Ethique Info

Accueil > Politique > Travailler ou s’amuser le dimanche ?

Tradition, religion et société

Travailler ou s’amuser le dimanche ?

Est-ce utile pour renflouer les caisses de l’état ?

jeudi 9 juillet 2009, par Picospin

Il est le reflet de mentalités, de traditions, de conflits entre le passé, le présent, l’avenir, l’opportunité du travailler plus pour gagner plus et d’une libéralisation des conditions de travail, d’exercice de l’activité professionnelle au service des clients, de ceux qui en ont besoin et qui préfèrent permuter leurs journées travaillées plutôt que de se figer dans un calendrier bétonné qui ne laisse ni liberté, ni autonomie, ni développement de la personnalité ni même le plaisir de rendre service ou de se mettre au service d’une population dans laquelle la fantaisie et l’imagination le cède à la rigueur de la répétition et de la disponibilité face à l’indisponibilité des commerçants et détaillants qui pourraient être là pour aider, rendre service et décaler dans le temps les activités de service rendues à un moment où elles sont moins appréciables qu’à d’autres.

C’est en cela que les propositions de M. Sarkozy sont pleines d’intérêt car elles sont susceptibles de renverser de vieilles habitudes d’une vieille civilisation qui reste attachée au calendrier plus qu’à la nécessité, à une certaine tradition religieuse plus qu’à une laïcité dont on se gorge. D’un autre côté, l’esprit de solidarité dont on se targue en haut lieu autant que partout ailleurs peut incliner vers la célébration du jour sacré du repos hebdomadaire ensemble, le même jour sans s’attarder sur les conséquences de l’indisponibilité pour cause d’arrêt et de pause le 7 ième jour, héritage immuable des écrits bibliques dans les monothéismes. Ces derniers ont-ils encore leur mot à dire dans une société qui tente de prendre son destin en mains après lavoir confié si longtemps à celui de l’hétéronomie même si celle-ci était représentée par un Dieu unique, maitre du monde même si de méchantes langues affirment qu’Il ne l’est plus tant que çà, à preuve, les horreurs d’Auschwitz qui auraient du être freinées, sinon empêchées si cette figure biblique était encore en possession de la toute puissance à Lui attribuée. Venant de Nicolas Sarkozy, le débat sur la sacralisation du Dimanche est d’autant plus passionnant que le Président a montré à plusieurs reprises son attachement à de bonnes relations spirituelles, affectives ou diplomatiques avec le Vatican dont l’attachement à la célébration de la Messe du dimanche n’est plus à démontrer. Dès lors s’est instaurée une situation conflictuelle interne qui fait osciller le navire sous l’effet combiné de la houle, du flux et du reflux et produit sur les âmes et les corps sensibles une impression de malaise puis des nausées et des vomissements. On espère pour lui que le Président prendra rapidement une décision opportune pour le libérer lui d’abord, ses collaborateurs ensuite de la lourde charge d’une décision qu’on espère mue plus par une délibération démocratique que par un arrêté arbitraire.