Ethique Info

Accueil > Education > Education > Triste Finlande sous le choc de ses meurtres

Quelles raisons pour les passages à l’acte ?

Triste Finlande sous le choc de ses meurtres

Quels exemples puiser dans cette société paradoxale ?

jeudi 25 septembre 2008, par Picospin

Est-ce une affaire comparable à celle du jeune Rom polonais qui avait, en avril 2006, en plein coeur de Bruxelles, poignardé un adolescent de son âge pour lui voler son lecteur de musique et qui a été condamné à 20 ans de détention pour "vol avec violence ayant involontairement entraîné la mort".

Autre assassinat

L’assassinat, d’abord imputé à des Maghrébins, avait provoqué une grande émotion puisque 80.000 personnes avaient participé à une marche silencieuse à Bruxelles après que les deux agresseurs aient été extradés de Pologne. La décision du jury de la cour d’assises de ne pas retenir la qualification de meurtre contre Adam G. a déclenché une nouvelle polémique sur la justice. L’incompréhension est d’autant plus grande que son complice âgé de16 ans au moment des faits, et jugé séparément par une juridiction pour les jeunes, a été reconnu coupable de meurtre alors qu’il n’a pas porté de coups. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l’école, tandis que l’église accueillait une messe exceptionnelle où se sont rendues 900 personnes. "Nous devons venir ici et voir de nos propres yeux. Sinon nous n’arrivons pas à croire que c’est vrai", a déclaré une jeune fille de 25 ans, au journal finlandais Hufvudstadsbladet. Matti Saari, le tueur de 22 ans, était lui-même élève dans ce lycée depuis un an. Il était habillé en noir, coiffé d’un bonnet de commando, de lunettes de ski, et portant un gros sac. La veille, après avoir été interrogé par la police qui avait repéré sur un site Internet des vidéos le montrant en train de s’entraîner au tir, il avait été relâché ce qui lui a permis de se rendre dans une salle où une vingtaine d’élèves passaient un examen, et où il a commencé à tirer avec un pistolet de calibre 22 pour lequel il avait obtenu un permis quelques semaines auparavant. Il y avait à ce moment plus de 150 élèves dans l’école, au milieu desquels des dizaines de coups ont été tirés, dont trois ou quatre contre la police.

Carnages

Neuf des victimes ont été retrouvées dans la salle de classe, la dixième dans un couloir. Le commissaire a précisé que Matti Saari avait été retrouvé blessé dans une autre aile du bâtiment après qu’il eut tenté de se suicider en se tirant une balle dans la tête. Il est décédé à l’hôpital de Tampere quatre heures plus tard. Selon le responsable de l’enquête, le jeune homme, pensionnaire dans l’établissement, n’était pas décrit comme quelqu’un d’asocial. Dans une note retrouvée à son domicile il indiquait avoir commencé à planifier son crime dès 2002 car il haïssait les gens et que sa seule issue était d’utiliser un pistolet. Sur une des vidéos diffusées sur Internet on peut le voir braquer son pistolet vers l’objectif et tirer plusieurs coups vers la caméra. C’est à ce titre qu’il avait été interrogé lundi par l’inspecteur qui lui avait délivré son permis provisoire de port d’arme en août. La ministre de l’intérieur a annoncé l’ouverture d’une enquête. Alors que la Finlande - pays de chasseurs - est le troisième pays au monde par le nombre d’armes par habitant, le premier ministre, qui devait se rendre mercredi en fin de matinée à Kauhajoki, a estimé que la loi sur les armes devait être considérablement renforcée. Il a également indiqué vouloir mettre en place avec les professionnels de l’Internet des systèmes pour que des signaux d’alerte puissent être relevés à temps. Il a raconté avoir discuté de ces éventualités avec des représentants de Google et Microsoft. Le 7 novembre 2007, une tuerie similaire avait déjà eu lieu dans une autre ville, Jokela, où un élève de 18 ans avait abattu huit personnes avant de se suicider.

Police impuissante ?

