Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Recensements ethniques : un danger ?

Quel danger ?

Recensements ethniques : un danger ?

Pourquoi est-ce un tabou ?

mercredi 19 janvier 2011, par Picospin

Cette croyance devient importante pour la propagation de la "communalisation" – peu importe qu’une communauté de sang existe ou pas.

Une ethnie : définition

Une « ethnie » est un groupe humain d’une certaine densité qui n’a pas eu accès au statut d’État mais qui présente plusieurs des caractéristiques suivantes : un territoire, une langue propre, un nom collectif, une histoire singulière, des traits culturels originaux en architecture, cuisine, musique, littérature orale ou écrite, une identité revendiquée et plus ou moins assumée. L’appartenance ethnique relève d’une construction sociale qui conduit à une tension entre le projet unitaire de l’État-nation et la multiplicité, réelle ou alléguée, des groupes ethniques qui le constitueraient. Cette tension est à l’origine des nombreux débats sociaux, politiques et académiques sur le sujet si bien que le Code d’éthique professionnelle de l’Institut International de Statistique affirme que « le statisticien doit être attentif aux conséquences que la collecte et la diffusion de diverses sortes d’informations peuvent entraîner.

Méthodologies

Il doit prévenir les interprétations et utilisations erronées les plus probables provenant des questions méthodologiques sur l’existence et la possibilité de dénombrer les groupes ethniques ce qui est susceptible de créer des soucis éthiques à l’origine de nombreux débats sur la légitimité des collectes. L’appartenance à un groupe ethnique est générée par l’individu lui-même qui se fonde sur sa simple déclaration d’appartenance. Cette perspective rejoint le concept d’ethnicité défini par les caractéristiques de perception par les autres que le groupe est différent ; par les membres du groupe d’être différent des autres, d’être un groupe unique partageant des activités basées sur les similarités perçues réelles ou imaginaires. réelles ou imaginaires. Cette manière de définir l’éthnicité permet de pallier les lacunes de la définition objective. Elle conduit à l’application d’une méthode combinant les définitions objectives et subjectives en vue de recenser les membres d’une communauté ethnique de manière objective en fonction des critères de langues, de valeurs, de couleur de peau puis d’administrer un questionnaire comportant des items permettant de quantifier le degré d’identification de l’individu à cette communauté.

Qu’est-ce qu’un groupe ethnique ?

Cette méthode présente l’avantage de ne pas considérer la cible ethnique comme un groupe parfaitement homogène au sein duquel tous les individus ne présentent pas des degrés identiques d’engagement à l’adoption de valeurs communes. Aux Etats-Unis, l’identification raciale volontaire ne se fait qu’à travers des questions facultatives auxquelles les sondés choisissent de répondre ou non. Parmi les latinos, certains choisissent comme race asiatique, noir, Hawaïen/Océanien de souche, Amérindien ou blanc. Beaucoup préfèreraient indiquer un héritage multiracial, mais en utilisant des termes différents de ceux du recensement, comme métisse ou mulâtre. Certains sont également perplexes sur leurs origines. Lorsqu’ils ne trouvent pas de choix racial qui semble leur correspondre, plus de 40% des "latinos" choisiront de cocher la case « Autre ».

Interdictions françaises

La loi française interdit l’utilisation dans les statistiques de données sensibles, comme la religion ou les origines ethno-raciales, mais des dérogations existent en fonction de la finalité, notamment scientifique, des études. En Grande-Bretagne, la législation autorise la compilation de telles données, aucune restriction n’est prévue et celles-ci apparaissent explicitement dans les études de l’Office des statistiques. Elles peuvent porter sur la taille de la population, sa répartition géographique, la religion, le marché du travail, l’éducation, ou encore les victimes de crimes. Le recours à ces statistiques est justifié par la volonté d’éviter la discrimination entre les différents groupes ethniques, en évaluant l’impact des politiques publiques sur chacun d’entre eux.

Silence ethnique

Le silence ethnique imposé aux statistiques réalisées en France jette un voile trop pudique sur la situation dans ce pays dont la complexité est croissante en raison de l’afflux important de migrants en provenance des pays subsahariens, du Maghreb et d’autres territoires. Comme les implantations des nouveaux immigrés sont nombreuses et souvent complexes en raison des situations familiales variées engendrées par l’apport de familles entières venus rejoindre les premiers éléments débarqués sur le territoire français, le démembrement des ethnies devient d’autant plus laborieux et confus. C’est le cas des recensements en matière de santé où les prévalences des pathologies prises en charge par la communauté hospitalière sont difficiles sinon impossibles à clarifier. Cette obscurité, pour ne pas dire obscurantisme ne permet que difficilement de connaître la diffusion des épidémies, des contagions et contagiosités.

Aveuglement et tabou

Cet aveuglement confine au tabou sous prétexte de respecter la dignité de chacun pour ne pas compromettre son anonymat dans certains secteurs de sa personne comme ses véritables origines, la religion pratiquée ou désirée, l’appartenance à telle ou telle communauté. De ce fait les statistiques relatives à la santé sont impossibles à obtenir pour la recherche scientifique ce qui constitue un lourd handicap pour la recherche en France qui n’a pas besoin de cet inconvénient pour combler son retard dans certains domaines de la santé publique, de la pharmacologie ou de l’état réel de la santé. On peut craindre que le silence obligatoire sur toutes ces données ne fasse éclore plus violemment et plus rapidement que prévu des manifestations comme la « haine de soi », les peurs de passer pour un bouc émissaire qui sont toutes des conditions insupportables face à la dignité de chacun, au respect de l’autre et à une société qui se veut et se proclame fraternelle.

Messages

  • a déclaré : « inutile, je le ugg pour femme crains prendre uggs 3.0 v3 femme la témérité de le composer, il va le déranger, il a été piqué, alors en uggs 2009 grande difficulté." uggs a déclaré : « Le vieux semaine, vous reconnaissez cet insecte prix uggs classic bw nature n’est pas des insectes très toxiques ?" Zhou Xian hocha lentement la tête et uggs 87 safari dit : "." "Ah, cette chenille appelée« clous de cercueil Chen Feng et Fei uggs 24 7 chili Xu, bottes ugg dit à l’unisson : « clous de cercueil ?"