Ethique Info

Accueil > Société > Réflexions sur la relation Etats-Unis Europe

Après "l’effet Obama"

Réflexions sur la relation Etats-Unis Europe

Le triomphe du "pragmatisme mutuel".

mardi 19 janvier 2010, par Picospin

Voici quelques informations sur le fonctionnement de l’Europe vue à travers le prisme lumineux et clair de la Fondation Rober Schumann. Cette édition est naturellement parvenu avant la catastrophe de Haïti qui a modifié, sinon bouleversé les priorités dans l’information et la compréhension des évènement tragiques vécus par une des populations les plus pauvres du monde.

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé le 14 janvier de ne pas modifier ses taux directeurs et son président Jean-Claude Trichet a indiqué que la reprise serait inégale et modérée en 2010. Le taux de refinancement de la BCE reste donc à un plus bas niveau sans précédent de 1%, niveau qui n’a plus varié depuis le 7 mai 2009. Le taux de facilité de dépôt demeure à 0,25% et le taux de prêt marginal à 1,75%. Là encore ces taux n’ont plus bougé depuis le 7 mai.
Lire | Autre lien

FMI
Le 14 janvier, le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, a affirmé que la "crise de l’emploi" dans le monde allait encore durer "des mois", justifiant le maintien des politiques de soutien à l’économie. "La crise de l’emploi va durer des mois", a t-il déclaré lors d’une conférence de presse au siège du FMI. Cela justifie que "le soutien public soit maintenu", a-t-il poursuivi. Il a appelé les gouvernements à "ne pas se laisser duper" par l’amélioration de la croissance, estimant que du point de vue du chômage, "la crise est loin d’être derrière nous".
Lire | Autre lien

Allemagne
L’Allemagne a accusé en 2009 une récession de 5% selon les chiffres publiés par l’Office allemand des statistiques. En 2008, la croissance avait été de 1,3%. Les conséquences sur le marché de l’emploi ont cependant été limitées et le pays paraît bien placé pour tirer la croissance européenne en 2010. La première économie européenne devrait ainsi avoir connu l’une des pires performances de la zone euro. Les exportations, point fort traditionnel de l’Allemagne, se sont effondrées de 14,7% en un an et les investissements industriels de 20%. Si l’industrie a été fortement touchée, le plan de relance du gouvernement a limité les dégâts dans le bâtiment (-0,7%) et la consommation des ménages, dopée notamment par la prime à la casse, s’est avérée le seul soutien de l’économie (0,4%). Dans un entretien accordé au journal "Handelsblatt" (14/01/2010), la chancelière allemande Angela Merkel est revenue sur ses chiffres et sur la stratégie du gouvernement.
Lire | Autre lien

France
Le déficit budgétaire de la France s’établit à un niveau record de 138 milliards € pour 2009, un peu moins que prévu toutefois, a annoncé le 15 janvier le ministre français du Budget, Eric Woerth. En 2008, le déficit de l’Etat était de 56,3 milliards €. "C’est dû à une augmentation des recettes par rapport à ce qu’on attendait, à plus d’impôts sur les sociétés. Cela veut dire que les entreprises anticipent sur 2009 des résultats un peu meilleurs même si c’est fragile. Et il y a un peu plus de recettes de TVA et un peu moins de recettes d’impôts sur le revenu", a-t-il expliqué. Le ministère du Budget avait indiqué le 12 janvier que le déficit de l’Etat s’était creusé jusqu’au niveau record de 143,3 milliards € au 30 novembre, contre 66,6 milliards un an plus tôt, et était attendu sur l’ensemble de 2009 légèrement sous la barre des 140 milliards.
Lire

Grèce
Le gouvernement grec a rendu le 15 janvier à la Commission européenne son programme de stabilité et de croissance destiné à sortir le pays de la crise. Pour 2010, le programme chiffre à 10,3 milliards € l’ensemble des mesures de baisse du déficit. Le redressement budgétaire doit être atteint via une réduction des dépenses publiques à 47,7% du PIB en 2013, contre 52% en 2009, et une augmentation des recettes à 45,7% du PIB en 2013, contre 39% en 2009. Parmi les mesures prévues en 2010, la fin de privilèges fiscaux et l’adoption d’un arsenal anti-fraude doivent augmenter les recettes fiscales de 2,3 milliards €, tandis que le pays attend une intensification des rentrées de fonds européens du fait de la relance des investissements publics de l’ordre de 1,4 milliard. La réduction de primes aux fonctionnaires, ainsi que la baisse des dépenses des hôpitaux doivent faire gagner 2 milliards €.
Lire | Autre lien

