Ethique Info

Accueil > Société > Qui passe beaucoup de temps devant la télé à l’adolescence est menacé d’obésité (...)

Qui passe beaucoup de temps devant la télé à l’adolescence est menacé d’obésité trente ans plus tard

samedi 29 septembre 2007, par Picospin

Dix-huit heures par semaine, c’est le temps passé devant la télévision, au Royaume-Uni, par les enfants et les adolescents âgés de 4 à 15 ans. Avec une durée de séjour hebdomadaire devant le petit écran estimée à 27 heures (données britanniques 1999), les adultes n’échappent pas à la consommation de télévision.

Sédentarité

Dans un contexte où la sédentarité et le manque d’activité physique sont fortement incriminés dans la progression considérable de l’obésité, ce temps passé devant la télévision, surtout quand l’habitude a débuté tôt dans le jeune âge, est accusé de favoriser l’obésité dans nombre d’études traitant de ce problème et d’une augmentation du risque d’être atteint par une maladie cardiovasculaire.

La Télé : une cible

Comme la télévision devient une cible de la prévention de l’obésité, des auteurs britanniques, ont cherché à déterminer une éventuelle relation entre fréquence de séjour au fauteuil devant un téléviseur (cotée en « souvent », « parfois », « jamais ou quasi jamais ») à 11 et 16 ans et 23 ans, et en cas de positivité à analyser les modifications de l’indice corporel (IMC) et du rapport tour de taille/tour de hanche (T/H), à 45 ans chez l’adulte. L’analyse, qui a porté sur plus de 11 300 participants, nés en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, a pris en compte de nombreux facteurs potentiels de confusion, notamment la catégorie socioprofessionnelle, l’IMC maternel, l’âge de survenue de la puberté, l’activité physique, la consommation d’alcool, le tabagisme, les habitudes alimentaires, en particulier la consommation de fruits et légumes, de graisses et sucreries.

Résultats

Elle révèle que :
1. regarder trop souvent la télévision à 16 ans est associé à un gain accéléré d’IMC entre 16 et 45 ans.
2. Ce gain est chez les garçons de 0,011 kg/m2 par an IC à 95 % 0,003-0,019) et 3.
3. chez les filles de 0,013 kg/m2 par an IC à 95 % 0,003-0,023),
4. regarder trop souvent la télévision à 11, 16 et 23 ans est associé à un gain accéléré d’IMC entre 23 et 45 ans, chez les filles seulement.
5. L’étude laisse apparaître une association entre consommation de télévision à 23 ans et rapport T/H à 45, avec un rapport 0,01 fois plus élevé lorsque les participants regardaient la télévision 5 fois par semaine ou plus, par rapport à ceux qui la regardaient moins souvent.
6. les participants âgés de 45 ans qui regardaient la télévision > 4 heures par jour avaient, comparés à ceux qui la regardaient moins de 1 heure, un rapport T/H accru de 0,03 à 0,04 fois.

Conclusions

Ces résultats suggèrent que le gain d’IMC sur près de 30 années, tel qu’il est observé à 45 ans, est influencé par le fait d’avoir souvent regardé la télévision à l’adolescence et lors de l’entrée dans la vie adulte, avec un effet plus marqué chez les femmes que chez les hommes. À cet effet indésirable, s’ajouterait un impact nocif de la consommation excessive de télévision sur le rapport entre le tour de taille/et le tour de hanche, qui est plus prononcé chez les hommes. Réduire la consommation de télévision pourrait être une composante utile des stratégies de prévention de la prise de poids et de l’obésité androïde.

Questionnement éthique :

1. Quelles actions pourraient entreprendre les responsables de la santé publique pour limiter le temps passé par le public devant la télévision ?

2. Comment limiter la durée quotidienne d’utilisation de la Télé pour les enfants ?

3. Est-ce que l’obésité est liée exclusivement à la consommation de télé ?

4. Comment susciter chez les jeunes le désir de pratiquer un sport, comment l’aider à le choisir et comment mettre en pratique son exécution dans les familles qui ne disposent ni d’un pool de transport après l’école ni du budget nécessaire à l’acquisition des équipements ?

5. Est-ce que le passage des transports par auto ou par métro ou bus à la pratique de la location de vélos est une esquisse de solution pour activer l’exercice musculaire chez les jeunes ?

6. Comment louvoyer entre deux extrêmes actuellement observées chez les enfants et les adolescents et les jeunes adultes entre prise de poids accélérée et maigreur cachectique par anorexie naturelle, induite ou voulue pour rester conforme au modèle présenté par la société ?

Messages