Ethique Info

Accueil > Education > Qu’est-ce qui fait courir les chercheurs de risques et les travailleurs (...)

Après l’affaire de la Société Générale

Qu’est-ce qui fait courir les chercheurs de risques et les travailleurs insensibles à leur fatigue ?

Les comportements pathologiques des joueurs invétérés

mardi 19 février 2008, par Picospin

Si vous avez reçu une amende pour excès de vitesse, méfiez-vous. Vous avez de grandes chances de vouloir vous engager dans des comportements dangereux sinon délictueux. Une récente enquête vient de montrer que si vous collectionnez ce type d’amende, vous aurez aussi tendance à vouloir modifier votre portefeuille d’actions.

Excès de vitesse

Organisée à l’université de Californie à Los Angeles, cette étude traite du comportement des automobilistes qui collectionnent les amendes pour excès de vitesse dans la bonne ville du nord de l’Europe qui s’avère être la capitale de la Finlande, c’est-à-dire, comme chacun sait Helsinki et que nombre de personnes appellent encore « Helsinski » comme pour signifier que nous ne sommes pas en Scandinavie mais quelque part dans une région sous influence culturelle slave comme pourrait l’être par exemple une cité située quelque part au milieu de la sainte Russie. Le gouvernement finlandais – et non finnois - simple nuance linguistique qu’il faut connaître pour ne pas avoir l’air d’un être inculte aux yeux des gens cultivés – au moins en géographie et sociologie, a eu l’extrême bonté de fournir des renseignements à moitié confidentiels sur le mode de vie des sujets étudiés, c’est-à-dire ceux qui ont eu un comportement civique contraire aux bonnes mœurs c’est-à-dire irrespectueux de la sécurité d’autrui. Ce qu’ils ont constaté, c’est une relation entre la fréquence de condamnations par contraventions ou retrait de permis et leurs lendemains caractérisés par une augmentation faible mais déjà significative des ordres donnés en bourse pour activer leurs mouvements.

Fureur en bourse

Analysant les données de cette étude, les chercheurs ont découvert que la tendance à accélérer la vitesse ne reste pas égale tout au long de la vie. En vieillissant, les gens deviennent plus conservateurs et comme par hasard ralentissent aussi le rythme imprimé à leurs ordres en bourse. Pour rendre l’analyse des données plus égale et leur lecture plus aisée, pour apparier les sujets étudiés de façon plus juste, ils ont tenu compte de l’âge et comparé les personnes incluses dans ce travail en fonction de leur âge et donc en les appariant en fonction de leur âge. De cette manière, ils sont malgré tout parvenus à la même conclusion c’est qu’entre deux sujets jumeaux, celui qui recueille le plus de contraventions pour excès de vitesse est celui qui aura aussi joué en bourse le plus souvent et avec le plus d’investissements. Pour expliquer ce phénomène, on a parié sur la supposition d’un excès de confiance en soi. Cette dernière n’a pas été confirmée lors d’une étude plus approfondie. En revanche ce qui est apparu à l’évidence, c’est que le phénomène susceptible de rendre compte au mieux de la disparité entre les comportements des joueurs c’est la recherche de sensations fortes. Ces personnes qui recherchent ces sensations de façon compulsive le font non parce qu’ils sont persuadés de réaliser des bénéfices spectaculaires ou de mettre la banque en difficulté mais plus simplement parce qu’ils s’ennuient avec un portefeuille statique.

Combien ça rapporte ?

Est-ce que les gens qui jouent le plus souvent en bourse bénéficient de meilleurs rapports que les autres ? La réponse est clairement non si l’on tient un compte rigoureux des résultats et des frais à ajouter aux transactions. De ce fait, ils ne peuvent pas justifier leurs opérations par les résultats mirifiques de leurs opérations. Ce travail ne met que plus en lumière l’importance qu’il convient d’accorder au rôle majeur des facteurs psychologiques dans l’énumération des causes et de la rationalité des prises de décision en ce qui concerne le choix des investissementsleçon de cette histoire est qu’avant de prendre une décision lourde de conséquences, il vaut mieux s’engager dans une réflexion personnelle sur les motivations réelles qui la propulsent. Est-ce que nous faisons des affaires pour des raisons de comportement compulsif ou plus simplement parce que nous trouvons que l’absence de tout mouvement intéressant sur le marché n’est pas très excitante et provoque un incommensurable ennui. Il n’est pas douteux que chacun d’entre nous devrait souvent se poser cette question et que l’équilibre de notre vie en bénéficierait. Sans doute est-il encore plus crucial de se poser cette question après avoir commis un condamnable excès de vitesse.

Questionnement éthique :

1. Quelles peuvent être les relations entre les résultats de cette étude et le comportement récent d’un trader de la Société Générale du nom de Kerviel qui s’est amusé avec les comptes déposés dans sa banque à spéculer à la bourse pour en retirer des sommes gigantesques sans apparemment en tirer des profits substantiels pour lui-même ?

2. Est-ce que ce comportement peut être considéré comme pathologique, compte tenu du fait que comme le suggère cette étude américaine, les accrocs de ce type d’activité sont excités psychologiquement par leurs opérations mais n’en retirent pas un bénéfice excessif. Celui-ci étant considéré comme restant au second plan.

3. Est-il envisageable de détecter à titre préventif la « maladie » de ces traders qui deviennent fous à force de fréquenter les milieux de la bourse au point que leurs responsables professionnels les obligent à prendre des vacances pour interrompre le cercle infernal dans lequel ils sont enfermés ?

4. Est-ce dans cette perspective que M. Bouton, PDG de la banque a décidé de renforcer la surveillance de ces collaborateurs en imposant désormais la confirmation des transactions immédiatement après leur réalisation, c’est-à-dire au plus tard le lendemain de leur réalisation ?

5. Cette protection sera complétée par la restriction de l’accès aux systèmes informatiques grâce à des changements plus fréquents des mots de passe et la création d’une équipe de recherche des opérations frauduleuses. Ces mesures seront-elles suffisantes à assainir les conduites du personnel ?


Sources :
Hulbert M. Fast Drivers Find Thrills in Stock Deals. New York Times 16. 02. 2008