Croatie
La Banque mondiale a approuvé le 12 janvier un prêt de 200 millions € à destination de la Croatie afin de l’aider à mener des politiques fiscales et sociales pour faire face à la crise. Ce prêt symbolise notamment la reconnaissance de la Banque mondiale des efforts entrepris par les autorités croates. L’objectif est de soulager l’économie croate durement touchée par la crise. En effet, l’économie croate s’est contractée de 5,7% au troisième trimestre 2009. Le nombre de demandeurs d’emplois a augmenté d’environ 21% en 2009 : le taux de chômage s’élève à 16,1%.
Lire | Autre lien

Conseil européen :

Grèce
A l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre grec George Papandréou, le président du Conseil européen, Herman van Rompuy, s’est dit confiant sur les mesures prises par le gouvernement grec pour faire face à ses problèmes économiques. La Grèce doit en effet faire les comptes avec une forte aggravation de la dette publique, qui lui a valu une baisse de sa notation par les agences financières. Herman Van Rompuy a souligné qu’il est dans l’intérêt de l’ensemble des pays de la zone euro que la Grèce sorte de la crise actuelle et qu’il faut pour cela miser sur un paquet de réformes, y compris institutionnelles, "crédible et à long terme". L’entretien a également porté sur les résultats de la conférence de Copenhague et les politiques d’immigration et de voisinage.
Lire | Autre lien

Australie
La Haute représentante pour la politique étrangère de l’Union, Catherine Ashton, a signé le 13 janvier, au nom de l’Union européenne, un accord avec l’Australie portant sur la sécurité des informations classifiées. Les deux parties pourront désormais échanger ce genre d’informations tout en étant assurées qu’elles resteront confidentielles. Le but est de renforcer le dialogue et la coopération en matière de politique étrangère et de sécurité, où l’Union et l’Australie partagent les mêmes intérêts. Le Conseil avait donné mandat à la Haute représentante de conclure cet accord avec une décision datant du 30 novembre 2009.
Lire

Commission :

Grèce
La Grèce risque de faire l’objet d’une procédure d’infraction de la part de la Commission européenne pour le manque de fiabilité de ses statistiques économiques. Un rapport datant du 8 janvier fait état de "graves irrégularités" dans la transmission des données en 2009, qui a conduit par la suite à une nette révision des prévisions de déficit public pour 2008 (7,7% contre 5%) et 2009 (12,5% contre 3,7%). La Commission épingle le gouvernement grec, responsable d’une situation qui "ne garantit pas l’indépendance, l’intégrité et la responsabilité des autorités statistiques nationales", soumises "aux pressions politiques et aux cycles électoraux" du fait du manque de clarté et de transparence du système.
Lire | Autre lien

Haïti
La Haute représentante pour la politique étrangère de l’Union, Catherine Ashton, fait face au désastre humanitaire de Haïti, cela servira de test d’essai pour les capacités de l’Union européenne d’agir de façon rapide, efficace et concertée face à de telles crises. Selon Mme Ashton, l’Union et les Etats membres ont bien réussi ce test, en apportant au pays "tout le soutien immédiat et urgent dont il a besoin" : personnel spécialisé, experts, matériel de reconstruction, nourriture et médicaments. La Haute représentante souligne toutefois qu’il est nécessaire, dès maintenant, de se préparer à la prochaine étape, celle de la reconstruction du pays. Après une première aide de 3 millions €, l’Union, à l’issue d’une réunion des ministres européens du développement le 18 janvier, a promis de consacrer 420 millions €, dont 222 millions en aide d’urgence pour Haïti.
Lire | Autre lien | Autre lien | Autre lien

Contrefaçon/euro
La contrefaçon de pièces d’euro est en baisse de 12% depuis l’année dernière, selon des données publiées le 11 janvier, mais la Commission européenne assure qu’elle ne relâchera pas la pression pour lutter contre ce phénomène. Une proposition à l’égard, présentée par la Commission le 11 septembre 2009, est en ce moment en discussion auprès du Conseil et du Parlement européen. Elle vise à assurer une meilleure homogénéité des mesures de lutte contre ce genre de contrefaçon entre les Etats membres. Des accords ont également été mis en place avec des pays tiers, où la saisie de pièces contrefaites sont en augmentation. Ce phénomène reste toutefois marginal (1 fausse pièce sur presque 90 000) et moins important que pour les devises nationales, avant l’introduction de l’euro.
Lire

