Ethique Info

Accueil > Médecine > Trop de sport tue ?

Une pathologie rare chez le commun des mortels mais fréquente chez les sportifs

Trop de sport tue ?

La sténose musculaire du ventricule gauche

samedi 21 août 2010, par Picospin

Cela est si vrai que l’on entend dire de plus en plus fréquemment dans les interviews et conversations entre journalistes et sportifs que « mon corps n’a pas suivi ». Ce que cette phrase signifie que le programme d’entrainement imposé par les entraineurs, préparateurs physiques en tous genres exige des performances supérieures à celles qu’un corps normalement constitué est capable d’assumer et de produire.

Dieux du stade

Les vedettes et dieux du stade sont tous les jours victimes de ces excès y compris les plus grands idolâtrés par des foules en extase par les performances uniques, exceptionnelles des athlètes engagés pour et par leur pays d’origine, de naissance ou d’adoption pour le représenter pour le plus grand plaisir et la gloire des couleurs nationales et des hymnes qui se jouent en l’honneur de ces êtres représentant la force, la puissance, les qualités morales et physiques ensuite exhibées par les dirigeants du pays engagés dans des compétitions de plus dures, serrées, contraignantes. Ce qui arrive à ce pauvre Rémy n’est pas une exception. Sans connaître le détail des observations recueillies auprès de ses médecins, je me doute que ce dont on accuse son cœur c’est d’avoir travaillé trop et non pas assez. La conséquence de ce « surmenage » si l’on me permet cette expression est qu’il a pris trop de volume, d’épaisseur pour suivre les ordres donnés par l’équipe en charge de préparer cet athlète aux dures prouesses que nécessite l’obtention de résultats d’un niveau toujours plus élevé, plus admirable aux yeux de la foule. Imaginez que vous disposiez d’un canal dans lequel vous gonfleriez un ballon jusqu’à ce qu’il grossisse au point de l’obturer.

Grossissement du muscle

A un certain moment, son diamètre ou sa circonférence atteindrait une dimension telle que plus aucune goutte de liquide, disons d’eau ou de sang ne pourrait passer dans ce tuyau. Imaginez aussi que vous continuiez à gonfler jusqu’à ce qu’une protubérance se forme à l’entrée du canal. A ce moment toute circulation est coupée et le sang éjecté du cœur ne pourrait plus atteindre les organes les plus importants de l’organisme à savoir le cerveau, les reins, le foie et le cœur lui-même qui se nourrit de son propre sang en provenance des artères qui irriguent le muscle lui-même. Ainsi le cœur se fait obstacle à lui-même, condition qui ne fait qu’empirer à mesure que le muscle grossit jusqu’à ne plus contenir de sang dans sa cavité. Cette dernière est comblée progressivement par du muscle cardiaque appelé « myocarde » qui ne laisse plus aucune place au volume de sang qui devrait normalement remplir la cavité qui devient virtuelle et dans laquelle ne se trouve plus que la masse musculaire développée par le propre effort de l’athlète qui fabrique de la chair au lieu de laisser passer le sang. C’est cela que l’on appelle "cardiomyopathie idiopathique hypertrophique obstructive.

Maladie de jeunesse

Cette maladie survient chez le sujet jeune et s’aggrave d’autant plus qu’elle se développe à partir d’une origine génétique et qu’elle se complète rapidement par le processus que je viens de décrire. Elle peut être diagnostiquée par un examen à l’aide d’ultrasons comme celui utilisé pour mesurer la profondeur des océans à partir d’un appareil appelé échographe. Si cet examen n’st pas réalisé, on n’a aucune chance de « voir » la maladie autrement dit les modifications anatomiques caractéristiques de cette maladie. Si elle se confirme, on peut agir sur elle en enlevant ou entaillant la protubérance à laquelle je viens de faire allusion ou à diminuer la fréquence et l’intensité des exercices qui avaient contribué à la créer et à en augmenter la masse. C’est cette intervention que l’on recommande parfois aux patients porteurs de cette pathologie qui est heureusement plutôt rare même si sa survenue et son évolution dépendent des efforts physiques accomplis à l’entrainement ou à l’occasion de compétitions.

Messages