’une compréhension préalable de ce que sont les religions.
1. L’expérience religieuse doit être distinguée des sentiments religieux comme doit l’être toute expérience de sentiments généralement éprouvés. Un sentiment d’allégresse, même s’il survient dans un contexte religieux, ne peut être pris en compte en tant qu’expérience religieuse même si le sujet qui l’a éprouvé en vient à penser plus tard qu’il résulte d’une réalité objective porteuse de signification religieuse. Si un sujet ressent une sensation de bonheur sans la référer à quelque chose de particulier et qu’ensuite il croit que ce sentiment était du à la présence d’une certaine personne, ce fait ne suffit pas à transformer le sentiment de bonheur en perception de cette personne. Comme pour un événement d’ordre mental, où, pour devenir la perception d’un objet, il faut que soit réalisée l’expérience de cet objet, un événement d’ordre religieux ne peut devenir une expérience d’une réalité religieusement significative que sous réserve de remplir cette condition.

Expérience mystique

L’expérience religieuse doit aussi être distinguée d’une expérience mystique. Le mysticisme est un système religieux spécifique ou une pratique entreprise délibérément pour s’unir au divin ou faire l’expérience directe de l’ultime réalité. Beaucoup d’expériences religieuses surviennent à l’impromptu plus qu’en tant que conséquence d’une pratique délibérée.
2. La plupart des expériences religieuses sont d’ordre visuel ou auditif lorsque les sujets rapportent des vécus de vision ou d’écoute tout en se hâtant d’en démentir la réalité au sens où on l’entend habituellement, c’est à dire avec ses yeux ou ses oreilles. Ce ne sont pas de véritables hallucinations mais une expérience authentique sous la médiation d’une analogie d’ordre spirituel en provenance de l’œil ou de l’oreille. Il est des expériences qui parviennent par l’intermédiaire de capteurs sensoriels qui transmettent des informations sur une réalité discutable ou trop conformiste. L’expérience religieuse peut appartenir à une catégorie faisant partie d’une perception tout à fait banale dont l’objet physique est porteur d’une signification religieuse. C’est le cas de la vision de Moïse avec son buisson ardent. Toute différente est l’expérience, dite « ineffable » où le sujet insiste sur sa prise de conscience en tant que réalité. Les expériences religieuses ne peuvent être traitées de la même manière que le sont les expériences sensibles ce qui n’implique pas qu’elles n’ont ni sens ni importance, ni même qu’elles ne sont pas véridiques et qu’on puisse les traiter comme négligeables par rapport à la réalité.

Sens caché et neurosciences

Proclamer que Jésus est mort pour me péchés ne signifie rien d’autre que de sous-entendre que Jésus est mort. Que dans leur diversité des religions proclament des vérités différentes, relève de la même logique que le recueil de témoignages opposés sur le même événement. Quand les rapports sur le même événement est similaire, il est possible de lui accorder une certaine légitimité, au moins dans les grandes lignes du contenu de l’histoire rapportée. Pour affirmer la véracité d’une expérience religieuse, il faut au moins que soient réalisées deux conditions : la première est de trouver un fondement commun à toutes les expériences de telle manière que malgré des variations dans les détails, elles puissent être interprétées comme étant des expériences portant sur une seule et même réalité ; la seconde consiste à insister sur le caractère véridique de sa propre expérience et celui non véridique de l’expérience des autres. Les opinions de Freud et de Marx se rejoignent quand ils affirment que les phénomènes d’ordre religieux sont explicables par des mécanismes psychologiques et économiques suffisants à eux seuls pour rendre compte des croyances sans qu’il soit nécessaire d’y ajouter l’intervention de la foi. A ces arguments sont venus s’ajouter plus récemment ceux des neurosciences qui prétendent que certains évènements survenus au niveau du cerveau ressemblent curieusement à ce qui se passe au cours des méditations, de crises d’origine neurologique, de phénomènes neurologiques spontanés ou induits par des drogues.