Médicaments
La Commission européenne a adressé, le 12 janvier, des demandes de renseignements à des entreprises pharmaceutiques sur des accords conclus entre des laboratoires de princeps et des fabricants de médicaments génériques, les premiers rémunérant les seconds en échange du report de l’entrée d’un produit générique sur le marché. Ce genre d’accord risque en effet de nuire aux consommateurs européens, en les privant d’un choix plus large de médicaments moins chers. La Commission pourrait estimer que ces accords violent les règles communautaires en matière d’ententes et d’abus de position dominante.
Lire

Parlement :

Auditions
Le 11 janvier ont débuté devant le Parlement européen les auditions des commissaires désignés. Celles-ci se sont révélées laborieuses pour plusieurs d’entre eux. Rumania Jeleva est la plus controversée et Olli Rehn pourrait devoir se soumettre une nouvelle fois aux questions des élus. Le même sort pourrait être réservé à Algirdas Semeta. Neelie Kroes, Catherine Ashton et Stefan Füle n’ont pas fait une prestation convaincante. Maros Sefcovic est attendu au tournant cette semaine. Le Parlement peut comme en 2004 affirmer ses pouvoirs en retoquant la Commission désignée.
Lire

Conseil :

Traité/emploi
Les 27 ministres des Affaires européennes, réunis les 13 et 14 janvier, ont discuté de la mise en oeuvre du traité de Lisbonne et de la crise financière. La mise en place des instruments introduits par le nouveau traité (initiative citoyenne européenne, clause de solidarité en cas d’attaque terroriste ou catastrophe naturelle, Service européen d’action extérieure et adhésion de l’Union à la Convention européenne des droits de l’homme) a été largement abordée. Ils ont aussi débattu de la stratégie "UE 2020", censée assurer une croissance durable et génératrice d’emplois. La stratégie "UE 2020" devrait être lancée lors du Conseil européen du 11 février.
Lire | Autre lien

Méditerranée
Le 12 janvier, les représentants des pays de l’Union pour la Méditerranée (UPM) ont soutenu le principe de désignation d’un Jordanien au poste de secrétaire général, Ahmad Massa’deh. Il a été désigné par consensus lors d’une réunion à Bruxelles des hauts fonctionnaires des pays de l’UPM. Les ministres des Affaires étrangères des pays de l’UPM doivent encore entériner ce choix "d’ici deux à trois semaines". Le futur secrétaire général est actuellement ambassadeur de son pays auprès de l’UE et de l’OTAN à Bruxelles. Le futur secrétaire général sera basé à Barcelone avec six adjoints dont un Palestinien, un Israélien, un Turc et un représentant de la Ligue arabe.
Lire

Cour/Comptes :

Turquie
Le 13 janvier, la Cour des Comptes européenne a publié un rapport sur "la gestion, par la Commission européenne, de l’aide de préadhésion en faveur de la Turquie". Elle estime que "les orientations fournies étaient insuffisantes et qu’il n’existait pas de critères spécifiques permettant de déterminer les priorités vers lesquelles il conviendrait de diriger l’aide de l’Union. Les objectifs de cette aide n’étaient ni spécifiques ni mesurables et les délais fixés pour les atteindre n’étaient pas réalistes. La Commission ne disposait pas des informations nécessaires pour démontrer l’efficacité de l’aide de préadhésion, puisqu’il n’existait aucune base solide pour évaluer la performance, entre autres en matière de dépenses".
Lire | Autre lien

Allemagne :

Agriculture
Lors de l’ouverture de la 75e foire agricole (Grüne Woche) le 14 janvier, la ministre allemande de l’Agriculture, Ilse Aigner, a annoncé que le gouvernement allemand souhaitait que la PAC accorde plus d’importance à partir de 2013 aux efforts entrepris par les agriculteurs pour le climat. Les négociations sur la PAC pour la période 2013-2020 doivent commencer cette année. Mme Aigner attend "des conflits durs" et "des batailles sur la répartition" des moyens financiers. Parmi les Etats membres, plusieurs sont favorables à une réduction drastique des aides. Ce n’est pas le cas de l’Allemagne, deuxième producteur européen après la France, qui s’est jointe à l’"appel de Paris", lancé en décembre par 22 des 27 pays de l’UE pour "une PAC forte".
Lire | Autre lien | Autre lien

