Ethique Info

Accueil > Sport > Quelles ambitions pour quel pouvoir ?

Rêves de pouvoir ou les prédateurs du ballon rond

Quelles ambitions pour quel pouvoir ?

à Milan, à Manchester, à Lyon ou à Paris ?

mercredi 25 novembre 2009, par Picospin

Est-ce bien la façon optimale de parler de l’institution du sport et de ceux qui le pratiquent en essayant de na pas confondre les différentes catégorie du sport dans lesquelles se glissent des personnes qui ne sont pas liées par la même problématique, les mêmes horizons, les mêmes buts ?

Longévité

La carrière d’un sportif, quelle que soit sa catégorie, est longue puisqu’elle peut s’étendre sur toute la durée d’une vie, commençant très tôt au début de la jeunesse pour se terminer, pour ceux qui ont la chance de vivre vieux, à un âge avancé de la vie, activité qui au lieu de leur enlever du tonus par l’effort déployé, leur en fournit, non seulement au titre de la forme physique, de la souplesse articulaire et musculaire, de la conservation et de l’entretien de la forme du système cardio-pulmonaire mais aussi et sans doute surtout de l’état psychique, tant il est de plus en plus reconnu actuellement qu’une bonne marche à pied, un tour en vélo, une musculation en salle de gymnastique sont de meilleurs remèdes ou préventions à la dépression que les comprimés remplis de dopamine ou autres antidépresseurs. La sociologie des organisations sportives émerge à partir de l’analyse des bénévoles du mouvement sportif.

Sociologie

L’analyse de la sociologie des organisations sportives et celle des motivations des dirigeants en termes de pouvoirs modifie la vision désintéressée du bénévolat sportif communément admise et reconnue au sein des mouvements concernés par la pratique régulière du sport. La sociologie du sport éclate au début des années 90 lorsque se développent des travaux au sein desquels le questionnement sur les techniques utilisées dans le sport s’estompe au profit de celui posé à propos de notions plus sociologiques. Les nouveaux sujets d’étude concernent les cultures, les espaces de pratiques, les innovations en politique des sports, en consommation, en même temps qu’éclate aussi une astucieuse pénétration intellectuelle et systémique dans d’autres secteurs de la sociologie, voire à des disciplines associées aux sciences sociales comme la socio-économie, la sociogéographie, ou la sociodémographie.

Idéologie

Organisation idéologique, l’institution sportive apparait comme un lieu d’idées, de croyances, de valeurs et de convictions d’où émergent, souvent à moitié voilées des préoccupations humanistes, fraternelles, progressistes sur les socles desquelles ont été édifiées des rassemblements sous la dénomination de clubs et la forme d’un combinat institutionnel comportant des fédérations, des comités régionaux, de regroupements d’intérêts, de rassemblements organisés constituant le plus souvent un véritable miroir des institutions de pouvoir. Appareil d’hégémonie politique des classes dominantes selon la grammaire marxiste récitée par l’intermédiaire d’un Gramsci, l’institution sportive exerce aussi une politique culturelle des masses qui serait soumise à la dictature du capital financier. C’est dans cet esprit et dans cette perspective, que l’on a assisté récemment à l’acquisition de clubs de football par un seul homme ou un seul groupe, cette fois, plus particulièrement en provenance d’une Russie rendue à ses anciens démons qui prennent actuellement une figure maffieuse provenant du pétrole ou du gaz et partant à la conquête de clubs de football anglais en déshérence et vivant au-dessus de leurs moyens.

Achats et vente

Tout peut être acheté désormais dans le sport pro du capital-joueurs de l’adversaire par transfert, au comportement des joueurs adverses sur le terrain comme le laissent à penser les « affaires » bien connues dans le football en France comme la corruption de joueurs de Valenciennes par l’Olympique de Marseille, et les tentatives de corruption de joueurs. Des trucages de matchs auraient été liés aux jeux et particulièrement aux concours de pronostics parallèles en Italie. Derrière ces appétits de prédateurs se cachent des ambitions de pouvoir, de politique, de domination locale comme on peut en recenser en Italie, modèle cité en raison de l’implication dans la même domination d’un chef d’état, d’un propriétaire de club de football et d’un homme d’affaires loué pour sa réussite exceptionnelle en affaires.

Un passé brillant mais ambigu

Est-ce le moment opportun d’en parler quand de vieux clubs au passé ambigu comme Milan et Marseille doivent se rencontrer pour une qualification en Coupe d’Europe, porteuse d’espoir et surtout de capitaux pour recruter d’autres vedettes d’un jour, instruments instantanés d’une domination conduisant à la construction d’un empire en dehors des empires et d’un règne à côté de celui des rois.


Bibliographie :

1. Gasparini W. Sociologie de l’organisation sportive. La Découverte. Paris 2000.
2. Andreff W, Nys JF. Economie du sport. Que Sais-je ? Paris 2002.