Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Tricheries sur les deux roues

Tricheries sur les deux roues

samedi 25 août 2012, par Picospin

On sait que la jeunesse actuelle aime faire sécréter son adrénaline, terme qui est entré dans les mœurs afin de signifier aux autres que l’enthousiasme est intact, la volonté du faire toujours aussi présente et le plaisir de la prise de risque aussi véhément pour permettre de faire sortir de ses gonds et de ses niches les occasions de faire battre les cœurs, de contracter ses artères et autres tuyaux sis à l’intérieur du corps et de crier son enthousiasme pour la vie malgré l’ambiance délétère environnante.

Tristes informations

Pourtant les informations ne cessent de sombrer vers la négativité pendant que les réactions d’une population médusée restent ancrées dans la platitude, l’indifférence sinon la morosité. Voici qu’un pan de l’histoire du cyclisme s’écroule de l’autre côté de l’Atlantique sans que l’on connaisse avec certitude et surtout discernement les causes de cette explosion d’indignation transportée à vive allure vers les rivages de l’Europe où l’on feint l’indifférence, la neutralité, l’objectivité comme assommé par le revirement survenu à la suite de l’abandon – libre ou forcé, autonome ou inspiré – du protagoniste principal des « tricheries » auxquelles son nom est maintenant associé. L’affaire n’est pas aussi simple qu’on le croit ou que certains le pensent. Pour porter sur ce problème un jugement aussi impartial, objectif, mesuré, que possible, des représentants compétents de diverses autorités doivent être consultées pour les inciter à donner un avis clair, nuancé, sur les tenants et aboutissants d’une question qui implique une large fraction des groupes d’opinion impliquées dans le sport, la sociologie, les méthodes modernes destinées à créer l’homme augmenté, cet être hybride fabrique à partir de l’homme naturel et qui se destine à agir sur la société avant d’en attendre une réaction proportionnée à l’impact qu’il exerce sur elle.

Homme augmenté ?

Faut-il appeler tricherie tout écart de conduite susceptible d’améliorer ou augmenter, embellir le comportement et les performances de l’homme en toutes circonstances ? Cette adaptation de l’agent moral s’il en est un à une ou plusieurs circonstances particulières doit-elle être jugée en fonction des prémisses établies ? Dans l’affaire qui nous concerne ici, l’acteur principal devenu héros national et international sur la constatation de ses exploits, a été confronté très tôt à la menace du cancer, à ses traitements proposés et à la nécessité de mener une carrière de sportif professionnel pour établir sa place dans la société et pouvoir s’y établir avec dignité, épanouissement de ses qualités physiques, mentales et morales. Que dans cette circonstance particulière, il ait été conduit ou non, dans certaines circonstances et à certains moments de recourir no à de la drogue mais à une « assistance biologique ou physiologique » reste la question importance mais pas nécessairement essentielle. A ce que l’on sache, la transfusion sanguine, les hormones de croissance ou l’EPO ne font pas partie de drogues dures consommées dans les parties fines des couches dites supérieures de la société, celle qui est assez fortunée pour payer le prix fort nécessaire à l’acquisition des moyens les plus efficaces pour s’enfoncer dans le nirvana du rêve, de l’oubli des responsabilités.

Actions

Cette action n’a aucun rapport avec celui d’un malade atteint d’une maladie grave, potentiellement mortelle dont les chances de guérison sont réduites par rapport à toute personne considérée comme « saine ». Sur la voie de cette entrée dans le monde de la chimiothérapie plus que dans celui du dopage, la route vers le recours à tout moyen susceptible d’augmenter ses capacités, l’homme ainsi pris au piège d’un dérapage est lancé comme dans les vertiges de la descente d’un col dans la tentation de jouir de la victoire, d’assumer ses prouesses, ses exploits et de fournir un exemple de courage, de gout de l’effort, de générosité aux générations à venir qui pourront puiser dans ses ressources un exemple à suivre, de professionnalisme, de respect des engagements et de témoignage en faveur d’une conduite inspiratrice d’un modèle à suivre. Une fois la question débattue par des personnes autorisées, expérimentées dont les passions sont réfrénées dans l’équilibre d’une parité avec la raison, il sera temps de s’appesantir sur la disproportion possible entre l’importance éthique ou la gravité de l’acte ou de la série d’actes accomplis et ses conséquences sur la société. Cette dernière n’est nullement obligée d’exhiber officiellement une attitude distanciée, pour faire illusion et donner l’impression qu’elle ne se sent nullement impliquée dans un débat éthique d’où il ne sera pas facile de sortir sans séquelles, cicatrices, déceptions plus que perte de foi en l’être humain et ses compagnons de route.

D’Athènes à Canossa

Ce même jour, on apprend qu’un Premier Ministre issu des fondements de la civilisation est obligé d’aller à Canossa pour supplier une ex-Dame issue de deux religions moralisatrices, monothéistes et draconiennes de bien vouloir accorder le pardon de l’Europe à son peuple sans en référer à la seule autorité habilitée en ce cas pour prendre les décisions qui s’imposent : celle de la Commission Européenne. Reste le cas du meurtrier norvégien qui pose le problème de la responsabilité en tant qu’être humain conscient et responsable de ses actes.

De la Norvège à Paris

Question plus difficile à traiter puis à résoudre sur le plan de la théorie que sur celui de la pratique, tant apparaît évidente la justification d’une sanction de mise à l’écart et en sécurité de l’auteur d’une agression relevant plus de la folie que de la raison, quel que soit le statut de sa réflexion sur les thèses de l’extrême droite. Dans la même direction, doit-on embarquer dans le même convoi la folie meurtrière d’un touriste marocain dans les hauts lieux de stages militaires sans que ses velléités aient été freinées par les forces susceptibles de prévention sinon de précaution ? Actions et réactions disproportionnées entre bicyclette, maillot jaune et armes à feu ?

Messages