Immigration
53% des personnes issues de l’immigration pensent, en Allemagne, que la décennie qui s’ouvre leur réserve de bonnes choses. C’est le résultat d’un sondage représentatif de l’Institut pour la démoscopie d’Allensbach pour la Fondation Bertelsmann. Les jeunes sont les plus enthousiastes : les moins de 25 ans comptent 70% d’optimistes. L’appréciation aussi varie en fonction de l’origine : les personnes originaires de l’ancien bloc communiste croient davantage en l’avenir (63%) que les Turcs (45%). Malgré cet optimisme, une frange significative des personnes immigrées (37%) s’attend à voir croître les tensions avec les Allemands. Plus de quatre sondés sur dix (42%) jugent que les différences entre Allemands et immigrés vont augmenter. Seul un sur trois s’attend à voir les Allemands leur témoigner davantage d’estime. 28% pensent que les décisions politiques prendront davantage en considération les besoins des personnes immigrées.
Lire

Autriche :

Espagne
Le chancelier autrichien Werner Faymann a reçu son homologue espagnol José Luis Zapatero le 14 janvier à Vienne. Les deux hommes ont évoqué le rôle de l’UE dans de nombreux domaines : économie, protection salariale et sociale, recherche-développement, éducation, etc. Ils ont, par ailleurs, évoqué la stratégie économique "Europe 2020" et le rôle moteur de l’UE en matière de recherche, de technologie et d’innovation. Les deux chefs de gouvernement ont également discuté du contrôle des banques et des marchés financiers et de la coordination de l’aide européenne à Haïti.
Lire | Autre lien

Belgique :

Proche-Orient
Une réunion s’est tenue le 12 janvier à Bruxelles sur la situation au Proche-Orient. Il a été question de la relance du processus de paix en vue de la création de l’Etat palestinien et de la situation à Gaza. Cette réunion a réuni le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, l’émissaire spécial américain au Proche-Orient George Mitchell, le haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, l’émissaire du Quartet pour le Proche-Orient Tony Blair, et le ministre norvégien des Affaires étrangères, Jonas Gahr Store.
Lire

Chypre :

réunification ?
Le 11 janvier, les dirigeants chypriote et turc ont lancé des négociations en vue d’aboutir en 2010 à un accord de réunification de l’île divisée depuis 35 ans. Le président chypriote, Demetris Christofias, et le dirigeant de la partie nord de l’île se sont engagés à se retrouver six fois les 11, 12, 13, 25, 26 et 27 janvier. Le 13 janvier, ils ont achevé sans annoncer de progrès "concrets" leur première série de négociations. "Je ne peux pas dire qu’il y ait des progrès concrets mais nous ne sommes pas en train de discuter pour passer le temps", a déclaré le président chypriote Demetris Christofias, à l’issue de trois jours de discussions intensives. L’envoyé spécial de l’ONU, Alexander Downer, n’a pas non plus fait état de progrès.
Lire

Espagne :

Logement
Les prix de l’immobilier ont reculé de 6,2% l’an dernier en Espagne, d’après les chiffres publiés le 15 janvier par le ministère du Logement. Le pays avait été durement frappé par l’éclatement de la bulle immobilière en 2008, ce qui avait engendré une chute des ventes, puis des prix."L’indice général des prix du logement a enregistré au 4e trimestre de 2009 un repli de 0,5% par rapport au trimestre précédent, tandis que le taux de variation annuel est de -6,2%, 1,6 point supérieur à celui enregistré au 3e trimestre", commente le ministère.
Lire

France :

Agriculture
Le 14 janvier, le président français Nicolas Sarkozy a promis qu’il ne laisserait "pas tomber" l’agriculture française, qui traverse sa plus grave crise des 30 dernières années, ni "démanteler" l’agriculture européenne. "Je ne laisserai pas tomber notre agriculture. C’est un secteur de pointe de notre économie, c’est un élément de notre identité nationale. Tout sera fait pour que vous puissiez vivre de ce que vous savez faire et transmettre aux plus jeunes le patrimoine qui est le vôtre", a déclaré M. Sarkozy en présentant ses voeux au monde rural.
Lire

Inflation
Selon les chiffres publiés par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) le 13 janvier, en décembre 2009, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,3%, après un accroissement de 0,1% au mois de novembre. Corrigé des variations saisonnières (CVS), l’IPC progresse de 0,2%. Sur un an, les prix augmentent de 0,9% (bruts et CVS). Hors tabac, l’indice croît de 0,2% (+0,8% sur un an). Cette augmentation des prix de décembre résulte en grande partie de la hausse saisonnière des prix des services et, dans une moindre mesure, de celle des produits manufacturés, les prix de l’énergie étant à nouveau en baisse.
Lire

