Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Vieillir et le vieillissement

Vieillir et le vieillissement

samedi 3 août 2013, par Picospin

C’est surtout l’espace de temps qui va de la naissance jusqu’à la mort de quelqu’un, l’ensemble des événements, des faits qui remplissent cet espace de temps pour chaque personne, l’espace de temps qui va du moment présent jusqu’à la mort de quelqu’un, la manière de vivre de quelqu’un, d’un groupe, d’une collectivité qui peuvent mener ou ont le choix de mener une vie simple, rangée, une vie monacale, contemplative, ascétique, une vie d’anachorète, d’ascèse ou au contraire mouvementée, agitée, aventureuse, trépidante, tumultueuse, vagabonde, mondaine, citadine ou rurale selon l’environnement dans lequel on « est jeté « ou dans lequel on a choisi de vivre.

Activités

Mais c’est aussi l’ensemble des activités de quelqu’un, d’un groupe, d’une collectivité dans un domaine en particulier dont on peut privilégier l’aspect privé, public, conjugal, familial, professionnel, affectif, amoureux, intellectuel, intérieur, spirituel, affectif. Certains préfèrent affronter la vie, d’autres en ont peur, pensent n’en rien connaître, n’en avoir aucune expérience, en avoir reçu ou éprouvé plus de plaisirs que de misères si ce n’est l’inverse, en avoir ressenti, éprouvé les vicissitudes. Certains sont remplis de vitalité et contribuent par leurs démonstrations à l’animation des quartiers, le dynamisme des personnes âgées et l’entretien d’un moral au risque de la défaillance momentanée. Ils prennent la vie comme elle vient, acceptent les événements qui surviennent et s’en contentent, prennent la vie du bon côté, profitent pleinement des bonnes choses, des événements joyeux qui surviennent dans leur existence et se disent que même si la situation est désespérée, elle peut changer comme l’avait déjà affirmé Théocrite, poète grec. Beaucoup sinon la plupart s’inquiètent de la rapidité du vieillissement qui commence dès l’âge mûr mais on ne le sait pas. Vieillir n’a sans doute jamais été une joie à venir, ni même un but à atteindre ; quand on est jeune, dans le moment présent, la vieillesse est pour les grands-parents, pour les parents, pour les autres.

Inconscience

On n’y pense pas, ni repoussoir ni crainte, on ne s’y prépare pas ni on s’avise de l’éloigner. C’est un des caractères tangibles de notre animalité ; on la sait, on la sait inéluctable mais rien n’est prêt en nous pour que l’on ait envie de la confondre. ce sont les autres qui le disent, soi ne vieillit pas. On peut le jouer, l’afficher, s’en plaindre, on peut le revendiquer, dire que c’est le plus bel âge de la vie, mais dans la sincérité de notre intimité, on ne se le dit pas . Car en vieillissant, on devient soi de plus en plus ; quel que fut ce « soi » ; artificiel, rôle social ou familial, ou bien au contraire une recherche de l’authenticité. On lâche les pressions que nous impose la société : la séduction, le quant-à-soi, la diplomatie, tout ce qui nous a tenus en respect. On se libère peu à peu des contraintes, souvent bien avant d’en être délivré par la retraite par exemple. Le recul que donne la connaissance due à l’expérience peut devenir une attitude subversive, bien vue par les employeurs qui ne courent pas après les seniors ! La peur de ne pas être à la hauteur, de paraître idiot ou ignorant, les complexes de classe, de sexe ou d’origines se dépassent peu à peu pour disparaître complètement quand on a compris que les autres, ceux qui nous tenaient la dragée haute ou nous impressionnaient, au fond, ne valent guère mieux que nous. Les valeurs se réajustent sauf, sans doute, pour ceux qui toujours ont vanté leurs mérites ou tenu en obéissance une armée de femmes d’enfants, d’élèves ou d’employés !

