Ethique Info

Accueil > Société > Pingouins en déshérence

Les anonymisés

Pingouins en déshérence

ou comment reconnaitre un pingouin

mercredi 17 mars 2010, par Picospin

Il traite de la confidentialité des nouveaux sites comme Facebook et Twitter qui parviennent par subterfuge à recueillir des données massives sur les pingouins qui s’agitent dans l’eau des nouvelles piscines de Dubai trop loin, des zones inondées en Vendée trop près et des terrains secs restant lorsque les tourments climatiques les privent temporairement des crues, des tempêtes ou des pluies diluviennes.

Le quotidien new-yorkais commence par supposer qu’un étranger quelconque se présente devant vous dans la rue pour voue demander votre nom, votre adresse e-mail ou votre numéro de Sécurité Sociale et se met à imaginer vos réactions. Probablement négatives. Mine de rien et subrepticement les entreprises citées plus haut ont ainsi l’occasion de recueillir des milliers de données sur des millions de gens grâce aux confidences et aux segments de vie privée échangés entre pingouins au moment où ils agitent leurs ailes inutiles et se déplacent avec lourdeur sur un terrain glissant. Les identifications par les moyens classiques sont devenues parfaitement obsolètes et sont de plus en plus fréquemment remplacées par les nouvelles technologies des communications électroniques à l’aide de ce qu’on a eu le bon gout et l’intelligence de baptiser réseaux sociaux. Par l’intermédiaire du recoupage d’informations aux mains des agents intéressés par le jeu des corrélations, des indices importants sur chaque pingouin peuvent être déduits. Ces intrusions dans la vie privée ne sont pas nécessairement aux mains de voleurs mais au contraire reçoivent des lettres de noblesse de la part d’universitaires aussi distingués que peuvent l’être des chercheurs du MIT ou d’autres vénérables institutions dignes de foi et d’honnêteté. On parle de plus en plus du processus permettant de cacher l’identité et surtout les noms de participants à des concours, de jeux sinon de patients se prêtant à des recherches biomédicales. L’éthique la plus élémentaire recommande dans ces situations de préserver l’anonymat des pingouins même s’ils ont reçu le tampon de l’identification. Devant l’aubaine scientifique et commerciale des utilisations de procédures sophistiquées de ce que l’on peut appeler "l’anonymisation" et son contraire la "désanonymisation", les candidats à l’approfondissement de cette nouvelle technoscience se précipitent. Si dans la vie courante, les pingouins ont parfois les moyens de se défendre contre des agresseurs informatiques ou informatisés, les moyens de protection dans l’univers de l’électronique paraissent plus dérisoires. Si le monde de l’informatique peut garder des données sous couvercle, d’autres seront ravis, consciemment ou non, de le soulever pour vous, qu’il s’agisse d’amis, collègues, relations sociétales, professionnelles. L’ensemble de ces données appose une « signature sociale » auprès de votre individualité. Relier des informations en provenance de sources variées permet, mises entre les mains de chercheurs futés et expérimentés d’identifier les pingouins à n’importe quel stade de leur démarche maladroite, de leur patinage sur des sables mouvants ou de leur descente glissante sur terrain en voie d’éboulement ou pentes raides comme celles des rues de San Francisco. En Amérique, même si le nombre des identifications par le numéro de sécurité sociale est plutôt rare, il suffit à cerner les pingouins les plus significatifs en quantité suffisante pour les replacer dans leur contexte familial, relationnel géographique. Ne serait-ce que par l’obtention de données sur leur date et lieu de naissance. Le développement de ces techniques pourrait constituer un risque non négligeable de la part des criminels, voleurs, et personnes malhonnêtes. La situation des pingouins est susceptible de se détériorer jusqu’à leur disparition à moins d’appeler en urgence les services de la protection animale et humaine. Quand vous travaillez en ligne essayez pour votre sécurité de vous comporter comme si vous étiez en public.