Italie :

Population
L’Institut national de statistique italien (Istat) a publié le 12 janvier le rapport "Noi, Italia" ("Nous, Italie"), une récolte de plus de 100 statistiques portant sur des questions économiques, sociales et démographiques. Dans la section "population", Istat souligne que l’Italie est le 2e pays le plus vieux d’Europe, derrière l’Allemagne, à cause d’un taux de natalité parmi les plus bas du continent (1,41 enfant par femme) et une espérance de vie parmi les plus élevées (84 ans pour les femmes, 79 pour les hommes). Le taux de nuptialité (notamment pour les mariages religieux) continue de baisser et demeure un des plus bas d’Europe, tout comme le taux de divorce, qui est toutefois en nette hausse. Dans ce domaine, cependant, les écarts nord-sud sont très nets.
Lire | Autre lien

Luxembourg :

France
Le Premier ministre luxembourgeois et président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker s’est rendu à Paris le 14 janvier. Il a été reçu par le président français Nicolas Sarkozy pour une entrevue portant sur les dossiers de l’actualité politique européenne. Il a revendiqué l’appui du président français pour sa reconduction à la présidence de l’Eurogroupe. Il devrait se voir officiellement confirmé à la tête des ministres des Finances de la zone euro pour un nouveau mandat de deux ans et demi. Il a affirmé être "tombé d’accord" avec le président Sarkozy pour renforcer "la coordination des politiques économiques".
Lire | Autre lien

Pologne :

Prix Charlemagne
Le 15 janvier, le prix Charlemagne a été décerné au Premier ministre polonais Donald Tusk "en hommage pour son travail au service de la liberté et de la démocratie, et en reconnaissance de ses services pour favoriser la compréhension et la coopération de la République de Pologne avec ses partenaires européens". Le prix Charlemagne honore chaque année depuis 1950 des personnalités ayant contribué à faire avancer la cause européenne.
Lire

République tchèque :

Chômage
Selon l’office nationale des statistiques tchèques, le taux de chômage de la République tchèque est passé à 9,2% en décembre 2009, soit son plus haut niveau depuis janvier 2006. En décembre, le taux de chômage s’élevait à 6%. Les prix à la consommation ont augmenté de 1% sur l’année 2009 ce qui contraste avec les 6,3% d’inflation en 2008.
Lire | Autre lien

Royaume-Uni :

Irak
Alastair Campbell, ancien conseiller en communication de Tony Blair, a affirmé le 12 janvier, lors de son audition devant la commission d’enquête sur la guerre en Irak, que l’ancien Premier ministre avait privilégié jusqu’au bout la diplomatie. Tony Blair, très critiqué dans son pays sur les conditions de son ralliement à "la guerre de Bush", comparaîtra fin janvier ou début février.
Lire | Autre lien

Slovaquie :

Banque centrale
Le Président slovaque Ivan Gasparovic a officiellement nommé le 12 janvier Jozef Makuch aux fonctions de nouveau gouverneur de la Banque nationale slovaque. Il remplace Ivan Stramko.
Lire | Autre lien

Espagne
Le 14 janvier, le Premier ministre slovaque Robert Fico a recu son homologue espagnol José Luis Rodriguez Zapatero. Les deux Premiers ministres se sont entretenus de l´agenda européen. M. Zapatero a déclaré que la Slovaquie était un pays pro-européen dont l´économie avait connu une croissance importante ces dernières années et devrait encore se développer en 2010. Afin de résoudre la crise, il estime que l´Union européenne doit se montrer unie non seulement en ce qui concerne l´économie mais également dans le domaine social. Robert Fico a attiré l´attention de M. Zapatero sur la politique énergétique en rappelant la crise gazière de 2009. M. Zapatero a concédé que les liens énergétiques étaient une priorité. La coopération entre les deux pays a été également abordée.
Lire | Autre lien

Arménie :

Turquie
La Cour constitutionnelle arménienne a jugé constitutionnel l’accord historique du mois d’octobre visant à normaliser les relations entre l’Arménie et la Turquie, après un siècle d’hostilité, a déclaré le 12 janvier son président. Les deux protocoles signés en octobre doivent aboutir à une ouverture de la frontière entre l’Arménie et la Turquie et à l’établissement de relations diplomatiques. Ces deux textes ne rentreront en vigueur qu’une fois ratifiés par les Parlements des deux pays, une procédure qui pourrait durer en raison des désaccords entre Ankara et Erevan. La Turquie lie la ratification des protocoles à la résolution du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan turcophone, alors qu’Erevan refuse de lier les deux dossiers.
Lire

