Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Un train peut en cacher un autre

Des courbes dangereuses

Un train peut en cacher un autre

Le train qui mène au tombeau

jeudi 25 juillet 2013, par Picospin

Saint-Jacques-de-Compostelle est une commune espagnole située dans la province de La Corogne, en communauté autonome de Galice. C’est la capitale de la comarque du même nom, de la province et de la communauté autonome. À ce dernier titre, elle héberge le siège du gouvernement et du Parlement de la communauté avec près de 100.000 habitants. Le pèlerinage sur le tombeau supposé de saint Jacques le Majeur était un des plus importants de la Chrétienté au Moyen Âge, avec ceux de Jérusalem et de Rome.

Disparitions

Pratiquement disparu au XIXe siècle, il connaît un regain de ferveur depuis la fin du XXe siècle, promu notamment par les institutions européennes. Ainsi, en 1985, Saint-Jacques-de-Compostelle a été lauréate du Prix de l’Europe1. Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle ou pèlerinage de Compostelle est un pèlerinage catholique dont le but est d’atteindre le tombeau de l’apôtre saint Jacques le Majeur, situé dans la crypte de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice (Espagne). Créé et instauré après la découverte du supposé tombeau de saint Jacques au début du IXe siècle, le pèlerinage de Compostelle devient à partir du XIe siècle un grand pèlerinage de la Chrétienté médiévale. Mais c’est seulement après la prise de Grenade en 1492, sous le règne de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle la Catholique, que le pape Alexandre VI déclare officiellement Saint-Jacques-de-Compostelle lieu d’un des « trois grands pèlerinages de la Chrétienté », avec ceux de Jérusalem et de Rome. L’interprétation du sanctuaire catholique a subi une évolution doctrinale : le mot « tombeau » a disparu des discours des deux derniers papes. Jean-Paul II parlant du « mémorial de saint Jacques », sans utiliser le mot « reliques » et Benoît XVI disant simplement que la cathédrale de Compostelle « est liée à la mémoire de saint Jacques ».

Une découverte miraculeuse

Le pèlerinage est né de la découverte, dite « miraculeuse » vers l’an 800 d’un tombeau retrouvé par l’ermite Pelagius qui aurait eu une révélation dans son sommeil au cours duquel il aurait été guidé par une étoile dans le ciel, d’où une des étymologies avancées pour Compostelle : Campus Stellae ou champ de l’étoile. Suite à cette révélation mystérieuse et après concertation, l’Église locale déclara qu’il s’agissait du tombeau de l’apôtre Jacques, frère de Jean l’Évangéliste et premier apôtre martyr de la chrétienté. Les premiers écrits mentionnant la prédication de Jacques en Espagne remontent au VIIe siècle repris au XIIe siècle et incorporés au Codex Calixtinus. L’apôtre Jacques aurait quitté le Proche-Orient au Ier siècle avec pour mission de prêcher la parole du Christ en Occident jusque dans la péninsule Ibérique. De retour en Palestine, il fut décapité sur ordre du roi Hérode Agrippa et sa dépouille, recueillie par ses compagnons, fut portée dans une embarcation. Guidé par un ange, l’esquif franchit le détroit de Gibraltar avant de s’échouer sur les côtes de Galice. Théodomire, évêque d’Iria-Flavia (aujourd’hui Padrón), reconnut ce tombeau comme étant celui de Saint Jacques en 835 et le roi Alphonse II des Asturies y fit édifier une église. Il faudra toutefois attendre l’année 1884 pour que le pape Léon XIII confirme de son autorité, dans la lettre apostolique Deus Omnipotens, la reconnaissance des reliques de saint Jacques faite par l’archevêque de Compostelle.

Un culte

Au cours des Xe et XIe siècles, le culte de saint Jacques étroitement lié en Espagne à la Reconquista commence à se répandre grâce à la légende de Charlemagne qui mobilise la chevalerie européenne. Suivant les routes commerciales de leur époque, des pèlerins de Saint Jacques, de tous rangs, mais surtout nobles, ecclésiastiques et marchands se rendaient en Galice de Paris, de Vézelay, du Puy-en-Velay et d’Arles. L’idée de l’existence de voies précises et de lieux de rassemblement est une idée contemporaine qui n’a pas encore trouvé son fondement historique. Les rois de Navarre et de Léon améliorèrent de leur côté les routes et construisirent des ponts afin de faciliter les échanges et le repeuplement du nord de l’Espagne après que les Sarrasins en eurent été chassés. S’ils bénéficièrent aux pèlerins, ces aménagements n’ont pas été faits que pour eux.Le dernier livre incorporé au Codex Calixtinus est attribué à un moine poitevin, Aimery Picaud. Il y indique sommairement quatre routes en France, les chemins de Paris, de Vézelay, du Puy et d’Arles qui fusionnent pour trois d’entre eux à Ostabat dans les Pyrénées-Atlantiques, puis à Puente la Reina en Espagne, pour former le camino francés. Il y détaille les étapes, mais donne aussi des renseignements sur les régions traversées et leurs populations. Ce Livre n’a pas été connu en Europe avant son impression en latin en 1882. C’est Jeanne Vielliard qui lui a donné le titre de Guide du pèlerin dans sa traduction de 1938.