Certitudes

Restés figés dans leurs certitudes, ceux-là vivront, en secret, la vieillesse comme une décrépitude. La colère s’est refroidie sur le mur des impossibles ; les chagrins d’enfants se sont séchés de ne jamais trouver consolation ; l’énergie manque de tirer les autres vers des jeux ou des combats ou bien de les retenir pour éloigner leur haine. Tout devient plus adouci, les reliefs s’estompent comme le temps use la roche et un camaïeu nuance les pastels et parce que les engouements sont moins extravagants, les passions moins violentes, les humeurs sans le contraste du chaud et froid, on pense à la sagesse. Mais la sagesse est-elle forcément monochrome ? Ne serait-ce pas plutôt un peu d’indifférence qui viendrait s’inviter dans les sentiments ? Un peu d’égoïsme qui dirait : j’ai déjà tant donné ? Le soi qui a enfin compris qu’il n’était pas indispensable, utile seulement. Et que son manque sera moins douloureux que le manque de tabac au fumeur. Demain est un autre jour qui ressemblera à aujourd’hui, vieillir c’est voir les aventures, les imprévus se raréfier sauf à compter les morts, et même les morts rentrent dans la normalité. Je suppose que vieillir dans la sécurité d’un monde assez clos pour y maintenir les mêmes, apporte de la douceur, de la patience, c’est peut-être un repos. Je ne connais pas les secrets des agacements, des impuissances du très vieil âge qui a su se maintenir en santé : forcément un corps qui se délite mais dont on peut s’arranger, forcément un esprit qui perdant la curiosité porteuse d’avenir, finit par se détacher de tout, forcément l’ennui et l’attente de rien.

Conditions

A condition toutefois que le sang riche de nutriments pour les axones et dendrites des neurones continue d’apporter à chaque pulsation du cœur sa cargaison de carburant oxygéné pour faire fonctionner les cellules et que ces dernières soient encore capables de se lier à ses consoeurs pour entrer dans les réseaux de la cohérence, de la raison pour produire de l’intelligence, des idées, des découvertes, et traduire en art ce qui se trouve dans la nature à portée de regard, de sensation, de senteur, d’émerveillement. On vieillit comme on a vécu : on se délabre ou on s’affirme, on se durcit ou on se répand. La passivité se paye alors car la résignation n’est pas sagesse. On devient méchant comme révolte à la décrépitude ; ou l’on s’adoucit comme fatigue de ses combats. Ou bien on s’adapte à ce nouveau rôle en faisant encore un peu croire à sa maîtrise, mais rares sont ceux qui veulent passer un flambeau, faire lien avec l’avenir dont ils seront exclus. C’est pourtant là que réside la beauté de la vieillesse, dans cette expérience qui rend compréhensif et qui veut donner. Rien n’est plus terrible que de refuser ou de ne pas susciter les paroles des anciens ; la seule chose qui semble rester c’est la ringardise reprochée, comme une entrave à l’égoïsme, aux caprices, à la déroute programmée. Une espèce de regard qui juge et qui gêne ! Car le jeune n’a rien à apprendre, il sait ; on le lui a toujours laissé croire, c’est pourquoi il apprécie l’aïeul qui se met à l’ordinateur, qui s’intéresse à la variété, qui s’accroche au monde avec une curiosité sans jugement.