Croatie :

Slovénie
Les Premier ministres slovène Borut Pahor et croate Jadranka Kosor se sont entendus le 13 janvier pour permettre la reprise des négociations d’adhésion de Zagreb à l’Union européenne lors de la prochaine conférence intergouvernementale en février. Certains chapitres tels que l’environnement, la pêche et la politique étrangère et de défense n’ont pas encore été ouverts et devraient l’être d’ici la conférence. La Croatie espère conclure ses négociations d’adhésion à l’UE cette année et a déjà clos 17 des 35 chapitres de négociations requis.
Lire | Autre lien

Moldavie :

UE
L’Union européenne a officiellement lancé, le 12 janvier, les négociations en vue d’un accord d’Association avec la Moldavie, destiné à approfondir la coopération politique et économique dans le cadre du partenariat oriental. La Moldavie s’engage, avec cet accord, à se conformer aux règles et standards européens en matière d’immigration, asile, contrôle des frontières, lutte contre le crime transnational et les trafics de drogue, relations économiques, énergie, environnement, transports et santé publique. Ces négociations reflètent l’approfondissement croissant des relations, non seulement commerciales, entre l’Union et la Moldavie ces dernières années.
Lire

Russie :

CEDH
La Douma, chambre basse du Parlement russe, a ratifié le 15 janvier le protocole 14 sur la réforme de la Cour européenne des droits de l’Homme. Au total, 392 députés sur les 450 que compte la Douma ont voté en faveur de la ratification. Le Conseil de la Fédération, chambre haute, doit encore se prononcer mais l’issue du vote ne fait désormais plus guère de doute, puisque le parti principal "Russie unie" soutient la ratification. La Russie était le seul des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe à ne pas avoir ratifié le protocole, bloquant ainsi depuis des années l’entrée en vigueur d’une réforme visant à faciliter le travail de la Cour.
Lire | Autre lien

Serbie :

TPIY
Après presque un an d’interruption, le procès pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre du leader serbe Vojislav Seselj a repris le 12 janvier à La Haye. Fanatique, considéré par Milosevic comme la "personnification de la violence primitive", il s’était rendu à la juridiction internationale en février 2003 et, depuis lors, mène la vie dure au Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie, provoquant report sur report de son procès. Avec l’audience du 12 janvier, le procès reprend là où il avait été abandonné le 11 février 2009.
Lire

Ukraine :

Election présidentielle
Selon des résultats officiels partiels après dépouillement des bulletins dans 90% des bureaux de vote, l’ancien Premier ministre Viktor Ianoukovitch est arrivé en tête du 1er tour de l’élection présidentielle en Ukraine le 17 janvier avec 35,39% des suffrages. Il devance de plus de 11 points l’actuelle Premier ministre Ioulia Timochenko qui obtient 24,97%. Sergui Tiguipko arrive 3e avec 13,07% des voix, suivi de l’ancien président du Parlement et ancien ministre des Affaires étrangères, Arseni Iatseniouk 6,98%. Le président sortant Viktor Iouchtchenko n’obtient que la 5e place avec 5,42%. Le 2e tour opposant Viktor Ianoukovitch et Ioulia Timochenko se tiendra le 7 février prochain.
Lire

Airbus :

vs Boeing
Le constructeur aéronautique européen Airbus a dévoilé le 12 janvier son bilan pour l’année 2009. Airbus garde la première place mondiale, devant l’américain Boeing et ceci malgré la crise et les difficultés rencontrées par l’A380, liées à la possibilité pour les compagnies de personnaliser cet appareil et aux incidents techniques connus par ces avions. Le groupe a enregistré une livraison record de 498 avions et a dépassé ses attentes en matière de commandes. En 2010 la production devrait rester stable, d’après le président de Airbus, Thomas Enders. Celui-ci a récemment menacé les pays clients de mettre fin à la construction des avions militaires A400M, en retard et trop coûteux, faute d’un accord sur le financement, en discussion depuis neuf mois.
Lire

Eurostat :