Un ancêtre

Depuis il est considéré, à tort, comme l’ancêtre des guides des pèlerins contemporains qui avaient pour coutume de rapporter comme témoignage de leur voyage des coquilles de pectens, qu’ils fixaient à leur manteau ou à leur chapeau, d’où le nom de coquilles Saint-Jacques donné par la suite à ces mollusques. La coquille Saint-Jacques était le signe à l’issue du voyage que c’était un homme nouveau qui rentrait au pays. Elle deviendra l’un des attributs reconnaissables du pèlerin, avec le bourdon, la besace et le chapeau à larges bords. La coquille fut parfois gravée dans la pierre sur les frontons ou les chapiteaux des églises2. Elle est le plus souvent un ornement architectural sans lien avec Compostelle. Au commencement du Moyen Âge, les pèlerins étaient de pauvres gens et partaient sans vêtement de rechange. Le retour était très ardu, car les pénitences infligées à ces miséreux par les prélats de Saint-Jacques, consistaient à effectuer sur ce chemin du retour plusieurs fois par jour quelques centaines de mètres sur les genoux. Inutile de préciser que les culottes se trouaient rapidement. Une idée vint à un illustre inconnu d’utiliser les coquilles vides de "Pecten maximus" comme genouillères. Ces coquillages étaient percés de chaque côté de deux trous et maintenus par des cordelettes. Mais la dureté même de la coquille était plus douloureuse pour les genoux que la terre.

Des coquillages

Cette pratique dura quelques dizaines d’années et on la remplaça par une genouillère de cuir. C’est à partir de cette époque que la coquille perdit de son utilité vestimentaire pour un rôle plus noble, celui de preuve d’avoir été au bout de son chemin. Au fil du temps, les carnets de route faisant leur apparition, ils ne laissèrent à ce fameux coquillage qu’un rôle symbolique. Près de 100 000 pèlerins ont demandé à recevoir la compostela pour l’année 1999 et près de 200 000 en 2004. Ils se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle à pied ou à vélo, parfois à cheval. Que ne l’ont-ils fait cette fois par ce moyen de déplacement certes moins rapide mais combien plus sur que les rails empruntés à une vitesse super sonique, sinon super TGV par un matériel sans doute à perfectionner et des ardeurs incontrôlées à freiner et à calmer. S’il est parcouru depuis le IXe siècle par des chrétiens faisant étape dans des monastères, le pèlerinage de Saint-Jacques est également devenu une randonnée pédestre célèbre, où les marcheurs croisent les amateurs d’art roman. Un chemin de Compostelle est bien identifié en Espagne, le Camino francés qui a été la voie de communication du Nord de l’Espagne très fréquentée après la Reconquista pour favoriser le repeuplement des royaumes du Nord. Cette voie conduisait à Compostelle mais tous ceux qui l’ont empruntée ne sont sans doute pas allés jusqu’en Galice. Des chemins de Saint-Jacques ont été tracés par la Fédération française de randonnée pédestre à partir du début de 1970.

Un guide pilote

Le premier exemplaire ronéoté du topo-guide du GR 65 pour le tronçon Le Puy - Aubrac date de 1972. Ce chemin de Saint-Jacques est devenu le Sentier de grande randonnée GR 65. Certains pèlerins parcourent parfois le chemin inverse, après avoir atteint la Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, tandis que d’autres vont à Padron voir l’amarrage de la barque du saint, au cap Finisterre considéré au Moyen Âge comme le bout du monde, voire à Fátima au Portugal. Ce bout du monde, les voyageurs de l’express espagnol ont-ils eu le temps de le voire avant d’être précipités dans le néant ou l’au-delà par des cheminots trop pressés d’arriver à destination. De laquelle s’agit-il ? Le carnet de pèlerin est un document qui s’apparente à un passeport et comporte un relevé d’itinéraire. Il a deux fonctions :
1. permettre à son porteur de justifier de sa qualité de pèlerin donc de bénéficier des avantages accordés à ceux-ci, en particulier l’accès à certains gîtes. Si hors d’Espagne, les gîtes jacquaires acceptent de recevoir des pèlerins sans ce carnet, en Espagne, aucun Albergue de los Peregrinos (Auberge des pèlerins) n’accepte de pèlerins non munis du précieux sésame.
2. récolter à chaque étape un tampon (selo) et l’indication de la date de passage permettant à son porteur de justifier l’itinéraire parcouru. Cette justification lui permet d’obtenir la Compostela à son arrivée à Compostelle. La condition est d’avoir parcouru au moins les 100 derniers kilomètres à pied (ou 200 km à vélo) et de les avoir fait valider sur leur carnet du pèlerin.

Le "credencial"

Ce document est connu sous la dénomination de credencial, francisée en crédenciale. En 1998, l’Église de France a défini un carnet de pèlerin spécifique dénommé créanciale qu’elle souhaite remettre en mains propres aux futurs pèlerins et qui n’est pas obligatoire pour obtenir la Compostela car il suffit d’une justification de l’itinéraire parcouru qui peut être apportée sur le carnet de route du pèlerin. Du fait de l’encombrement des gîtes, il est néanmoins prudent que le pèlerin qui souhaite en bénéficier se procure un carnet. Que ne l’ont-ils tous fait, les pèlerins partis à la rencontre de leur destin, conduits là par un couple de conducteurs de trains dont on ne tardera pas à connaître le mystère, les intentions et les voies parcourues dans leurs itinéraires cérébraux avant de les réaliser sur le terrain d’une voie ferrée dont on a omis de considérer la géométrie, les méandres et les vicissitudes qui mènent au ciel sinon ailleurs. Au tout début de la créanciale, l’identité du pèlerin est précisée. Puis une recommandation aux différentes autorités, civiles et religieuses, est faite avant le départ. Cette recommandation est fournie par l’association, le service ayant procuré la créantiale ou, plus traditionnellement, par la paroisse de laquelle relève le pèlerin. Ces mesures de sécurité ont été inutiles hier, on espère qu’elles le seront à l’avenir, celui éclairé par la sagesse, la raison et la foi en la vie plus qu’à l’attirance de certains pour la mort.

Messages