Ethique Info

Accueil > Sciences > Le Président et le footballeur

Déchéance avant le trou noir ?

Le Président et le footballeur

La relativité est-elle générale ?

vendredi 25 juin 2010, par Picospin

Cette évolution ressemble fort à celle observée récemment lors de dérives climatiques exceptionnelles sous la forme d’inondations cataclysmiques qui ont emporté dans des torrents d’eau et de boue des villages entiers, des zones étendues habituellement préservées des intempéries et secteurs habitables mais qui ont cessé de l’être en raison des dangers qu’ils commençaient à présenter pour ses habitants.

Quels citoyens ?

Tout être, citoyen, individu doté d’un jugement équilibré et équitable était considéré comme porteur de tels attributs. Il semble qu’il n’en soit pas constamment ainsi si l’on en croit le classement des priorités établi on ne sait ni pourquoi, ni quand, ni comment dans l’ordre de l’expédition des affaires de la République. Sans doute sous l’influence d’une passion irrépressible, d’intérêts mystérieux, d’un calendrier figé, on a bouleversé la logique des priorités en accordant la priorité absolue au jeu plus qu’au sport, au football et à ses paris dits sportifs en la personne d’une ancienne figure emblématique, revenue à la hâte en jet privé à coups de millions pour expliquer le détail des évènements qui venaient de se passer dans un lointain pays d’Afrique soudainement promu à la célébrité pour avoir organisé une coupe du monde censée redorer les blasons ternis, les réputations naufragées et rempli les caisses d’on ne sait quels sponsors menacés de ruine du fait d’une situation économique sur le déclin. Les équipiers de cet homme célèbre s’étaient enfermés pendant de longues semaines dans une bulle sous la direction d’un entraineur choisi et dument sélectionné par une digne assemblée incapable d’expliquer ses préférences si paradoxales qu’elles ont fini par aboutir à un échec retentissant, objet de la risée du monde à propos d’une nation autrefois championne du monde et dont la statue a dégringolé de son socle d’apothéose, bordé de lauriers jusqu’au trou noir de la déchéance à côté duquel les formations appartenant au domaine de l’astrophysique ne sont que de pâles copies en noir et blanc.

Déchéance ou trou noir ?

C’est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper. De tels objets n’émettent donc pas de lumière et sont alors perçus comme formations noires décrites par la théorie de la relativité générale. Ils ne sont pas directement observables que par des techniques indirectes dans différentes longueurs d’ondes qui permettent d’étudier les phénomènes qu’ils induisent sur leur environnement. En particulier, la matière qui est happée par un trou noir est chauffée à des températures considérables avant d’être engloutie et émet de ce fait une quantité importante de rayons X. Ainsi, même si un trou noir n’émet pas lui-même de rayonnement, il peut néanmoins être détectable par son action sur son environnement. Où se situait l’intérêt de rencontrer en extrême urgence un sportif ayant affirmé qu’il allait quitter son pays pour aller gagner beaucoup d’argent aux États-Unis. Ce projet ne le disqualifiait-il pas d’emblée pour jouer tout rôle politique, administratif, financier ou de gouvernance dans un milieu qu’il allait quitter pour un certain temps avant de récupérer la moindre emprise sur l’organisation qui le régit.

Chandelles

Ne pouvait-on régler ce problème à la lumière des chandelles brillant de mille feux dans les salons élyséens même si le temps est court, les finances au plus bas, le peuple effondré et l’énergie rare et chère. Il faut donner du temps au temps, disait-on autrefois pour rassurer les foules rassemblées autour de minces espoirs. Peut-être pouvait-on rapatrier par lignes aériennes régulières, expédier affaires importantes pour la vie des concitoyens avant de régler les problèmes de sportifs millionnaires servant pour la plupart leur profession dans l’exil plus que dans le terroir, travailler et s’entrainer avant grèves et départ urgents en sacrées saintes vacances ? Les options existent et sont au choix des individus responsables suivant le cheminement ardu de leur propre éthique. « Il n’y a plus qu’à faire » comme on le dit souvent…

Questionnement éthique :

1. Comment peut évoluer la technique même si elle s’adresse à la physique du ballon rond ?

2. Ne peut-elle basculer vers le bien ou vers la mal sinon se transformer par sa croissance en un mal ?

3. Quelles sont les tâches primaires qui attendent les hommes attachés à assumer la responsabilité du futur, même s’il s’agit de celui du sport en général et du football et de son milieu en particulier ?

4. Comment l’homme, fut-il footballeur ou spectateur, s’est-il déjà montré dans le passé ? Capable de reconnaitre ce qu’il est nécessaire d’éviter et impossible de dépasser ?