Commerce extérieur
D’après les estimations publiées par Eurostat le 15 janvier, la zone euro a enregistré en novembre 2009 un excédent du commerce extérieur de 4,8 milliards € avec le reste du monde, comparé à un excédent de 6,6 milliards le mois précédent et un déficit de 7 milliards en novembre 2008. Sur base annuelle, les exportations ont reculé de 0,4% alors que les importations ont augmenté de 0,3%. En ce qui concerne les échanges extra-UE, les données indiquent un déficit de 5,8 milliards € (contre 24,4 l’année précédente) et une progression de 1,9% des exportations et de 1,5% des importations. L’Allemagne est, parmi les États membres, celui qui a affiché le plus fort excédent (105,2 milliards €), devant l’Irlande (32,6) et les Pays-Bas (32,1). Les déficits les plus importants ont été enregistrés au Royaume-Uni (-77,9 milliards €), en France (-42,5), et en Espagne (-40,7).
Lire

Inflation
Selon les chiffres publiés par Eurostat le 15 janvier, le taux d’inflation annuel de la zone euro a été de 0,9% en décembre 2009, contre 0,5% en novembre et 1,6% en décembre 2008. Pour l’UE, ces taux s’élèvent respectivement à 1,4 %, 1% et 2,2%. Le taux d’inflation mensuel a été de 0,3% pour la zone euro et 0,2 % pour l’Union européenne. L’inflation annuelle a été plus forte en Hongrie (5,4%), en Roumanie (4,7%) et en Pologne (3,8%) et plus faible en Irlande (-2,6%), en Estonie (-1,9%) et en Lettonie (-1,4%). Les hausses des prix ont été particulièrement marquées en ce qui concerne l’alcool et le tabac, les transports, les loisirs, les hôtels et restaurants, alors que l’inflation a diminué pour les produits alimentaires.
Lire

Industrie
En novembre 2009, la production industrielle a augmenté de 1% dans la zone euro et de 0,9% dans l’Union par rapport à octobre 2009, d’après les données diffusées par Eurostat le 14 janvier. Cela marque donc une inversion de tendance par rapport au mois d’octobre, quand la production avait diminué respectivement de 0,3% et 0,7%. La plus forte hausse a été enregistrée en Lettonie (+8,7%), la baisse la plus marquée en Irlande (-8%). Sur base annuelle, la production est toutefois encore en baisse de 7,1% dans la zone euro et de 6,4% dans l’Union et de façon particulièrement marquée au Danemark et en Finlande (-14,4%), en Estonie (-13,7%) et en Bulgarie (-12,1%). Les seuls États qui enregistrent une hausse sont la Pologne, la Roumanie et le Luxembourg.
Lire

Pauvreté
Selon des chiffres publiés le 18 janvier par Eurosatt, en 2008, 17% de la population de l’UE était menacée de pauvreté, ce qui signifie que ses revenus après transferts sociaux se situaient au dessous du seuil de pauvreté. Depuis 2005, le taux de risque de pauvreté dans l’UE a été relativement stable, variant entre 16% et 17%.
Lire

Etudes/Rapports :

Leçons d’Europe
Dans une tribune du New York Times du 11 janvier, le prix nobel d’économie Paul Krugman oppose la "réussite économique de l’Europe" à des parlementaires républicains assurant que la réforme de la santé voulue par le président américain Barack Obama conduira au naufrage économique des Etats-Unis. Selon ses mots, "l’Europe est un succès économique, et ce succès montre que la social-démocratie fonctionne". L’économiste regrette "le dogme économique en vigueur" aux Etats-Unis, "chez de nombreux démocrates aussi bien que chez tous les républicains, par essence", selon lequel "une social-démocratie à l’européenne ne peut être qu’un désastre absolu".
Lire

Agriculture
Notre Europe et l’Institut suédois d’études européenens (SIEPS) viennent de publier le compte-rendu du séminaire organisé le 16 septembre 2009 à Stockholm et intitulé "Quelle politique commune pour l’agriculture et les zones rurales après 2013 ?". A l’heure du spectre des pénuries alimentaires et de l’effondrement des marchés financiers, cette étude revient sur les nécessités de réforme de la PAC.
Lire | Autre lien

Stabilité financière
En 2008, le système financier mondial s’est pratiquement effondré. Depuis, les responsables politiques ont cherché des moyens de le réguler et de le contrôler. De nombreuses réformes sont en effet souhaitables mais l’agenda des réformes souffre de trois faiblesses : des questions secondaires font l’objet de plus d’attention qu’elles n’en méritent, les changements sont majoritairement le fait de la régulation et l’impact combiné de tous les changements en cours n’est pas suffisamment pris en compte. La régulation apparaît plus nécessaire que jamais mais la politique suivie ne semble pas être la voie optimale pour garantir une meilleure stabilité. L’agenda des réformes devrait être guidé par un meilleur sens des priorités.
Lire

