Ethique Info

Accueil > Médecine > Que faire contre la grippe ?

Vacciner ?

Que faire contre la grippe ?

Quand, Comment, Avec quels produits ?

jeudi 3 septembre 2009, par Picospin

Cette dernière est liée au déclin du système immunitaire qui réduit les capacités de réponse à l’infection ce qui conduit immanquablement à une augmentation de la gravité de la maladie.

Une affection grave

La majorité des décès incombant à cette affection, soit près de 90% des cas, surviennent chez les patients les plus âgés. De plus, l’invalidité qui résulte des hospitalisations pour cette affection représente une charge considérable dans cette fraction fort menacée de la population. Les vaccins actuellement disponibles sont susceptibles d’apporter leurs bénéfices aux adultes les plus vieux bien que ces derniers soient limités par rapport à aux patients plus jeunes. Le dérapage de l’efficacité de la vaccination contre cette affection est préoccupante dans la mesure où cette tendance est susceptible d’avoir une influence sur l’efficacité de la vaccination à cause d’un mauvais assortiment entre la source du virus présent dans le vaccin et celle qui domine l’origine de la source circulante. C’est pour cette raison que l’on doit s’attacher à privilégier le choix des vaccins qui offrent une protection de meilleure qualité et sur un spectre plus large contre les races de virus aussi bien homologues que hétérologues. C’est pour toutes ces raisons qu’il est préférable de faire appel à des vaccins adjuvants déjà disponibles dans certains pays.

Hypothèses

On a aussi émis l’hypothèse que des doses plus élevées de vaccins pourraient constituer une stratégie thérapeutique qui mérite une évaluation sérieuse, de même que ces essais de préventions pourraient s’adresser à des adjuvants nouveaux ou renforcés, des vaccins vivants atténués, associés aux produits actuellement disponibles, les vaccins ADN, les produits recombinés de même que l’utilisation de différents modes de distribution dans le corps et l’appel à des antigènes d’une autre nature. Pour évaluer correctement les bénéfices obtenus par ces types de solutions, il faut impérativement initier des analyses concernant l’efficacité et l’efficience de ces produits alternatifs et obtenir des corrélations précises concernant la protection, en particulier une mesure exacte des réponses données par les cellules T qui restent les marqueurs les plus sensibles des effets de la protection. S’il est clair que les vaccins dotés d’une immunogénéité renforcée devraient être largement utilisés chez les adultes plus âgés, et que les vaccins adjuvants peuvent offrir une solution à court terme, une recherche plus étendue doit être entreprise pour connaître le sort que pourraient connaître les autres nouvelles techniques.

Vaccination : une préventions efficace ?

Les vaccinations contre la grippe sont susceptibles de contribuer largement à la diminution de mortalité, de morbidité et du handicap consécutifs aux attentes par cette affection chez les adultes les plus âgés et de plus ont démontré leur capacité à réduire le cout de la santé. Cette affirmation optimiste ne signifie nullement que les vaccins actuellement sur le marché soient les meilleurs possibles en raison de l’affaiblissement des défenses immunitaires chez les sujets de cette catégorie et l’impact de l’amoncellement de divers antigènes. C’est pour cette raison que les adultes les plus âgés sont justiciables de vaccins qui puissent offrir une protection meilleure et plus large, alors que pour l’instant, on doit se contenter des vaccins adjuvants capables d’ores et déjà d’offrir une protection immédiate contre cette maladie.

Quels mécanismes pour protéger ?

Cependant, pour mieux comprendre le mécanisme de la réponse immunitaire, puis de développer puis d’améliorer la qualité des vaccins, il faut travailler sur les corrélations entre protection et médiation par l’immunité provenant des cellules ainsi que de la réponse des cellules T. Même si des solutions d’urgence peuvent être actuellement trouvées dans les vaccins adjuvants contre la grippe, cette solution de facilité ne doit nullement empêcher de rechercher des solutions d’un autre type dès lors que l’on consent à faire appel à de nouvelles technologies.