Ethique Info

Accueil > Société > Travailler plus pour gagner plus ? Comment faire ?

Travailler plus pour gagner plus ? Comment faire ?

mercredi 22 août 2007, par Picospin

Comme souvent, faute de pouvoir aller enquêter aux sources des informations, le journal « Le Monde » se fait l’écho d’un article publié par le mensuel britannique « Psychological Medicine » dans son numéro d’août 2007. Il traite des conditions de travail dont certaines, si elles sont particulièrement stressantes, peuvent aboutir à une véritable dépression pour peu qu’on ait affaire à une personnalité anxieuse aux prises avec des conditions de travail stressantes. Cette condition difficile serait relativement fréquente puisque 40% des salariés y seraient confrontés.

Des biais ?

Dans l’analyse qui a présidé à ce travail de recherche et dans la méthodologie adoptée pour le réaliser, il a fallu se débarrasser de plusieurs biais dont en particulier le caractère dépressif des sujets interrogés et la situation médiocre du travailleur qui se retrouve au bas de l’échelle sociale. Les facteurs qui ont été pris en compte dans cette évaluation ont été : 1. les exigences des conditions de travail ; 2. la marge de décision laissée au salarié ; 3. le soutien social dont ce dernier est susceptible de bénéficier dans l’entreprise ; 4. l’importance de la sollicitation physique de l’emploi. Dans ce cadre, les hommes étaient plus exigeants que les femmes sur leurs conditions de travail au point de vue psychologique, physique et social. Ce sont les conditions psychologiques qui ont été considérées par les deux genres comme les plus éprouvantes.

Relations entre stress et travail

Cette étude montre pour la première fois, preuves et documents à l’appui, la relation étroite qui existe entre les désordres psychiatriques et le stress au travail. Les premiers ne préexistaient nullement à la prise de fonction dans le travail. Cette observation permet d’écarter l’hypothèse que les personnes les plus fragiles du point de vue psychologique choisiraient plutôt des emplois générateurs de stress que des occupations plus tranquilles, moins tendues et moins exigeantes. Le stress au travail serait donc susceptible de déclencher l’apparition de troubles psychiatriques chez des individus supposés préalablement en bonne santé.

Conséquences du travail sur la santé mentale

Les effets du travail sur la santé mentale pourraient varier en fonction d’une susceptibilité génétique. L’auteur de l’article du journal le Monde, Paul Benkimoun incite les lecteurs et les entrepreneurs à réfléchir sur les éventuels effets délétères du travail sur la santé psychique des salariés à un moment où – en France particulièrement – le nouveau Président de la République a lancé le slogan du « travailler plus pour gagner plus. Quel pourrait être l’effet de cette étude sur le coût de la Sécurité sociale si se multiplient les conséquences psychologiques négatives d’un travail stressant lié à son caractère excessif. Les conséquences négatives de l’activité professionnelle ne se manifestent pas seulement au niveau des échelles les plus basses de la hiérarchie du travail. Elles touchent aussi les individus en haut de l’échelle comme les hauts responsables des activités des entreprises. Qu’il soit permis de faire allusion aux problèmes récents posés par le fabrication discutable sinon défectueuse de jouets en Chine. On sait que leur caractère considéré comme dangereux par certaines entreprises travaillant en Occident a conduit à des tensions entre les fabricants chinois et les entreprises qui occidentales qui ont assuré leur diffusion dans de nombreux pays, y compris ceux de l’Europe. La première victime de ce conflit a été, comme le rapporte le IHT du 22.07.07, le patron de l’usine de fabrication des jouets en Chine.

Suicide

Il a été trouvé en effet, pendu dans sa propre usine il y a une semaine, au 3è étage. Le suicide de cet homme de 52 ans suit de peu l’avertissement provenant de la marque Mattel, le plus grand fabricant de jouets dans le monde. Ce dernier n’a pas hésité à blâmer sa société, "Lee Der Industrial ", d’avoir rappelé plus d’un million de jouets qui ont été peints avec une peinture au plomb considérée comme particulièrement toxique. Cette opération a coûté leur emploi à plus de 5.000 salariés. La procédure a été d’autant plus désastreuse que M. Zhang avait semblé depuis longtemps prêt à prendre la décision de fermer la boutique puisqu’il a même suggéré à ces employés de chercher un autre travail. A l’issue de cette étape, il s’est enfermé dans un atelier de son bureau pour s’y pendre. Cet épisode a été suivi de nombreux rappels de produits fabriqués en Chine ce qui a intensifié la suspicion générale que les produits chinois étaient fabriqués dans de mauvaises conditions pour faire des économies sur les produits utilisés dans leur finition. Son entourage pense qu’il a craqué sous la pression énorme de la concurrence dans un pays dont la réglementation est encore chaotique et difficile à faire respecter. Pour faire taire les soupçons, les autorités attendent les résultats des investigations avant de prendre les mesures appropriées pour faire face à une situation commerciale difficile.


Ethique

- 1. Quelles sont les règles éthiques nécessaires à assurer une fabrication sans danger pour les consommateurs des divers articles de consommation courante ?

- 2. Est-ce que cet exemple de fabrication à la limite de la dangerosité constitue un contre exemple suffisant pour renforcer les mesures dans la sécurité de la fabrication d’objets courants ?

- 3. Peut-on penser que la suspicion généralisée qui pèse sur les produits fabriqués en Chine constitue une mesure de l’occident pour freiner les succès commerciaux de ce pays ?

- 4. Comment assurer la sécurité pour les personnes fragiles et surtout les enfants de l’emploi des produits disponibles dans des pays qui ne sont pas soumis à une fabrication dans des conditions rigoureuses ?

Messages