Témoignages

Croire ou ne pas croire en un témoignage qui rapporte une expérience religieuse reste du domaine de compétence et d’accord ou de rejet de celui à qui s’adresse le discours relatif à cette expérience religieuse particulière. Il est toujours possible d’objecter, de rejeter des arguments, de refuser la sincérité d’un témoignage surtout s’il concerne un fait d’ordre religieux, si l’on prend en compte que celui-ci provient d’une expérience qui contient moins d’informations, d’explications, de précision dans les détails que le rapport concernant une expérience d’ordre sensible ce qui ne signifie nullement que la première doit être systématiquement rejetée au profit de la seconde.
3. Les traditions européennes mettent en scène essentiellement Dieu entendu comme un esprit parfaitement bon, éternel, omniscient, omnipotent, éternel et libre. Il se révèle lui-même aux peuples désignés ou invités, en délivrant un message sans y être obligé, ou en faisant appel à des expériences impliquant des démons, des saints, des anges, le ciel, l’enfer ou d’autres objets religieux.

Quelles croyances ?

Dans d’autres croyances, essentiellement celles venue d’Asie, il est question de méditations conduisant à considérer les choses telles qu’elles sont, dénuées de plaisir, instantanées, dépourvues de conscience de soi, décevantes et indépendantes des évènements qui en on précédé la survenue. La version chinoise de cette expérience a donné naissance au confucianisme qui a commencé par figurer un système politique et éthique, sans souci particulier pour une transcendance et qui par la suite s’est transformé en une doctrine où la priorité était conférée à une bonté qui avait besoin d’être purifiée et dont le résultat était évalué par le constat d’une amélioration progressive de la morale, positions qui ont abouti au bouddhisme, au taoïsme et en fin de compte au Zen.

Messages

  • "Vel, lærte meg hvordan Nike Free Run ferdigheter det !" Uansett, denne gangen også uten problemer, Nike Free Run også ønsker å prøve det. Men når praktisere etter, vet hvor vanskelig styrken på trening, den moderne hodet helt ulikt de gamle som bare satt der, er en halv dag fortsatt mindre enn hjertet, vanskelig å Nike Free roe ned litt, er utsiden kom de ulike støy, så han sa også at de ikke kunne gå inn Shuanger slags riket inne, endelig hadde ikke noe annet valg enn å gi opp. Kapittel 37 Lolita opplæringsplan Shuanger er virkelig en smart liten jente, under veiledning av Nike Sko, og snart er hun i utgangspunktet mestret bruken av noen datamaskin. Shuanger til nike free sa en kompetanse tilnærming til denne metoden er ikke vanskelig. men atmosfæren er å mobilisere kroppens sirkulasjon i kroppen, nfl jerseys også raskt husket. Ferdigheter selvfølgelig å stille, men nå datamaskinen er ekstremt Shuanger nysgjerrig, er nike free run lært Shuanger noen enkel bruk, du gikk til stuen for å gå dit for å meditere. rett og slett fordi når Shuanger deres lesing er rett og slett ikke lært pinyin, så ikke si at å bruke Wubi, er heller ikke med skrivemåten, Nike Free Run 2 måtte hjelpe til å ønske å se noe de ønsker å vite. " Nike Free Run Dame Brother, jeg husker da du først så meg, jeg vil snakke om ting hjemme, hvor det nå er å se det ?" Shuanger sitter foran datamaskinen, og snudde for å spørre Nike Free Run ineffektivt.

  • Je suis de retour, eggplant ugg pas cher 24 7 je suis finalement arrivé ugg pas cher en arrière. Non, pas mon dos, elle est bottes ugg 3.0 revenue. Qu’il est, à la fin, c’est quoi ? SHEN Xiao Xia tenant un bottes ugg avis ordinateur portable, et un bottes ugg sentiment profond de ugg pas cher 1 noir fraîcheur à partir de kraft usure de leurs doigts. Quelque chose tombe de l’intérieur. Une feuille de papier pliée, mais le papier est uggs plus jaune, voir ugg pas cher 87 femme qui est plus lointain.