Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Rumeurs, secrets et confidentialité

Rumeurs, secrets et confidentialité

mardi 18 octobre 2011, par Picospin

Ce diagnostic posé à propos de Mme Bettencourt n’est pas sans conséquences sur sa vie, celle de sa fille et de sa famille et plus généralement de l’ensemble de la communauté à laquelle elle appartient. Il faudrait commencer par s’interroger sur la légalité des faits révélés par les médias au sujet de l’état de santé de cette dame qui menace de quitter la France, si elle était privée de liberté et surtout de sa fortune ou d’une partie de cette dernière.

Confidentialité

Il semble qu’on ait oublié dans ce pays l’application minimale des règles de confidentialité sur l’état de santé d’une personne qui reste un secret médical. Que cette restriction sur l’information doive rester secrète est une règle qui bat de l’aile. La nouvelle médecine technologique à outrance qui favorise plus qu’elle ne promet la circulation de l’information en raison de la porosité des données médicales maintenant à la disposition de n’importe quel proche d’un dossier médical favorise la diffusion des données médicales dont les médias sont de plus en plus friands. Publier des informations sur une personnalité célèbre, c’est vendre d’autant plus de papier et de nouvelles stockées sur disque dur et susceptibles d’être mises à la disposition des masses de plus en plus friandes de détails croquants sur la santé de telle ou telle personne. Cette soif de détails sur la trajectoire pathologique des gens se paie à prix d’or sans être taxée pour l’instant en attendant que de quelque décret gouvernemental ne jaillisse l’ordre ou l’incitation de prélever quelque pourcentage à la source pour remplir les poches déclarées vides d’un gouvernement à l’agonie sur lequel plane la menace non seulement d’une éventuelle banqueroute mais aussi - ce qui serait pire - le déclassement par quelque agence de notation indisciplinée de la catégorie économique propre à favoriser ou décourager les emprunts bancaires.

Menace de délocalisation

La menace de l’Oréal d’une délocalisation n’est pas à prendre à la légère étant donnée l’aide qu’elle apporte à l’économie nationale et à sa crédibilité sur les marchés des échanges. Cette situation favorise l’organisation d’une chorégraphie autour des centres investis par les spécialistes du cheveu. Il est dommage que la musique qui la sous-tend ne soit pas d’une qualité irréprochable et qu’elle sonne aux oreilles les moins exercées et les moins éduquées de la population qui dispose pourtant d’institutions musicale de première grandeur dans lesquelles viennent s’initier musicologues et instrumentistes cherchant à reproduire dans leur pays et leur univers les phrases musicales et les rythmes et harmonies apprises et entendues dans ces conservatoires qui mettent moins la musique en conserve qu’ils ne la diffusent dans un monde qui a de la peine à en faire admettre les accents encore inconnus par les habitués des concerts. Quelle est la musique qu’entendent les leaders d’opinion de notre société qui ont toutes les raisons du monde de rester sourds mais sensibles à des informations touchant quelques personnalités circulant plus sur le haut du pavé que dans l’underground. Il n’est pas bon qu’on parle trop de vous dans le cadre du premier que dans celui du second. L’écho en est facilement amplifié par des systèmes de relais qui ne demandent qu’à travailler les accords entendus ou les désaccords niés.

Parler de soi

Est-il si vrai qu’il vaut mieux qu’on parle de vous même en mal mais qu’on en en parle car cette parole est d’or en raison de la publicité qu’elle vous procure, du renom qu’elle vous donne et de la gloire qu’elle vous promet ? C’est pour cette raison que peu la refusent, beaucoup l’encouragent et la majorité l’apprécie. N’est-il pas plus facile pour une personne anonymisée mais qui ne le restera pas longtemps de porter des accusations et de promettre des révélations plutôt que des preuves ? La langue fourchue est prompte à se délecter de secrets qu’elle enveloppe de ses circonvolutions avant d’en cracher le contenu à la face du monde. Pendant qu’elle en éclabousse le beau monde des hommes d’affaires elle reçoit comme un avertissement ou une punition le souvenir de leur conscience obscurcie par des noyades dans le fleuve qui traverse l’ile de la Cité. Le sang est reparti dans les estuaires et a disparu dans les océans, le souvenir en imprègne encore les rives du fleuve.

Questionnement éthique :

1. Est-ce que la déontologie prescrit toujours de tenir ses promesses, de ne pas mentir, ne pas humilier ?

2. Est-ce que ce principe est jugé absolutiste et souvent rejeté pour cette raison ?

3. Est-ce que ce principe correspond à à l’expérience morale, sorte de sentiment d’obligation impérieuse qui impose des contraintes absolues ?

4. Est-ce que le conséquentialisme et la déontologie sont des théories plus impératives qu’attractives qui se focalisent sur actions et principes plus que sur la personnalité et le caractère des agents ?

Messages

  • a une branche et souffrent doucement en uggs 3.0 position devant les clous de ugg prix cercueil. Cercueil clous vraiment été l’escalade, mais il uggs ltd est vraiment lent lente ascension, il estime qu’il est a été couché sur le cou d’une uggs 2013 prix petite été Shen uggs immobile comme. Toutefois, afin de couler un petit collier ugg pas cher 90 soldes d’été comme référence, vous pouvez voir le clou de cercueil ou de remonter lentement vers le sommet bottes ugg de la direction et uggs 87 de la vitesse obtenir progressivement.