Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Prison pour DSK…et pour les autres ?

Justice pour les uns...

Prison pour DSK…et pour les autres ?

Injustice pour les autres ?

jeudi 19 mai 2011, par Picospin

Est-ce une consolation pour DSK et son entourage de constater qu’il n’est pas le seul à être baigné dans le harcèlement sexuel si condamné aux Etats-Unis et plutôt pris à la légère en France ?

Un esthète du muscle

On apprend tout d’un coup que le bellâtre Schwarzenegger, dont les qualités intellectuelles bien connues l’ont autorisé triomphalement à s’occuper des affaires de la Californie avec le succès que l’on sait a délibérément commis l’adultère avec une employée de sa superbe résidence à Los Angeles. Si l’on s’inquiète des frasques de DSK que dire d’une aventure de ce type dont les conséquences seront infiniment plus graves pour le « résultat » de leurs folies amoureuses. Je veux parler du fils né de cet égarement dont la stabilité psychique et physique, voire morale peut être mise à rude épreuve à la suite de la légèreté d’un couple dont ni l’existence commune, ni les liens affectifs, moraux, intellectuels n’ont jamais été stabilisés par des liens du mariage officiel tels que les conçoivent les prudes Américains qui adorent voir leur représentation mythique illustrée par la sortie de l’Eglise sous la blancheur immaculée et virginale d’une épouse de blanc vêtue aux bras d’un solide gaillard blanc et blond.

Japonais et Américains aiment l’excuse

Il se trouve que ce Monsieur ne cesse de s’excuser, de se confondre en regrets, pardons de toutes sortes pour conserver la stature d’un homme de bien, débarqué autrefois de son Autriche natale pour conquérir une Amérique impatiente de s’offrir à ce représentant de la force physique plus que du cerveau sinon de la morale chrétienne. Apparemment, cet être d’exception, apport de poids à la Californie ne réside ni en prison, n’est l’objet d’aucune opprobre et continue tranquillement son chemin après sa séparation de son épouse légale et officielle, descendant d’une grande famille américaine elle aussi blanche comme neige au soleil et droite et solide comme les séquoia géants qui rôdent autour des forêts de la côte du Pacifique. Il est vrai que ni ce touriste européen ni le frère de notre ancienne Ministre de la Justice qui pourrait partager sa cellule privée avec celle de DSK si leur éloignement psychique, intellectuel, moral n’était géographiquement si grand ne sont « victimes » d’un complot si probable pour les Français sondés à propos de l’enfermement de DSK.

Un envoi recommandé parti de France

Pourtant, le citoyen autrichien n’avait apparemment ni la bénédiction, ni le consentement, ni le désir et encouragements de son chef d’État pour traverser l’Atlantique et s’installer à la tête d’une des plus grandes organisations mondiales où les émoluments sont à la mesure de l’importance et du pouvoir de l’institution. Ces sommes sont dès lors reprochés à DSK alors que tout le monde les connaît, peut s’en trouver jaloux et les condamner en vertu de la justice et de l’égalité pour tous, à l’instar des prisons américaines que débordent de monde et de batailles rangées ce qui en dit long sur les conditions d’accueil et le niveau de culture et de civilisation d’un pays fier de sa liberté, de sa justice et de ses institutions. Dans cet ordre d’idées, la France n’a rien à envier à ce pays avec ses prisons pleines, les tentatives réitérées et avortées pour les « humaniser » et le respect inaltérable de la devise liberté égalité fraternité. Les réactions venant d’Amérique à ce propos sont plus dures que celles en provenance de l’hexagone où on a toujours tendance à pardonner plus les activités érotiques que celles menant à l’injustice, à la pauvreté, à la brimade des plus pauvres, des déshérités et des exclus de la société.

Inexcusable fortune

On y excuse moins la fortune que son contraire sans prendre en compte le fait que l’association des uns avec les autres peut conduire parfois à un égalitarisme réconfortant et au rétablissement de la justice. Dans le cas de DSK, l’injustice s’il y a lieu reste modérée par rapport à toutes celles qui proviennent des exploiteurs et prédateurs de toutes sortes qui fondent sur le peuple, les opprimés, les faibles sans défense à la manière des aigles qui dérobent les œufs des nids à peine construits. Qui peut affirmer aujourd’hui que la chute inopinée et imprévisible d’un homme qui a bénéficié de pouvoirs majeurs ne risque pas de l’acculer au suicide ? il n’a ni fondu sur des proies fragiles et innocentes ni exploité le travail des autres, puisque ce dernier, c’est lui qui l’accomplissait, le projetait et le négociait. Fort bien d’ailleurs, à la satisfaction de tous.

Lynchage, musique et orchestration ?

Par contre, ce à quoi on assiste c’est à un lynchage moral et physique à travers l’instrumentalisation d’une justice dont les ressorts sont encore inconnus à la plupart et qui ne cesse de montrer sa dureté sinon sa sauvagerie par le recrutement des forçats et l’organisation de leurs activités. La presse orchestre des thèmes de combat contre des signes, des signifiants, des symboles dont la réalité pose plus question que réponse. Que vient faire dans cette histoire la Porsche déposée dans une photo, symbole d’exception et de fortune excessive comme pourrait l’être celle du patron de Renault dont on ne connaît guère ni le montant des biens ni les ressources vitales. S’il y a orchestration, est-ce que pour autant cela veut dire orchestre puis chef d’orchestre ? pour qui, pour quoi faire et pour quels objectifs ? La vie est ainsi faite que la malheur des uns ne fait pas nécessairement le bonheur des autres. Aujourd’hui, un Président est menotté et sans lacets l’autre attend un heureux ou des tas d’évènements favorables. Qu’en sera-t-il demain ? c’est la question du hasard pour les uns, de la logique et du rationnel pour les autres, de la puissance des passions pour les troisièmes. Peut-être de l’injustice pour tous ? Qui répondra à cette question sinon les dieux plus que le Dieu unique dont certains accusent le retrait du monde et l’impuissance ?