Plusieurs affaires de ce type ont défrayé la chronique aux Etats-Unis ces dernières années. En Europe, un jeune allemand de 19 ans avait tué seize personnes dans son ancien lycée, à Erfurt, dans l’ex-Allemagne de l’Est, en 2002. Lors d’un déplacement à Kauhajoki, petite ville du sud-ouest de la Finlande où un étudiant de 22 ans a tué mardi 23 septembre dix élèves d’un lycée d’enseignement professionnel avant de se donner la mort, le premier ministre a annoncé, mercredi, qu’une enquête avait été ouverte pour déterminer pourquoi la police n’avait pas pu empêcher cette fusillade alors qu’elle avait interrogé le tireur la veille du drame. L’’identification des dix personnes tuées par balles prendra plusieurs jours. "Nous n’avons déterminé ni l’âge ni le sexe de toutes les victimes, car certaines d’entre elles ont été grièvement brûlées" dans l’incendie allumé par le tueur après la fusillade. "Pour les cas les plus difficiles, l’identification prendra plusieurs jours", a-t-il ajouté. L’auteur de la fusillade et élève de l’établissement, avait été entendu par la police après avoir posté, sur le site YouTube, des vidéos où il proférait des menaces et se montrait en train de tirer au pistolet. Il n’avait ni été inquiété ni menacé de retrait de son autorisation de port d’armes. "Il semble que la police a réagi immédiatement et a rencontré ce jeune homme mais nous ne savons ni quelles informations ils avaient ni la raison pour laquelle sa licence de port d’armes n’a pas été retirée". Le premier ministre a ajouté qu’il était favorable à un durcissement de la législation sur la détention des armes à feu en Finlande, qui est actuellement très laxiste, y compris pour les mineurs.

Laxisme coupable

Il a cependant noté qu’un éventuel renforcement de la loi interdisant le port d’armes à feu aux mineurs n’aurait pas empêché la fusillade de Kauhajoki, puisque le tireur était majeur. "Très critique" de la facilité avec laquelle on peut se procurer des armes en Finlande, on a indiqué que le pays était en train de mettre en application la directive européenne portant à 18 ans, et non plus 15 comme c’est le cas actuellement, l’âge légal pour détenir une arme à feu. La fusillade de mardi est la deuxième en moins d’un an en Finlande. En novembre 2007, un élève du lycée de Tuusula avait tué huit personnes dans son établissement avant de se suicider. Par ailleurs, la police a annoncé, mercredi, que Matti Juhani Saari avait laissé une note manuscrite dans son appartement dans laquelle il dit qu’il déteste la race humaine, et qu’il avait planifié l’attaque depuis 2002", a déclaré l’inspecteur qui dirige l’enquête de la police nationale.

Questionnement éthique :

1. Comment expliquer le fait que la Finlande s’inscrit en tête de toutes les statistiques concernant la qualité de son enseignement, les résultats obtenus par ses élèves et que paradoxalement on y relève un bon nombre de carnages dans les écoles semblables à celui qui est rapporté dans cet article ?

2. Au moment où on croit avoir trouvé un modèle d’éducation dans ce pays alors qu’on est à la recherche de méthodes d’enseignement et d’apprentissage, n’est-il pas paradoxal de tomber sur ces assassinats collectifs longuement prémédités qui ressemblent par certains côtés à ceux commis aux Etats-Unis ?

3. Est-ce que le dénominateur commun de ces passages à l’acte n’est pas la facilité avec laquelle des armes peuvent être obtenues ?

4. Est-ce que l’allégation de haine de la société est suffisante à expliquer ces actes ?

5. Peuvent-ils être classés dans le domaine et la catégorie des crimes philosophiques et si oui, lesquels ?

Messages

  • SHEN Xiao Xia a uggs pas cher rebondi du lit. Elle a été horrifié de ugg pour femme voir ses mains rampant est une hypertrophie des insectes bleu et uggs 2009 leather jaune, pas de bottes ugg 2 pas cher peluches, mais très mât, et une grande tête avec une paire de longs tentacules, et a beaucoup de modèles noires bottes ugg comme l’oeil. Insectes comme Shen Xia vu dans l’enfance, appelé nourriture des bottes ugg v2 insectes, souvent dans un plat de macaroni peuvent voir leur spectacle dégoûtant. ugg Roxy peur rapidement uggs 24 7 chili agité sa main droite forcé.