Coopérations renforcées
L’Institut universitaire européen de Florence publie un document de travail intitulé "Enhanced Cooperation and the Common Foreign and Security and Defence Policies of the EU" ("Les coopérations renforcées et les politiques étrangère, de sécurité commune et de défense de l’UE") de Marise Cremona. L’étude met en évidence le mécanisme des coopérations renforcées dans le cadre du traité de Lisbonne, dans les domaines de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et de la politique de sécurité et de défense commune (PESD). Le concept de "coopérations renforcées", introduit par le traité d’Amsterdam, a ensuite été progressivement étendu. La thèse soutenue par l’auteur est que la différentiation introduite par ce mécanisme n’est pas conciliable avec le développement d’une politique étrangère européenne efficace et crédible.
Lire

Publications :

Crise
Les Presses Universitaires de France publient un ouvrage de Jean-Paul Betbèze, membre du comité scientifique de la Fondation Robert Schuman, professeur à l’Université de Paris Panthéon-Assas, directeur des études économiques et chef économiste de Crédit Agricole SA, intitulé "Crise par ici la sortie". Une sortie de crise aura lieu début 2010, écrit l’auteur. Le monde change avec la crise et certains pays, comme la Chine, tirent leur épingle du jeu. Les Etats-Unis font leur possible pour ne pas être distancié et l’Allemagne fait le forcing pour sortir leader européen.
Lire

Culture :

Exposition/Bruxelles
Le musée des Beaux-Arts à Bruxelles consacre une exposition, jusqu’au 18 avril, à la peintre mexicaine Frida Kahlo. L’exposition rassemble dix-neuf toiles, une eau-forte, six dessins et de nombreuses photographies qui témoignent de sa contribution magistrale aux mouvements symboliste et surréaliste. Victime à 17 ans d’un dramatique accident d’autobus, sa vie n’aura été qu’une suite d’interventions chirurgicales à une époque où la médecine tâtonnait. Plusieurs fausses couches et sa vie conjugale tumultueuse avec Diego Rivera, peintre majeur de la révolution, impriment à ses oeuvres une puissance et une beauté singulières.
Lire

Exposition/Madrid
Une exposition consacrée à la naissance de l’impressionnisme et montrant quelque 90 toiles du Musée d’Orsay à Paris est organisée par la Fondation Mapfre à Madrid jusqu’au 22 avril. Les oeuvres présentées à Madrid sous le titre "Impressionnisme, une Renaissance Moderne", ont Edouard Manet comme fil conducteur et sont des tableaux académiques, réalistes et impressionnistes allant de la fin des années 1860 au début des années 1880. Parmi elles, le "Fifre" d’Edouard Manet, "La Gare Saint-Lazare" de Monet, la "Balançoire" de Renoir ou encore la "Maison du Pendu" de Cézanne.
Lire

Exposition/Ludwigshafen
Tout le monde connaît les noms de Salvador Dali, René Magritte ou Max Ernst. Mais ceux de Jindrich Styrsky et Jindrich Heisler sont nettement moins familiers. Ce sont pourtant de dignes représentants du surréalisme, dont l’atelier n’était pas à Paris mais à Prague. Le musée Wilhelm Hack de Ludwigshafen a eu l’idée de réunir les deux ailes du mouvement dans une double exposition qui se tient jusqu’au 14 février. Elle s’intitule "Contre toute raison. Le surréalisme Paris-Prague", et présente 160 oeuvres créées entre 1919 et 1969 dans les deux capitales. Deux autres expositions permettront aux amateurs d’approfondir ces découvertes. Le musée Kunstverein de Ludwigshafen présente simultanément une rétrospective de la photographie surréaliste. La collection Prinzhorn de Heidelberg, de son côté, propose de découvrir les relations entre "le surréalisme et la folie".
Lire | Autre lien | Autre lien

Monumenta 2010
Jusqu’au 21 février, la nef du Grand Palais à Paris est investie par l’oeuvre "Monumenta" de Christian Boltanski. Baptisée "Personnes", l’oeuvre de l’artiste se veut une métaphore sur l’inéluctabilité de la mort et le hasard qui préside au destin de chacun. Conçue comme une oeuvre unique, qui transforme l’ensemble du bâtiment par la création d’une ambiance particulièrement émouvante, l’installation s’offre au visiteur comme un gigantesque tableau animé. Théâtre de la remémoration, MONUMENTA 2010 questionne le sens de la destinée humaine et affirme la place faite à chacun dans la mémoire collective.