Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Plaidoyer pour une meilleure formation des soignants de la médecine (...)

Les soins palliatifs : créer un modèle plus durable de médecine généraliste et spécialisée

Plaidoyer pour une meilleure formation des soignants de la médecine palliative

Generalist plus Specialist Palliative Care — Creating a More Sustainable Model

jeudi 28 mars 2013, par Picospin

Ce champ d’activité est sorti des traditions de la médecine pratiquée dans les hospices où les soins n’avaient été délivrés qu’en fin de vie pour entrer dans le domaine de la spécialisation qui assure sa mission même aux stades précoces de la maladie où elle améliore la qualité des soins, la précision des prises de décisions quel que soit le stade d’évolution de la pathologie concernée.

ÉUne question de budget

A une époque où les remboursements des actes médicaux se réduit, ce type de médecine gagne de plus en plus d’adeptes dans l’espoir d’augmenter sa valeur. Le recours à ce type de médecine pourrait devenir parfaitement routinier, à la portée de tout médecin, à condition de se limiter à ses aspects fondamentaux. Les autres compétences exigent une plus grande compétence et un entrainement plus approfondi et plus long comme les relations avec la famille, les réponses à la détresse existentielle et la maitrise de symptômes réfractaires à toute mesure thérapeutique ou préventive. Maintenant que la qualité et l’efficacité des soins palliatifs soient reconnues, on appelle ses spécialistes pour un oui ou un non, sans tenir compte de la gravité, de la complexité de la situation. Bien qu’il soit légitime de considérer le recours aux soins palliatifs, cette prise en charge trop large et peu discriminative risque de conduire à des conséquences négatives. L’augmentation de la demande va rapidement dépasser les possibilités de l’offre. La plupart des causes de recours à cette médecine peuvent être parfaitement traitées par tout généraliste ou spécialiste quelle que soit la spécialité concernée. Faire appel à la médecine palliative risque fort de compliquer les relations entre soignants.

Responsabilités

Si la médecine palliative s’occupe de toutes les tâches dévolues aux généralistes et spécialistes, les exécutants de cette médecine seront en droit de dégager leur responsabilité, ce qui risque de fragmenter encore plus la convergence des soins. A l’heure actuelle, il n’existe nulle part un nombre suffisant de spécialistes dans cette discipline pour donner satisfaction à tout le monde, d’autant plus que les besoins auront tendance à augmenter en raison de l’allongement de la longévité qui exigera l’assistance à la fois de généralistes et de spécialistes. Cette situation obligera les pouvoirs publics à organiser une formation accrue de spécialistes en médecine palliative ce qui n’est pas nécessairement un inconvénient étant donné l’augmentation de qualité attendue de l’intervention des soignants du palliatif et de ce fait de la réduction du coût des soins. Les projets de formation de ces nouveaux spécialistes et de leur arrivée sur le terrain de la médecine obligera les responsables de leur formation à distinguer la médecine palliative primaire de la palliation spécialisée pour s’occuper en particulier des cas les plus complexes et les plus difficiles de manière à assurer une collaboration entre les représentants de ces deux catégories.

Formation diversifiée

A terme, chaque spécialité médicale devra définir ses propres projets de formation depuis l’oncologie, la cardiologie, la réanimation, la gériatrie, jusqu’à la chirurgie ou la médecine générale. Cette formation devra être complétée par un plan de triage pour attribuer des priorités aux appels et interventions de ces nouveaux spécialistes de l’urgence, de la mort et de la souffrance. Ils devront reconnaître que la pratique de la médecine générale et celle de la médecine palliative, loin de s’exclure, permettront de réaliser une approche plus complète et plus homogène du malade. Dans les programmes d’enseignement, il faudra tenir compte de la nécessité de faire comprendre aux étudiants en cours de spécialisation les principes de base de la médecine palliative tout en faisant allusion aux problèmes complexes et à la souffrance qui sont davantage l’apanage des spécialistes des soins palliatifs. De tels efforts pourraient s’étendre à toutes les catégories de malades graves atteints d’insuffisance cardiaque, de pneumopathies chroniques ou de la maladie d’Alzheimer. Des réflexions à ces sujets et aux moyens de maitriser la douleur et d’établir un pronostic sont indispensables dans tous les secteurs de la médecine tandis que d’autres sont destinés à des spécialités comme la pneumologie, le contrôle de la dyspnée.

Enseignement

Il faut, en tout cas, intégrer cet enseignement dans le cours des études de médecine et dans les programmes de formation des futurs médecins, sans oublier que le médecin palliatif doit renvoyer le malade au spécialiste ou au généraliste référent pour ne pas interrompre son suivi de manière à respecter une formation continue et faciliter l’accès des malades sérieusement atteints à la médecine palliative. Ce modèle est susceptible de simplifier l’organisation des soins, de faciliter et renforcer les relations entre médecins et améliorer celles des soignants avec les soignés tout en réduisant le nombre de médecins impliqués dans la distribution des soins. Une telle approche ne risque guère de compromettre le fonctionnement de la médecine palliative d’autant plus qu’actuellement on compte trop de malades atteints de maladies graves laissés sans aucune intervention de la médecine palliative par manque de possibilités de recours à cet aspect indispensable au diagnostic et au traitement, faute de disposer d’un nombre suffisant de spécialistes dûment formés et disponibles. Ce n’est assurément pas une bonne solution que d’ajouter à chaque équipe soignante une autre chargée de la palliation, ni au point de vue du cout ni à celui de la dispersion et de l’hétérogénéité dans la coordination du soin.

Messages

  • Channel est très calme, plancher dégage ugg bottes 90 homme une odeur étrange. La porte bottes ugg rouge de chaque pièce hermétiquement fermée, les uggs 2009 leather murs très sales, les parois du canal avec coffre-fort mural, mais le manque d’électricité, donc pas ugg bottes tn noir très clair Jeunes états et ugg prix est venu à l’escalier du deuxième ugg bottes 2013 étage. Ils ont été choqués de voir le patron et le patron de la figure flashé, il bottes ugg 3 a été relié à la première et deuxième étage escalier bloquant la vue. Apparemment, ils ont eu uggs ltd 2 marron juste le temps nécessaire au premier étage, et ugg bottes - Unis arrive aussi juste allé vers les acheter ugg bottes classic bw escaliers.