Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Y a-t-il des pilotes dans l’avion ?

Une énigme

Y a-t-il des pilotes dans l’avion ?

Qui a intérêt à diffuser aussi largement les détails des derniers instants du vol Rio Paris ?

dimanche 31 juillet 2011, par Picospin

Dans une telle affaire, le rapport est une chose, l’illustration schématique des comportements du personnel navigant en est une autre. Dès lors de multiples questions se posent si bien qu’elles sont plus nombreuses et plus pertinentes après l’enquête du BEA qu’après.

Trois minutes dans les airs

La vision des évènements qui se sont déroulés 3 minutes avant la chute définitive de l’appareil est impressionnante. On est d’autant plus surpris d’en découvrir les images de synthèse ou de reconstitution qu’on comprend difficilement qui a ou avait intérêt à détailler les phases et les manoeuvres irrationnelles du pilote et des copilotes qui jettent un doute étrange sur la conduite d’hommes rationnels, entrainés - même si d’aucuns pensent qu’ils ne l’étaient pas suffisamment. L’absence de toute logique dans les conversations qui se sont déroulées à bord laisse rêveur aussi bien sur la qualité et la fiabilité du matériel que sur le degré de formation, de conscience et de connaissance des pilotes en matière de navigation aérienne pratiquée par des professionnels aguerris. A partir d’un certain moment, on a l’impression qu’un vent de folie s’est emparé des responsables du maniement de l’aéronef devenu ingouvernable pour des raisons qui n’apparaissent pas clairement dans le déroulement, la narration et la succession des évènements enregistrés à bord de l’Airbus. On a entendu successivement des commentaires, de ordres, de réflexions contradictoires sur la position, le trajet, l’altitude de l’avion comme si on avait affaire à des enfants qui ne savaient plus à quel saint se vouer pour se tirer d’affaire et surtout pour décider de ce qu’il fallait faire à un moment donné pour amener les passagers à bon port, c’est à dire à Roissy CDG pour les y débarquer. Les mots entendus furent successivement, "on descend", on monte, on va trop vite, l’avion est ingouvernable, "tire, tire" ?

Où est le pilote ?

Tout ceci après le retour du pilote dans son poste de pilotage après une absence dont on ne précise ni la durée ni les causes. On avait l’impression que tout le monde avait perdu les pédales, même si le poste de pilotage n’attribue pas à ces commandes l’importance et les caractéristiques que leur assignent la plupart des béotiens qui prennent place à bord des avions commerciaux. Que veulent montrer et démontrer les rapporteurs et metteurs en image de cette aventure ? Les intentions n’apparaissent pas clairement dans une situation complexe ou des intérêts contradictoires sont en jeu que cela soit de la part de l’association des familles des victimes, du personnel navigant, de la compagnie d’aviation, ou du constructeur de l’avion. Ou bien ces documents et les termes du rapport ont été caricaturés et ne sont plus porteurs d’un intérêt documentaire ou d’un témoignage fiable, ou bien des intérêts sont en jeu qui ont fait dévier le sens du document présenté et diffusé dans la presse, à la télévision ou à la radio. En tout cas après une telle démonstration, on se prend sérieusement à douter des qualités du personnel et de celui de l’avion rendu aveugle par des circonstance météorologiques qui avaient été jugées plutôt banales dans la zone traversée.

Où est la vérité ?

La vérité sera sans doute plus difficile à dégager après cette démonstration qu’auparavant au décours d’une très ou trop longue investigation réalisée en plusieurs étapes confuses dont les séquences n’ont pas toujours été parfaitement justifiées. On espère que les spectateurs de ces évolutions tenteront de les oublier aussi vite que possible pour que n’encombrent pas la mémoire les détails frappants d’une catastrophe dont on devra éviter la récidive à l’avenir pour ne pas engloutir dans la mer et les consciences la confiance et le respect élaboré pendant de longues années envers les pilotes et les ingénieurs, dignes successeurs des Saint EX, des Nungesser et Coli et autres Mermoz et Guynemer.