Ethique Info

Accueil > Société > Tristan et Yseult dans la Nièvre

Tristan et Yseult dans la Nièvre

samedi 24 avril 2010, par Picospin

Contrairement à ce qui est attendu, ce n’est pas l’effondrement de la Belgique pour un problème linguistique qui intéresse le plus ni les expéditions nocturnes des internationaux français de football mais une histoire d’amour survenue dans la Nièvre.

Mitterrand

Ce département était plus connu pour les frasques politiques de François Mitterrand que pour une romance tragique survenue il y a quelques jours à un couple plein d’amour, décédé à quelques heures d’intervalle, à l’instar de Tristan et Yseult. Aucun filtre d’amour n’a été requis pour faire passer entre eux ce sentiment unique entre deux jeunes et qui se termine tragiquement par leur mort. L’intérêt pour cette histoire, banal fait divers, suggère qu’il existe quelque part dans un espace indéterminé, une place privilégiée pour une histoire d’amour. Les témoins indirects la préfèrent aux facéties d’un Président, à la décomposition de l’entité européenne amputée bientôt de deux de ces petits fleurons, aux explosions en mer de carburants honnis par les écologistes. Non ce qu’ils veulent, c’est à travers la légende d’un couple, retrouver les sensations de leur être, celles qui sont restées gravées dans leur mémoire et dans leur corps et qu’ils revivent tragiquement avec d’autant plus d’intensité et de présence qu’ils les ont éprouvées à un moment de leur jeunesse, de leur enfance ou de leur adolescence.

Légende

La légende des amants au sens noble de l’époque réveille toujours de nobles sentiments dans l’imaginaire des plus jeunes même au milieu du brouhaha de la vie avec ses banlieues défavorisées, ses Kärcher en marche pour un nettoyage hebdomadaire et les caches introuvables des dealers qui ne savent que faire de leur peau quand les puissantes BMW sont indisponibles. Alors, les enfants et les plus âgés reviennent vers leurs « fondamentaux », ceux qui les ont fait rêver avec ou sans philtre d’amour. Depuis deux ans, Jérôme, 26 ans, et Élodie, 21 ans, vivaient une belle histoire d’amour. Jérôme, mécanicien dans un garage automobile, avait trouvé en location une grande maison, dans la Nièvre. Une maison avec un grand terrain. Dimanche, Jérôme est mort écrasé sous le tracteur qu’il venait d’acheter. Dans la soirée, inquiète de ne pas voir revenir son compagnon, sa petite amie, Élodie, est allée le chercher dans le champ. C’est là que la jeune femme a découvert Jérôme, sous le tracteur. Dans la panique, Élodie n’a pas pensé à téléphoner aux secours.

Au secours

Elle est très vite montée dans sa voiture pour aller chercher de l’aide. Dimanche, sur cette route de campagne, Élodie a roulé très vite. Sa voiture a dérapé, en pleine ligne droite. Avant de terminer sa course dans un champ. Élodie, dans l’urgence de la situation, avait oublié d’attacher sa ceinture de sécurité. Éjectée de sa 206 blanche, elle est morte sur le coup. Quelques instants après ce fut le tour de Jérôme. Selon le choix des familles, les deux amoureux, unis dans la mort, seront inhumés ensemble. La reine d’Irlande remet un philtre magique à Brangien, la servante d’Yseult qui est du voyage. Il est destiné aux nouveaux mariés le soir de leur nuit de noces. La puissance du philtre est telle qu’après absorption, les amants sont éternellement épris et heureux, et qu’une séparation leur serait insupportable, voire fatale. Durant la navigation entre l’île et le continent, croyant se désaltérer avec de l’eau, Tristan boit du breuvage magique et en offre à Yseult. L’effet est instantané. En dépit de ce nouvel amour indéfectible, la jeune fille épouse le roi Marc’h, mais le soir des noces, c’est la servante Brangien qui prend place dans le lit du roi. Les amants prennent la fuite et décident de vivre dans la forêt, fuyant toute âme qui vive.

Philtre d’amour

Au bout de trois ans, la magie du philtre finit par s’estomper. Après un long temps de recherche, le roi les surprend endormis dans la grotte qui les abrite, l’épée de Tristan plantée dans le sol entre eux deux. Le roi pense qu’il s’agit d’un signe de chasteté et respecte la pureté de leurs sentiments. Il remplace l’épée par la sienne, met son anneau au doigt d’Yseut et s’en va. Au réveil, ils comprennent que le roi les a épargnés. C’est la séparation, Yseut retourne près du roi. Tristan s’en va dans l’île de Bretagne où il finit par épouser Yseut aux mains blanches, dont la beauté lui rappelle celle d’Yseut la blonde. Son occupation principale est la guerre et lors d’une expédition, il est gravement blessé. Une fois de plus, seule Yseult la Blonde peut le sauver. Il la fait réclamer en convenant que le bateau revienne avec une voile blanche si elle accepte de le secourir. Yseult arrive alors dans un vaisseau à la voile blanche, mais l’épouse de Tristan, de colère et de jalousie, lui dit que la voile est noire. Se croyant abandonné par celle qu’il aime, il se laisse mourir (ou se tue d’un coup d’épée). Yseult la blonde, arrivée près du corps de Tristan, meurt à son tour de chagrin. Le roi Marc’h prend la mer et ramène les corps des amants et les fait inhumer en Cornouailles, l’un près de l’autre. Une ronce y pousse et relie leurs tombes.