Ethique Info

Accueil > Sciences > Une leçon d’intelligence et de modernité : Teilhard de Chardin

Un humaniste, une spiritualité, une modernité

Une leçon d’intelligence et de modernité : Teilhard de Chardin

Controverses au Vatican

mercredi 2 juin 2010, par Picospin

Cette nouvelle actualité est moins liée pour ce dernier à on ne sait quel appétit brutal pour l’adhésion à l’évolutionnisme qu’en raison de la bataille qui se livrerait aux Etats-Unis entre le bien fondé de l’enseignement sur l’évolution permanente du monde et celui, plus figé, du créationnisme, héritage direct et toujours recommencé des écrits de la Bible.

Intervention humaine

Teilhard est intervenu dans ce débat auquel il n’a pas pris part en raison du décalage chronologique entre l’époque de la discussion philosophique, le darwinisme renaissant et la spiritualité qu’a voulu y ajouter cet homme d’Eglise génial, jésuite, touche à tout de la science, de la religion, de la cosmologie, sinon de la philosophie. Est-il mort trop jeune et trop tôt, en 1955 dans un mysticisme profond et une communion réelle et étroite avec le Christ pour qu’il ait eu le temps d’expliquer et d’approfondir pour ses contemporains ce qu’il entendait par son « approche holiste du phénomène humain qu’il conçoit comme une étape de l’évolution menant au déploiement de la noosphère, laquelle prépare l’avènement de la figure dite du « Christ Cosmique » en passant par le point oméga, pôle de convergence de l’évolution ? Qu’est-ce qui le sépare de Darwin ? A sa conception matérialiste, il oppose où il défend une cosmologie fondée sur les principes de sa foi et de sa conception de l’univers. Elle se caractérise par la croyance en un Univers de l’Évolution se dirigeant vers l’Esprit qui s’accomplit en quelque chose d’universel.

"Christ cosmique"

Le « Christ Cosmique » manifeste l’avènement d’une ère d’harmonisation des consciences fondé sur le principe de la « coalescence des centres » : chaque centre, ou conscience individuelle communique avec les consciences qui deviennent un tout noosphérique ce qui accroit la densité de conscience, dont l’Oméga forme le pôle d’attraction en jeu, à l’échelle individuelle et collective. La multiplication des centres comme images relatives de l’ensemble des centres harmonisés participe à l’avènement de la résurrection spirituelle ou théophanie du Christ Cosmique. Il avait entrevu, bien avant l’entrée dans la pensée contemporaine de la notion de planète-terre à préserver, la "planétisation" que nous connaissons aujourd’hui. Elle représenterait une pellicule de pensée enveloppant la Terre, formée des communications humaines. En situant la création en un « point Alpha » du temps, l’Homme doit, rejoindre Dieu, Christ cosmique, point d’agrégation en un « point Oméga » de parfaite spiritualité. Dans la prévision d’un monde glissant du stade industriel à celui de la communication, les consciences feront un saut qualitatif majeur, comparable à celui des molécules en route pour leur assemblement quand elles ont évolué de l’inerte au vivant.

Quel surhomme ?

On aura remarqué que ce surhomme, jumeau potentiel de celui de Nietzsche ne lui ressemble guère. Il n’y voit pas non plus Dieu en construction selon les concepts de Renan ou Freud mais l’humanité qui se rassemble pour rejoindre Dieu en ce lieu de rendez-vous appelé point oméga, identique à celui de l’alfa, marque ou rendez-vous de la fin du Temps. Il va de soi que ces idées originales et d’autant moins conformes à l’orthodoxie du christianisme, ont suscité la controverse au sein de l’Église sur le sujet fortement débattu de l’idée que l’esprit, intelligence et la volonté libre de l’homme apparussent par une simple évolution de la matière est rejetée par le dogme catholique issu de la Genèse. Ne croyez pas que l’évolution de la société s’aligne sur celle proposée par Darwin et a fortiori celle exprimée un siècle plus tard par Teilhard.

Querelle sur l’éducation

La querelle de l’enseignement persiste, se fige et s’exprime sous une autre forme puisque une centaine d’années après Darwin, les œuvres de ce contestataire de la pensée correcte sont interdites par l’Église catholique. Bien plus, elle exhorte les responsables de l’enseignement religieux de protéger les jeunes esprits, considérés comme fragiles et trop malléables, contre les dangers de la lecture des ouvrages de Teilhard et de ses disciples.

Évolution et mouvement d’un côté, immobilisme et conservatisme de l’autre.

Questionnement éthique :

1. Pour les chercheurs en spiritualité, philosophie, anthropologie et paléontologie, où est la réalité à explorer : dans un royaume idéal, en dehors, au-dessus ou au-delà de la vie ?

2. Est-ce qu’on peut supposer qu’elle se trouve dans une réalisation future à laquelle on parviendrait au terme d’une évolution ?

3. est-ce qu’elle se trouverait dans la vie elle-même comme le supposent et le pensent Spinoza, Héraclite, ou Bouddha ?

4. Est-ce que la pensée de Platon peut se rattacher à celles de certains adeptes de la foi chrétienne comme Augustin ou Thomas d’Aquin ?