Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Que fait-on de nos jeunes ?

Frustrations et désespoir

Que fait-on de nos jeunes ?

Privation de connaissances...

vendredi 10 décembre 2010, par Picospin

Plusieurs étudiants sont sortis d’échauffourées le visage ensanglanté, après une intervention des policiers armés de matraques qui tentaient d’empêcher les manifestants de gagner le Parlement où les députés débattaient d’un projet de loi sur les frais d’inscription à l’université. Avant d’être évacué pour subir des soins, un étudiant au Goldsmiths College de Londres, a déclaré à l’AFP, le crâne en sang : « J’étais sur la ligne de front, j’ai marché jusqu’au cordon de police, mains derrière le dos, pour leur expliquer que leur encerclement était amoral et inhumain ». « Des types poussaient des barrières métalliques tout à côté, mais un policier a préféré me taper sur la tête ».

Slogans

Des manifestants ont peint des slogans « éducation pour les masses » sur la statue de l’ancien Premier ministre conservateur et chef de guerre Winston Churchill, située en face de la Chambre des Communes. Des fumigènes ont été lancés depuis les rangs des manifestants en direction de la police, qui avait du mal à contenir la foule. Des étudiants brandissaient des pancartes demandant : « Supprimez les frais universitaires et les coupes budgétaires ». Des milliers de personnes participaient à cette 4è manifestation estudiantine organisée à Londres en un peu plus d’un mois. Les forces de l’ordre avaient mis en garde contre une répétition des violences survenues en marge de précédentes mobilisations estudiantines. Les députés doivent voter en fin d’après-midi le projet gouvernemental visant à relever le plafonnement des droits d’entrée à l’université, qui seraient portés d’ici 2012 de 3.290 livres (près de 4.000 euros) à 9.000 livres par an, « dans des circonstances exceptionnelles ».

Débats houleux

Les débats parlementaires étaient houleux, les libéraux-démocrates, partenaires clefs de la coalition gouvernementale aux côtés des conservateurs, faisant face à une rébellion de leur base. Les mesures prises par un gouvernement aux abois pénalisent surtout la fleur de la nation, celle qui devra assurer demain la responsabilité et l’accomplissement des projets et programmes proposés par tout un peuple pour son avenir économique, politique, financier et pédagogique. Ce dernier ne saurait vivre que dans un milieu où priment l’éducation, le savoir, les compétences, la hauteur de vue, l’objectivité et la sérénité des débats qu’ils soient politiques, techniques sinon philosophiques, domaine d’excellence de l’éducation et de la pensée anglo-saxonne où brillèrent autrefois des Hume, des Moore, des Bacon, des Hobbes, Locke, Bentham, innovateurs de génie et initiateurs d’une nouvelle philosophie qui a jeté les fondements de la pensée à visée sociale, sociologique, économique et consolidé les bases encore fragiles d’une école dominée par l’utilitarisme.

Utilitarisme

Son importance n’a pas cessé de diminuer de nos jours en raison de l’acceptation de son discours, de son bon sens et de son pragmatisme par des fragments de population qui n’ont jamais eu le privilège, l’avantage et la chance d’accéder à des études que personne n’était capable de fonder et a fortiori maintenant, au moment où elles ont atteint des sommets d’où seront exclus quelques uns des meilleurs, à l’heure où le pays aura besoin de tout leur talent et de toutes leurs compétences pour survivre et se redresser. Cette situation n’est gère différente de celle de l’enseignement en France qui s’enfonce tout doucement mais régulièrement dans les profondeurs des classements internationaux en matière de niveau scolaire, joie d’être éduqué et plaisir d’apprendre, de choisir, d’évaluer et d’apprécier. Priver l’enfance, l’adolescence puis les jeunes adultes enfin arrivés à maturité de ces éléments de joie de vivre pour d’obscures raisons budgétaires relève d’une forme de crime contre l’être humain qui n’a aucune raison d’être privé par le pouvoir en place, quel qu’il soit, quelle que soit sa tendance politique et ses moyens du plaisir d’apprendre, de la joie d’acquérir des connaissances avant de pouvoir les utiliser pour l’usage du peuple.

Questionnement éthique :

1. Comment le Parlement anglais a-t-il pu accepter de priver des milliers de candidats étudiants de l’acquisition des connaissances élémentaires pour devenir un humaniste sans s’interroger sur les frustrations produites et l’appauvrissement des forces les plus vives de la nation ?

2. Si des restrictions budgétaires sont en cause, pourquoi doivent-elles atteindre celles concernant en priorité l’éducation de la jeunesse du pays ?

3. Les écoles anglaises figurent parmi les plus réputées dans le monde. Comment se fait-il qu’elles ne puissent participer à l’éducation de la nation pour son plus grand bien et celui de ses voisins ?

4. S’il y a un domaine dans lequel l’emprunt peut éventuellement être justifié c’est bien celui du bien-être de la jeunesse. Pourquoi cette démarche n’a-t-elle pas été envisagée par les responsables politiques du pays ?

Messages

  • La bottes ugg 90 Malédiction du sanctuaire eggplant bottes ugg 24 7 de montagne prochain ugg pas cher chapitre Chapitre 83 : La Malédiction du sanctuaire de montagne Tout le monde qui vit dans le Tang oncle est bottes ugg pas cher descendu. bottes ugg Don grand-oncle à la bottes ugg ltd 2 pas cher maison, c’est le genre de semblable au type de cour de style architectural, toute la salle était un carré, principalement quatre bâtiments au milieu ugg relié par un couloir. Tang oncle Age devrait chaussure ugg pas cher 1 ressembler à cinq ans, mais le corps est très forte, les cheveux uggs sont encore très sombre, n’a pas ugg pas cher 90 homme les rides du visage, klaxonnant blanc, soit parlent ou ugg pour femme ne parlent pas, ses yeux sont légèrement fléchis ugg pas cher tn requin une couture, toujours souriant, vivant ce qui semble être un événement heureux. En outre, sa bottes ugg 87 2012 personnalité n’a pas ugg france Sudistes aiment subtile, mais copieux bavard.