Ethique Info

Accueil > Culture > Thésée et le Minotaure

Thésée et le Minotaure

samedi 1er mai 2010, par Picospin

Est-ce que cette nappe s’étendait à un moment donné sur la mer Egée ? Cette catastrophe eut-elle lieu en d’autres mars, sous d’autres horizons ? Ces questions méritent-elles d’être posées à l’histoire ou à la mythologie surtout si elles ne sont pas teintées d’un noir intense ?

L’homme primitif n’avait ni le temps, ni l’envie, ni la fantaisie d’interroger les dieux pour leur demander d’avoir de l’humour, de rire, de raconter des blagues comme pourraient le faire maintenant les peuplades qui aiment regarder leur nudité dans les miroirs de leur destin, de la fatalité, des sentiers peuplés de hasards, de sorciers ou de figures grimaçantes déclenchant le rire à vue. C’est l’horreur qui se tapit dans la forêt vierge, agitant des instruments où souffle un vent mauvais comme l’a dit un jour d’inspiration un Maréchal de France venu secourir une nation qu’il trouvait au bord de la décomposition après une défaite historique imprévue et irrémédiable. On y chantait des chants de nostalgie, de pardon, chaque matin au lever de couleurs implorant l’homme providentiel et lui rendant grâce d’avoir sauvé le pays au prix de son sacrifice qui n’allait toutefois pas jusqu’à l’immolation. Descendu de la forêt vierge aux plages d’on ne sait quel débarquement, quand se produisaient dans des eaux encore claires nymphes ou naïades folâtrant, la terreur n’eut aucune peine à faire place à la magie et à son palliatif le plus fréquent, le sacrifice humain. Il fallait en ces temps garder l’espoir d’échapper à la fureur des divinités en suivant des rites absurdes mais impressionnants accompagnés d’offrandes pour s’attirer les meilleures grâces des organisateurs de cérémonies propres à réjouir la multitude. La scène des évènements se déplace de la terre, difficile à saisir tant sont minuscules les îlots, vers une mer où soufflent des vents contraires. Dans ces conditions, comment secourir à la fois Ariane en train de succomber pendant que Thésée était entrainé au large, et s’échapper un instant pour éteindre ailleurs des incendies allumés sous la terre par quelque Minotaure endormi. Il devrait un jour se réveiller pour réparer les dégâts qu’il avait commis pour se nourrir des sécrétions venues des profondeurs des océans. Ayant trop avalé de nourriture, atteint d’un mal de mer incoercible à cause des déchainements des océans, il ne put s’empêcher de vomir partout, salissant les eaux et tuant les poissons à portée de sa bouche. Toutes ces matières se mirent à voguer vers les terres, les mangroves en voie d’asphyxie, à être emportées au large ou au contraire rejetées vers les habitations des côtes. C’était bien une catastrophe nationale décrétée par la ministre de la sécurité intérieure, portant fièrement le nom d’une cité illustre proche de volcans heureusement éteints. La nappe d’immondices a commencé à toucher le littoral près de l’embouchure du fleuve Mississippi. Les autorités ont déployé 30 kilomètres de barrières flottantes devant les zones les plus sensibles, comme les réserves de faune sauvage où meurent par milliers des espèces animales victimes de l’imprévoyance de leurs congénères humains. "C’est un écosystème très vulnérable, qui risque d’être durement affecté pour des années ». "Etant donné la distance parcourue, on peut espérer qu’une partie de cette matière s’évapore avant d’atteindre le littoral". Autre facteur d’espoir, "cet écosystème tropical regorge de bactéries qui ont appris à utiliser les aliments digérés ou en voie de l’être et peuvent contribuer à son élimination naturelle à condition que la pollution ne soit pas trop massive, sans quoi elle va détruire tout le milieu". C’est une catastrophe qui s’annonce pour les 12 000 km2 de zones humides du littoral de Louisiane, où des centaines d’espèces animales sont menacées. "Nos marais sont des espaces de nourrissage et s’ils sont touchés, les espèces qui dépendent de ce nourrissage le seront aussi", Les crevettes grises et des poissons comme le menhaden, la truite et le red-drum sont ainsi menacés, mais les marais sont aussi le refuge d’innombrables tortues et alligators et de millions d’oiseaux migrateurs. "Les oiseaux sont très vulnérables, on va en perdre beaucoup ». La récolte d’huîtres et la pêche de crabes et de crevettes pourraient être sévèrement affectées. En Louisiane, la vente de fruits de mer rapporte 1,8 milliard de dollars (1,35 milliard d’euros) chaque année et la pêche récréative génère 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires. Dès jeudi, des pêcheurs de crevettes de Louisiane ont déposé une plainte en nom collectif (class action) contre BP, ce Minotaure mal élevé, grossier personnage, pour "négligence" et "pollution". La difficulté de pénétrer ce dédale de marécages accessibles uniquement par bateau risque d’aggraver l’ampleur des dégâts. "Il ne suffira pas d’une poignée de bénévoles pour démazouter la plage". Des incendies contrôlés pourraient être la meilleure solution pour que la vie reparte dans les marais, étant donné la difficulté à les nettoyer. "BP », cet animal gigantesque et indiscipliné, est responsable et doit financer le coût des opérations de dépollution". On vous avait dit que les monstres mal élevés ne devaient pas être invités à la table des dieux.

Messages