Ethique Info

Accueil > Education > Projets pour une nouvelle éducation uniforme

Quels modèles ?

Projets pour une nouvelle éducation uniforme

Asiatique, marxiste ou totalitaire ?

mercredi 17 juin 2009, par Picospin

C’est dans cette perspective que notre Ministre de l’Education qui est à cheval entre cette attribution et celle de la justice a réfléchi à un projet aussi ambitieux qu’attractif.

Essai concluant ?

Pour le moment, il serait mis à l’essai pour en faire une étude préalable de faisabilité comme on le dit dans les milieux scientifiques. D’ores et déjà, ce programme encore à l’état d’ébauche a reçu le label de novateur même s’il contient de nombreux rappels et références extraits des formes qu’a prises l’école dans d’autres pays qui confondent calme, discipline, obéissance avec innovation, créativité, imagination. Les maitre mots de cette nouvelle organisation pourraient s’appeler internat, tutorat et humanités, rapidement transformés en humanités classiques, art et culture. On pourrait dire presque un programme à la Malraux qui dans les dernières années de son exercice ne craignait pas d’agiter le drapeau tricolore au nom de son retour au nationalisme après avoir fait de longs séjours dans les brigades rouges et s’être essuyé les vestes sur les murs du temple d’Angkor. Si l’on fouille de plus près dans les interstices laissés par le passage du temps dans ces derniers, on s’apercevra que la présence du tuteur y est plus importante que le contenu et la forme de l’enseignement, que le site d’enseignement deviendra un lieu de vie où l’attentions sera portée essentiellement sur le culture générale et l’éducation humaniste et que l’art et la culture y remplaceront la section sports étude sans doute pour minimiser la part accordée à l’exaltation du corps, à son développement et à ses performances.

Corps au repos

On peut se demander si cette mise au calme de l’activité corporelle constitue une réaction aux directives que l’on voit affichées un peu partout, à l’occasion de n’importe quelle publicité sur alimentation, nutrition ou lutte contre obésité. Dans ce programme fortement novateur, n’oublions pas la part désormais consacrée à l’attention pour l’autre qui, comme on le sait caractérise la vie en société des humains que nous représentons. Il y est moins question de conseiller ou d’admirer la marche au bout de soi-même accomplie actuellement devant les micros branchés sur les courts de tennis aux cris stridents accompagnant les expirations bruyantes des tennismen de haut niveau dont on se demande si le dernier hurlement ne sera pas tout simplement la dernière respiration ou l’ultime braillement. Pour accentuer la note d’égalité entre les élèves venus de tous les horizons, on fait appel au port de l’uniforme.

Uniformes ?

Cette dernière initiative n’est sans doute pas originale puisqu’elle a déjà été adoptée par de nombreuses nations et communautés où l’on privilégie l’homogénéité, la cohérence et l’unité de la pensée à son attractivité, son caractère novateur. Qui s’estimera assez doué et suffisamment clairvoyant pour qualifier les avantages, inconvénients, bénéfices d’une éducation « collectiviste » à celle d’une transmission du savoir personnalisée comme on serait en droit de l’attendre de la mission d’un précepteur surtout si ce dernier se met à enseigner les langues plus ou moins à l’agonie comme le grec ancien et le latin ? Pourtant, devant l’affaissement de la langue française unanimement constaté, y a-t-il d’autres moyens de redresser la situation ? Dans le même temps, le Ministère de l’Intérieur ne souhait-t-il pas organiser des brigades rouges ou bleues pour mettre de l’ordre dans le couples qui se déchirent ?

Questionnement éthique :

1. Comment déterminer les conditions optimales d’enseignement et d’éducation dans un monde d’où l’on pense que les forces spirituelles sont en voie de retrait ?

2. Quel est le nombre d’élèves idéal dans une classe qui vise l’efficacité optimale et l’excellence ?

3. Est-ce que des allégorie comme le drapeau, les cérémonies ou l’exécution d’hymnes sont de nature à favoriser la cohésion des groupes mais aussi leur créativité et leur imagination ?

4. Est-ce que le port de l’uniforme favorise le sentiment d’égalité parmi les enseignés ?