Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Un horizon bouché

A ouvrir selon quel pointillé

Un horizon bouché

Quel tire-bouchon pour humer les effluves du bonheur ?

dimanche 8 juillet 2012, par Picospin

Je le cite intégralement à propos de la valeur du mot « valeurs ». « La droite française va avoir un mal fou à ressouder ces deux sensibilités.

Conservatisme tenace

Il s’agit de celle inspirée par Marine Le Pen qui « séduirait toute une série de gens qui sont en fait des conservateurs classiques qui ne se retrouvent plus dans le discours « moderne » de Sarkozy…Ses leaders le savent tellement qu’ils se réfugient dans l’appel incantatoire au mot supposé magique de « valeurs ». Son recours dissimule l’absence d’un programme véritablement fédérateur et d’une vision de la société consensuelle. » Cette opinion est exprimée par l’ancien de la politique qui a nom Juppé lorsqu’il dit qu’il « faut clarifier nos valeurs ». Mais quelles sont-elles et que représentent–elles si ce ne sont des notions floues qui sont loin d’avoir le même représentation pour les 65 millions de Français représentant la population de l’hexagone. Ces valeurs seraient pour Marcel Gauchet faites pour être floues et auraient l’avantage de permettre aux éléments de la nation de se rassembler à bon compte. Avec la lucidité qui lui est coutumière, le philosophe historien se veut pessimiste en ajoutant que la crise actuelle est moins violente que rampante en raison de la présence d’amortisseurs qui résistent et protègent de la misère et du désespoir comme ceux auxquels on avait assisté lors de la crise de 1929.

Offres idéologiques

On ne sait s’il faut déplorer ou se réjouir de l’absence ou de la disparition de toute offre idéologique comme ce fut le cas précédemment par celle venue simultanément ou presque de la droite comme de la gauche et qui – heureusement – ont été englouties dans le cataclysme de la défaite du nazisme écrasé par les chars du communisme issu de l’ancienne URSS, elle-même déconstruite par l’effondrement du mur de Berlin sous la pression conjointe de l’influence du catholicisme polonais, de l’invasion culturelle de l’occident et de la supériorité temporaire du capitalisme et de l’armement américains. A cette liste déjà longue, une autre est jointe qui s’appelle dépolitisation et privatisation des sociétés contemporaines dans une atmosphère de mollesse éthique peu favorable aux ruptures si fréquentes et violentes des grandes périodes révolutionnaires portées par des idéologies si enthousiasmantes qu’elles emportaient tout sur leur passage comme aspirateurs Dison alimentés par des puissances électriques illimitées gratuitement offertes par des états moins au bord de la faillite que prêts à promouvoir tout renouvellement de leurs forces vives pour échapper au conservatisme émollient.

Investissements en espoirs

Tous les espoirs sont investis moins dans la croyance aux initiatives qu’en une lente résurgence industrielle flottant sur lac brumeux aux eaux plates qu’aucun vent ne vient plus animer ni sortir de leur torpeur. La crainte est grande que ces forces amoindries et privées de toute vie ne laisse dans leur tiédeur la lente et douce pente vers un égocentrisme favorable au « délitement du collectif » seule garantie crédible contre l’assoupissement puis l’assoupissement menant à un sommeil sans rêve qu’aucun cauchemar ne viendra plus interrompre. Notre prophète n’est guère optimiste en ce qui concerne sur les chances de redressement d’une société fatiguée par l’inadéquation entre les maigres efforts accomplis pour redresser la préparation intellectuelle et technologique de la jeunesse aux missions du futur.

Un spectre hideux et effrayant

Au bout de cette route, le spectre du chômage dresse son squelette et son masque hideux pour barre les minuscules perspectives d’un redressement dont certains veulent encore espérer qu’il pourra mener à un autre bonheur que celui, trop provisoire, instable et bref de vacances inaptes à redorer le blason du travail revu moins en tant qu’espoir de résurrection qu’en terme de tâche projetée devant la perspective de corvées et besognes répétitives dépourvues des enluminures colorées susceptibles de masquer la grisaille d’un avenir bouché.

Messages