Coupable nostalgie

La nostalgie est reprochée aux vieux qui ne sont plus alors que des rabat-joie. Si le vieux n’est pas jeune, il ne vaut rien ; ainsi les liens entre générations s’inversent : l’ignorance excitée, qui peut être arrogance, habitera l’ancêtre qui veut encore se faire aimer. Les vieux au village me paraissaient être son âme ; je les avais rencontrés comme ça et ne les voyais pas vieillir ; certains allaient encore travailler le carré de vigne qu’ils avaient gardés après la retraite ; d’autres allaient dans la garrigue cueillir des salades sauvages, des asperges, des poireaux ; ils me les désignaient, me les faisaient reconnaître et en vantaient les vertus. Ils se retrouvaient sous les platanes en fin d’après-midi, jouaient aux boules ; d’autres s’occupaient de l’association du troisième âge, organisaient le repas annuel où tout le monde se retrouvait autour des grandes tablées ; on dansait la valse. Cela, me semblait-il, devait durer toujours. Puis peu à peu, un accident vasculaire ou une chute les éloignait vers un hôpital puis une maison de convalescence. Ils revenaient mais on ne les voyait plus guère ; ils partaient pour toujours, victime d’une crise cardiaque ou bien en maison de retraite où on les savait malheureux. La mort des vieux ne fait pas un trou soudain, l’absence est antérieure, qu’ils se cloîtrent chez eux, affaiblis ou tenus en vie quelques mois, ailleurs, loin de notre regard. Ils ne furent plus que trois, plus que deux et le dernier errant encore un peu au village, céda. Curieusement ici, il n’y avait que des veufs ou de vieux célibataires quand j’y vins. Mais j’entendais les histoires... et j’imaginais les femmes, gaillardes, sous le hangar que j’ai vu démolir, à segmenter la vigne mère, source unique du commerce extérieur. Ils ont gardé leur mystère à mes yeux et j’aime, ça et là, me pencher sur une tombe, perdue au milieu de nulle part...

Messages

  • "Vel, lærte meg hvordan Nike Free Run ferdigheter det !" Uansett, denne gangen også uten problemer, Nike Free Run også ønsker å prøve det. Men når praktisere etter, vet hvor vanskelig styrken på trening, den moderne hodet helt ulikt de gamle som bare satt der, er en halv dag fortsatt mindre enn hjertet, vanskelig å Nike Free roe ned litt, er utsiden kom de ulike støy, så han sa også at de ikke kunne gå inn Shuanger slags riket inne, endelig hadde ikke noe annet valg enn å gi opp. Kapittel 37 Lolita opplæringsplan Shuanger er virkelig en smart liten jente, under veiledning av Nike Sko, og snart er hun i utgangspunktet mestret bruken av noen datamaskin. Shuanger til nike free sa en kompetanse tilnærming til denne metoden er ikke vanskelig. men atmosfæren er å mobilisere kroppens sirkulasjon i kroppen, nfl jerseys også raskt husket. Ferdigheter selvfølgelig å stille, men nå datamaskinen er ekstremt Shuanger nysgjerrig, er nike free run lært Shuanger noen enkel bruk, du gikk til stuen for å gå dit for å meditere. rett og slett fordi når Shuanger deres lesing er rett og slett ikke lært pinyin, så ikke si at å bruke Wubi, er heller ikke med skrivemåten, Nike Free Run 2 måtte hjelpe til å ønske å se noe de ønsker å vite. " Nike Free Run Dame Brother, jeg husker da du først så meg, jeg vil snakke om ting hjemme, hvor det nå er å se det ?" Shuanger sitter foran datamaskinen, og snudde for å spørre Nike Free Run ineffektivt.

  • C’est là que j’ai rencontré un professeur ugg pas cher de géologie. Il est ugg pas cher une personne âgée Université de Pékin professeur surnommé Han. Arrêt dans bottes ugg 3 l’enclos intérieur, après bottes ugg la fin de chaque jour dénoncés comme on ne peut que compatir avec l’autre confort. A ugg pas cher 2013 maroc cette époque, on se console ugg prix l’autre manière est de discuter d’un large éventail de questions bottes ugg 5.0 v4 pour homme scientifiques.

  • Jeune Unis voir, ma grand-mère montblanc était une épingle à cheveux serrant bois. C’était vraiment comme une épingle à cheveux en bois nike air max classic bw homme grand-mère, je me souviens d’une fois, il voulait s’amuser dans le dr dre passé, la seule épingle air max pas cher sale, les résultats Mamie rage battu le dire, et je sais de la bouche de mon père épingle à cheveux nike free 5.0 pas cher en bois n’est que lorsque les jeunes aux vieux grand-papa Cadeaux de grand-mère, pendant tant ugg pour femme d’années, ma grand-mère a été le seul bois pince épingle dans ses cheveux clairsemés, pas air max 90 prêt à jeter.