Ethique Info

Accueil > Société > Une retraite américaine

Une situation financière de plus en plus difficile

Une retraite américaine

Les difficultés de la prise de la retraite

mardi 23 septembre 2008, par Picospin

Ils sont aussi ceux qui auront le plus de difficultés à récupérer après cette dure épreuve. Comme les sociétés sont passés des pensions à taux fixe à des comptes variables, les retraités risquent de perdre de grosses sommes d’argent et une grande partie de leurs revenus d’un jour à l’autre comme cela a déjà été le cas pour plusieurs d’entre eux le mois dernier. La population est terrifiée, surtout dans sa partie la plus âgée.

Le retour du printemps ?

Si vous avez 45 ans et si les cours descendent vous pouvez toujours vous dire que le beau temps reviendra. Mais si vous êtes déjà retraité ou sur le point de l’être, vous pourriez bien être obligé de vendre tous vos biens avant d’avoir la moindre chance de rétablir votre situation. Cette dernière devient d’autant plus difficile que vous ne savez pas combien de temps vous allez vivre. Aujourd’hui, les retraités ont moins d’économies, ils vivent plus longtemps, ont une longévité plus allongée et de ce faits sont plus exposés aux risques économiques. Même avent les évènements de la semaine dernière, près de la moitié des personnes à la retraite ont déclaré qu’ils comptaient survivre à leurs économies ce qui représente sérieuse augmentation par rapport à l’année dernière. Une telle description met en lumière la situation réelle du monde nouveau offert aux retraités qui comporte notablement plus de risques que par le passé surtout pour la bonne raison que la plupart des gens n’ont pas de plan de retraite bien défini. Ils ont un peu de biens et ils doivent se préoccuper surtout du temps qui risque de s’écouler avant que la somme dévolue expire. C’est ainsi qu’une personne retraitée se demande comment on va pouvoir lui servir sa retraite si l’on prend en compte que la valeur de ses actions peut toujours être soumise à une forte érosion, cas auquel peu de sociétés seraient susceptibles de payer des dividendes suffisantes. Et d’ajouter que si elles peut supporter les faibles variations de la bourse entre les augmentations et les diminutions mais qu’en aucun cas, elle ne pourrait assurer cette tâche au cas où elle serait confrontée à une perte progressive ce qui l’incite à réfuter la survenue d’une telle évolution et à conserver l’espoir que les choses iront en s’améliorant.

La Sécurité Sociale

Les personnes âgées qui possèdent moins de biens, surtout celles qui doivent se fier à la couverture offerte par la Sécurité Sociale pour une grande partie de leurs revenus, ont peut-être plus de chances de moins souffrir de cette situation mais en revanche elles risquent d’être en difficulté pour les dépenses d’alimentation et de services en raison de l’augmentation des prix consécutive à la hausse des tarifs des carburants. Des études viennent de montrer que de plus en plus de travailleurs sont en train de retirer leurs actions ce qui diminue notablement le total de leurs biens disponibles. Certains sont obligés de modifier leurs plans de retraite pour réduire le taux de leur contribution et puiser dans leurs comptes pour couvrir les dépenses courantes y compris la couverture des cartes de crédit et les hypothèques. De plus en plus d’Américains travaillent soit qu’ils aient envie de le faire, soit qu’ils sont obligés de le faire. Une des personnes concernées par ce nouveau mode de vie a dit qu’elle préférait ne pas suivre de trop près l’évolution de la bourse pour éviter d’être déprimée. Pour beaucoup de personnes âgées les bouleversements subis ces derniers jours ont représenté seulement les derniers épisodes d’une série de chocs qui ont fortement entamé leur stabilité. D’autres se plaignent d’être serrés au point de ne savoir où donner de la tête qu’ils se tournent vers les prix élevés de l’essence, de l’alimentation, des soins médicaux et ceux déclinant des rentrées provenant des affaires, de l’effondrement du prix de leur maison ou de leur portefeuille d’action.

D’autres crédits

Certains recourent à des crédits relais ce qui ne résout pas leur problème car même avec cette aide fugace ils doivent faire face à l’augmentation des taxes d’habitation en considérable augmentation depuis l’acquisition de leur propriété. C’est une situation très difficile que celle de posséder une maison qui a été entièrement payée mais que l’on ne peut habiter à cause du prix très élevé des taxes d’habitation. De quelque côté que je me tourne, je suis pris de panique, déclare un autre retraité. Les jeunes sont également touchés par cette situation financière mais la plongée des prix peut leur accorder une chance d’acquérir une habitation ce qui n’est pas le cas des plus âgés qui sont obligés en permanence de s’adapter à la nouvelle conjoncture car, selon le mot d’un expert d’une agence spécialisée dans les analyses financières, il est probable qu’un jour le marché pourra se rétablir ce qui ne veut pas dire que vous pourrez y parvenir.

Questionnement éthique :

1. Est-il juste et solidaire que dans une société les travailleurs à la retraite n’aient plus les moyens d’habiter leur propre maison parce que les taxes d’habitation y sont trop élevées ?

2. Pour quelle raison, les vieux retraités ne perçoivent-ils pas des revenus qui leur permettraient de vivre décemment au moment où tout un système financier s’écroule ?

3. Ne pourrai-on prévoir un fond de solidarité dans ces cas extrêmes pour permettre aux plus défavorisés de vivre décemment ?

4. Est-ce que M. Sarkozy a raison de demander l’ouverture d’une enquête financière pour comprendre les raisons de ce crach boursier et en éviter la récidive ?