Ethique Info

Accueil > Politique > Tenir en haleine

Cultiver le suspense

Tenir en haleine

Penser à autre chose : le divertissement ?

vendredi 12 novembre 2010, par Picospin

Parmi les candidats à la succession, M. Sarkozy aurait d’excellentes chances de lui succéder en raison des atouts sérieux qu’il a déjà en main et du talent de cinéaste incontestable dont il est doté, ne serait-ce que pour le maniement du suspense.

Un génial metteur en scène

Cette spécialité était autrefois dévolue en exclusivité au génial metteur en scène référé au début de cet article. Au cours de ses quelque soixante années de carrière, il aréalisé plus de cinquante films dont certains comptent, tant par leur succès public que par leur réception et leur postérité, parmi les plus importants du septième art. Qui ne se souvient entre autres, des « 39 marches », de Enchaînés, Fenêtre sur cour, Sueurs froides, La Mort aux trousses, Psychose, ou encore Les Oiseaux. Pionnier de nombreuses techniques dans le genre du thriller, Hitchcock, « le maître du suspense », est considéré comme l’un des réalisateurs les plus influents du cinéma de ces dernières années, installant les notions de suspense dans l’univers cinématographique. Ses thrillers se caractérisent par une habile combinaison entre tension et humour. Ses thèmes récurrents sont la peur, la culpabilité et la perte d’identité. Un thème que l’on rencontre aussi fréquemment dans ses œuvres, avec certaines variations, est celui de l’innocent persécuté.

Promotion

Doué d’un sens aigu de l’autopromotion – notamment par ses caméos, apparitions en clin d’œil dans ses films –, Hitchcock demeure l’une des personnalités du XXe siècle les plus reconnaissables, et les plus connues, à travers le monde. Souvent considéré comme l’un des plus grands réalisateurs britanniques, son nom figure à la première place sur une liste dressée par des critiques cinématographiques avec le commentaire : « Sans aucun doute le plus grand cinéaste à émerger de ces îles, Hitchcock a fait davantage qu’aucun autre réalisateur pour façonner le cinéma moderne, lequel sans lui serait tout à fait différent. » Il possédait un flair pour la narration, en dissimulant avec cruauté à ses personnages et au spectateur des informations cruciales et en engageant comme nul autre les émotions du public. D’entrée de jeu, l’actuel metteur en scène, en onde et en applications de son nouveau pays, la France, dispose avec son épouse, d’une star qui fait la une des journaux et magazines quand elle apparaît et paraît dans le monde.

Une concurrence sévère

Depuis quelques jours, il fait concurrence à titre posthume au metteur en scène américain, qui savait comme personne attirer l’attention des spectateurs, les faire frémir d’horreur, de peur et d’impatience lorsque ses films s’étiraient pour enfin dénouer des situation si tendues et si effrayantes que le public saisi par l’effroi pouvait enfin quitter en toute quiétude le cinéma où ses films étaient présentés. Ils en sortaient rassurés par un dénouement d’autant plus apaisant que leur tension avait été extrême, sinon insupportable pendant les 2 heures que durait la projection du film. On espère qu’il en sera de même avec nous qui assistons actuellement au spectacle mis en scène de façon artistique pour un suspense auquel nous participons puis adhérons au jour le jour pour atteindre le dénouement sous une petite semaine. L’intrigue et le suspense sont prévus pour durer encore quelques jours. On se propose de les suivre heure par heure comme on le ferait d’une course de chevaux sous la houlette populaire du PMU chargé d’administrer les compétitions entre les meilleurs coursiers du monde qu’ils trottent avec élégance sans galoper ou galopent sans trotter sous le regard anxieux de spectateurs en uniforme de travail, jumelles en avant, à la recherche de leurs « chers » poulains quelque part perdus au milieu des verts revêtements dessinant les parcours à Chantilly, Longchamp ou Vincennes.

Pharmacologie du stress

L’adrénaline est secrétée à flots pendant ces épreuves, l’intensité du stress atteint des acmés dangereux pour la santé. Contrairement aux concurrents hippiques, les hommes et femmes de gouvernement qui concourent ne sont pas tous de première jeunesse ce qui constitue un risque certain de finir la compétition muni d’un infarctus du myocarde ou d’une angine de poitrine sinon avec une élévation paroxystique et dangereuse de la pression artérielle. Cet exercice n’est pas à la portée de tout le monde et risque de perturber l’équilibre et la sérénité des responsables de nos lois, des décisions pour (ou contre) le peuple, et des sanctions en préparation pour les responsables, sinon coupables de fautes à l’encontre des lois, de la hiérarchie ou des puissants. C’est pour cette raison que tout le monde attend avec impatience, intérêt, anxiété, exaspération ou au contraire terreur, affolement le résultat des courses aux ministères, postes, qui, à la différence de celle des chevaux, n’acceptent pas les paris.

Passer le temps en attendant

Pendant ce long temps de tension et d’impatience qui tenait en haleine et incitait à « se changer les idées » en attendant la fin de la « crise » et le retour de jours meilleurs, les Haïtiens en proie au choléra, attendant la mort, couvrent l’île de leurs déjections, les superpuissances se disputent pour désigner celle qui sortira de Séoul avec la monnaie non la plus appréciée mais la plus dépréciée et les pauvres se battent sous les ponts des échangeurs routiers de Paris pour les mouchoirs de surface leur permettant d’écouler les objets ramassés dans les poubelles des riches.

Questionnement éthique :

1. Comment peut-on empêcher le peuple de s’intéresser uniquement et exclusivement à un sujet aussi médiatisé que le politique et la politique qui, dans le cadre de cet article empêchent de se libérer de sujets véniels pour se focaliser sur des thèmes qui captent et rendent captif comme peut le faire un "suspense", une énigme ou le résultat d’une d’une compétition ?

2. Comment l’éducation peut-elle agir sur l’équilibre psychique de l’individu et l’acquisition d’une véritable maitrise et autonomie dans dans le choix, la réflexion et la décision ?

3. Est-ce que la formation permet de parvenir à une meilleure objectivité et une plus grande tendance à la vision des évènements à la distance appropriée, sinon idéale ?

4. Est-ce que l’éducation bien comprise permet de construire un adulte pour le libérer de tout ce qui l’empêche d’être soi, de développer son génie singulier et de faire éclore son autonomie ?