Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Une terre brûlée qui ne rapporte rien à personne ?

Une terre brûlée qui ne rapporte rien à personne ?

dimanche 28 octobre 2012, par Picospin

Cela peut concerner une tactique offensive, consistant à ravager les territoires de l’adversaire afin de l’empêcher de reconstituer ses forces ou de trouver un refuge, ou bien une tactique défensive consistant, face à une armée d’invasion, à se déplacer ou à se retirer (retraite) en détruisant ou en brûlant tout derrière soi (habitations, récoltes, bétail, routes, ponts, moyens de communications et de production), afin d’ôter à l’ennemi toute possibilité de ravitaillement.

Saccages

Au sens figuré, cette expression désigne aussi l’attitude d’une personne qui, risquant de perdre face à un adversaire, saccage la place que celui-ci s’apprête à prendre afin de minimiser ses gains et de gêner toute progression ultérieure. Cette stratégie ne s’applique pas nécessairement aux conflits militaires. Elle peut fonctionner en toute autre circonstance où le pouvoir et la puissance des uns doit être laissée à celles de autres, leurs successeurs prévisibles dans la mesure où il est prévu par l’histoire et les conditions politiques que les successeurs auront à pâtir des conditions défavorables, sinon catastrophiques laissées par leurs devanciers. De la sorte, ce seront leurs remplaçants qui devront endosser les responsabilités et conséquences des agissements, erreurs, fautes, ou trappes sur lesquels ces derniers ne manqueront pas de trébucher, voire tomber, pour peu qu’on veuille bien les aider quelque peu à glisser sur ces pièges tendus ou laissés là par hasard, comme par indifférence, irresponsabilité ou dans l’intention délibérée de leur faire porter toute le poids des fautes commises.

Dérouler

Ce déroulement est-il si commun ? Peut-il s’appliquer à d’autres circonstances que des opérations militaires qui ont si bien réussi aux soviétiques pendant l’avance des forces nazies dans un pays aux abois, systématiquement désertifié par des armées en retraite qui ne souhaitaient lisser derrière elles qu’une terre brûlée, ne portant plus ni habitations, ni nourriture, ni institutions éventuellement récupérables par l’ennemi.

Tactique

Cette tactique peut-elle porter ses fruits dans le domaine de la politique où il est aussi facile, sinon plus, de ne laisser aux héritiers d’une situation précaire une autre, encore plus détériorée dont on sait qu’ils devront tôt ou tard en endosser involontairement la responsabilité et les conséquences désastreuses.

Pièges à éviter ?

Ces pièges sont tendus dans la perspective éventuelle que les auteurs ou créateurs de conjonctures critiques pourraient prétendre revenir aux affaires et récupérer à leur tour le bilan encore plus détérioré laissé par les devanciers. Un exemple à suivre, à éviter, à étudier ? On vous laisse le choix de la décision…